Archives de l’auteur : Cécile Armand

À propos Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

Lancement du labo junior “Digital Humanities” à l’ENS de Lyon : appel d’offres !

Je recherche encore des candidats motivés pour participer à un labo junior “DH-Lyon” consacré au développement des Humanités numériques à l’ENS de Lyon : toutes les disciplines sont les bienvenues !

Je viens d’ouvrir un blog pour servir de base de lancement  au projet. Ce blog servira d’espace de réflexions et d’échanges autour de ce projet. Toute idée, réflexion ou suggestion est elle aussi bienvenu !

Pour plus d’informations sur le labo junior, vous pouvez consulter la page du site de l’ENS consacré aux labos junior, qui définit les objectifs, les conditions à remplir, et donne une liste des labos existants ou clôturés.
Ce blog devrait bientôt migrer sur Hypothèses.org.

Portrait de l’historien en “serious gamer” : Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Présentation générale

Le projet : ses acteurs et son contexte

Immersive Virtual Shanghai (IVS) est une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ».

IVS a été présenté à quatre reprises : lors de l’Exposition Universelle de Shanghai 2010 au pavillon Rhône-Alpes, lors de la semaine thématique organisée par l’Université de Lyon sur la ville « post-carbone » (16 au 22 août 2010), à l’occasion de la Fête de la science 2010 au village des sciences de la Doua et enfin lors de la Fête de la Science 2012 à l’ENS de Lyon, en parallèle avec son pendant parisien développé par Jean-Luc Pinol.

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

Le point de départ du projet est une collection d’images photographiques anciennes que Christian Henriot et son équipe souhaitait mettre en partage : ce qui a donné lieu dans un premier temps à la constitution d’une base de données photographiques, auxquelles sont venus s’ajouter dans un deuxième temps des cartes géographiques, avant qu’émerge l’idée d’établir des liens entre ces deux types de données photographiques et cartographiques grâce aux outils de système d’information géographique (SIG).

Toutefois, le but recherché in fine n’est pas la simple constitution d’une base de données, si riche et si complexe soit-elle, mais plus fondamentalement de s’interroger sur les apports possibles des outils numériques à la recherche historique : dans quelle mesure le numérique permet-il différemment de traiter et de fondre le matériau historique ? Dans quelle mesure permet-il d’expérimenter de nouvelles formes d’écriture de l’histoire ?

L’outil mobilisé par Gérald Foliot est un moteur commercial – Unity – issu des milieux de la recherche danoise, devenu depuis lors le plus grand moteur 3D de jeux vidéos. L’intérêt de cet outil est triple : il permet de combiner différentes machines et différents systèmes (aussi bien Mac que PC), de simplifier le développement (réduisant à quatre le nombre de lignes de codes), et donc de gagner du temps (trois mois seulement ont été nécessaires à la mise en œuvre de l’application, même si des modifications et des améliorations ultérieures ont été et continuent à être apportées).

IVS se présente comme un environnement immersif où le sujet est au cœur d’une « cave » : les images sont projetées sur les faces d’un cube, avec une personne au centre. L’outil comprend deux niveaux d’environnement :

  • une maquette urbaine qui permet d’évoluer au sein du corpus cartographique ;
  • un planétarium qui permet de consulter la base de données images de Virtual Shanghai dans sa globalité.

L’application est manipulée par l’utilisateur grâce à une GamePad permettant de se déplacer dans l’environnement. Des fonctions de ciblage ont été ajoutées à l’interface pour identifier des objets, des points de navigation, et un espace de données – appelé Data Space.

Intérêts et forces de l’application

L’application présente avant tout des intérêts méthodologiques et épistémologiques pour le chercheur, mais n’exclu pas un usage plus large par le grand public, en vue de le sensibiliser à certaines réalités du passé et certains problèmes historiques.

Une autre forme d’exploration et de manipulation d’un corpus documentaire : une navigation spatiale et intergalactique

La fonction « planétarium » permet ainsi de voyager au cœur de la base de données en mettant en lumière les liens entre les différentes photographies ou groupes de photographies. IVS est donc à ranger du côté des outils numériques de visualisation qui répondent au défi actuel des big data, i.e. la question de savoir comment l’historien (surtout de l’époque contemporaine) peut-il se repérer et de traiter la masse croissante de données et de matériaux dont il dispose ?

L’application repose sur l’utilisation d’un algorithme qui permet de projeter les images dans le planétarium et de mener une analyse par mots-clés en vue de déterminer d’éventuels liens de proximité entre ces images, en fonction des mots-clés et des 18 catégories créées au préalable, qui peuvent être modifiées, activées ou désactivées. Les images se distribuent ensuite en « boules » ou « planètes », selon deux modalités : tantôt, en se rapprochant d’une catégorie, s’il existe des liens évidents avec cette catégorie ; tantôt, en se regroupant en cluster (groupe) intermédiaire entre deux voire trois ou quatre catégories, lorsque ces images peuvent appartenir à plusieurs catégories.

La fonction « maquette urbaine » permet de se déplacer sur la carte : à la différence de la carte « normale » où tout est donné immédiatement, « d’un coup », l’utilisateur est amené à découvrir ou perdre des objets, repérer des bâtiments ou immeubles associés à des images : plus un immeuble est haut, plus on dispose d’images à son sujet. L’interface permet de voyager dans le temps à l’échelle d’un siècle, à partir de cartes historiques s’échelonnant entre le début du XIXe et le milieu du XXème siècle. Des cartes thématiques permettent de rendre compte des mutations urbaines parfois spectaculaires au fil du temps. Des lieux emblématiques (parcs, champ de course) ont pu être reconstitués, auxquels des photos ont été associées, que l’on peut voir de près avec une résolution de grande qualité en zoomant.

Une autre forme d’écriture de l’histoire : une historiographie visuelle, hypertextuelle et multimédia

L’application autorise une écriture visuelle et sensorielle de l’histoire, à partir de données « brutes », des matériaux historiques eux-mêmes, ré agencées de manière originale par rapport aux formes écrites « classiques », en fonction de la manière dont l’utilisateur « interroge » la base de données (choix des mots-clés…). Ainsi, la navigation ludique dans la base de données ne dispense pas d’un questionnement historique et de la définition de critères préalable à toute recherche et exploration de la base : la masse des matériaux ne prend sens qu’en fonction du regard et des questions que lui pose l’historien, ce que matérialise bien la fonction « planétarium » et le regroupement en planète ou cluster, sorte de nouvelle grammaire visuelle et tridimensionnelle de l’historien. Ainsi, les « mots » semblent remplacés par les images photographiques et les archives brutes et immédiates, tandis que leur agencement en « boules » et cluster dans le planétarium, en « immeubles » dans la maquette, constituerait une alternative aux phrases qui tissent la trame de l’historiographie « traditionnelle ».

Une autre expérience du passé : une histoire plus sensorielle et plus empathique ?

L’application favorise une expérience plus sensible du passé, en immergeant l’homme du XXIème siècle un siècle plus tôt, au cœur du Shanghai du début du XXème siècle : la technologie 3D prétend ainsi rapprocher le passé du présent, le rendre plus proche et plus familier, pour en permettre une meilleure appréhension et une meilleure compréhension.

Limites et faiblesses de l’application

Des difficultés techniques

Des questions techniques restent en suspens : la résolution graphique est parfois défaillante, l’application tourne au ralenti, car elle est relativement exigeante et requiert un système puissant, qui la rend difficilement accessible à l’utilisateur lambda depuis son ordinateur personnel.

Des limites épistémologiques ?

On peut s’interroger sur l’importance des apports à la recherche, au-delà de l’aspect ludique de l’application. Il semble bien toutefois qu’il permette une avancée considérable pour le chercheur confronté à l’accumulation de données.

Portée et extensions envisagées

Si l’outil permet à l’heure actuelle de manipuler essentiellement des données de nature visuelle (photographies, cartes), on pourrait envisager une extension de la nature des matériaux – d’autres types et supports d’images (artistiques ou commerciales par exemple, no seulement fixes mais aussi mouvantes – films) ou données textuelles (sources écrites ou contributions de chercheur). Cela permettrait d’établir des liens entre matériaux de natures diverses  et de répondre à l’exigence pour l’historien de croiser et de confronter les sources, d’une part ; d’approfondir son expérimentation de formes alternatives d’écriture visuelle de l’histoire. Enfin, cet élargissement des matériaux déboucherait sur la création d’une base de données entièrement multimedia.

Liens

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Site de Virtual Shanghai

Site de l’Institut d’Asie Orientale (IAO)

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Billet sur la carte interactive des arrestations d’enfants juifs par Jean-Luc Pinol

 

 

 

Les arrestations d’enfants juifs parisiens à portée de clic

 

Présentation générale de la carte interactive des arrestations d’enfants juifs à Paris (1942-1944) réalisée par Jean-Luc Pinol

Le projet : ses acteurs et son contexte

Il s’agit d’une carte interactive des arrestations des enfants juifs à Paris intra-muros – plus de 6000 enfants arrêtés et déportés entre 1942 et 1944 – réalisée par Jean-Luc Pinol, spécialiste des systèmes d’information géographique pour la recherche historique à l’ENS de Lyon, très impliqué dans le développement des systèmes d’information géographique (SIG), directeur du TGE Adonis[1], à partir du recensement mené par Serge Klarsfeld, Mémorial de la Déportation des Juifs de France, 1978 et 2012 (édition revue et augmentée).

 

Cette réalisation s’inscrit dans le contexte des célébrations du 70eme anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942,  au cours de laquelle plus de 4000 enfants de moins de 16 ans furent arrêtés et déportés dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers. Précisément, elle fait écho à l’exposition « C’était des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, 1940-1945 » qui s’est tenue du 26 juin au 27 octobre 2012 à l’Hôtel de Ville de Paris. L’exposition retraçait le sort des enfants juifs pendant la guerre à partir de documents divers (journaux intimes, correspondances, dessins, photographies, affiches) et s’attachait à montrer la complexité et la diversité des enfances juives confrontées à la Shoah (« déportés », « survivants », « rescapés », « enfants cachés »).

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

La localisation à l’adresse a été réalisée Jean-Luc Pinol, avec l’aide de l’historienne Sabine Zeitoun, mise à disposition par la Fondation pour la mémoire de la Shoah. J-L Pinol a travaillé manuellement à partir du cadastre du début du XXe siècle pour situer les adresses. Ont été utilisés les points adresses actuels de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), adaptés pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Le webmapping a été réalisé par Gérald Foliot, ingénieur au TGE Adonis. Il intègre les espaces verts actuels, les cimetières et différents équipements permettant de se repérer. Il inclut un moteur de recherche interne, qui permet une double recherche par nom de famille et par rue ainsi qu’un double index des noms et des rues qui permet d’afficher la liste des enfants arrêtés à chaque adresse. L’utilisateur peut naviguer librement sur la carte : lorsque l’on passe le curseur sur les adresses, une infobulle affiche l’adresse et permet d’accéder à la liste des enfants. En cliquant sur le lien, le nom des victimes apparaît.

Intérêts et forces de la carte : un double usage scientifique et pédagogique

Des usages scientifiques et heuristiques pour les chercheurs

L’outil cartographique présente d’abord des vertus heuristiques pour les chercheurs, à double titre : (1) d’une part, en permettant de mieux visualiser, de confirmer ou infirmer ce qu’on savait déjà : «la carte montre de manière bien plus spectaculaire des phénomènes que l’on connaît historiquement. Ainsi : « les antisémites des années 30 associaient les Juifs à la ploutocratie. On voit bien que c’est faux. La grande majorité des enfants ont été arrêtés dans des quartiers pauvres, où ils résidaient bien souvent.» (2) d’autre part, en révélant des phénomènes qu’on ignorait et qu’on ne pouvait visualiser autrement, en soulevant ainsi de nouvelles questions, en suggérant de nouvelles pistes et hypothèses de recherche, de nouvelles corrélations : « la grande force d’une carte, c’est qu’elle permet de faire de nouvelles hypothèses historiographiques et de les tester très rapidement, pour voir si ça colle».

Des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public

La carte s’offre également à des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public : «Cela permet aux enfants de s’identifier à des décors qu’ils connaissent. Ils sont toujours très frappés de découvrir que des arrestations ont eu lieu tout près de chez eux.» Donc rendre l’histoire, le passé, la réalité de la déportation plus proche et plus familière.

Quelques résultats et exemples d’application…

… dans le sens d’une meilleure visualisation et d’une confirmation de phénomènes préétablis et déjà connus :

  • une nette division géographique entre le quart nord-est de la capitale, qui concentre la majorité des arrestations, et le sud-ouest, où celles-ci sont beaucoup plus réduites – car elles ont été plus tardives.
  • une corrélation entre arrestation/insalubrité/pauvreté : montre que 25% des enfants juifs arrêtés vivaient dans des ilots insalubres, ce qui atteste que la majorité des juifs arrêtés étaient pauvres et qui dément l’assimilation par les antisémites des années 1930 entre religion juive et ploutocratie
  • des informations sur les origines des familles déportées : les consonances des noms de famille témoignent aussi d’une immigration venue d’Europe de l’est (Pologne, Etats baltes) : « la communauté juive à Paris dans les années 40 était moins avancée socialement qu’aujourd’hui. Elle était notamment composée de personnes venues de Pologne, des pays baltes, qui exerçaient des métiers très humbles : tailleurs, casquetiers…», détaille Serge Klarsfeld.

… dans le sens d’une révélation de nouveaux phénomènes jusqu’ici invisibles et inconnus :

En croisant ces données sur les enfants juifs déportés avec le recensement de 1954, Jean-Luc Pinol a pu établir que les musulmans d’Algérie habitaient les mêmes îlots insalubres occupés par les Juifs quelques années auparavant

Les limites et faiblesses de la carte : approximations et lacunes

  • approximations : certaines localisations sont approximatives car la plupart des bâtiments ont aujourd’hui disparu : de nombreuses impasses, cours, cités n’existent plus, suite à la rénovation urbaine qui a fait disparaître de nombreux îlots déclarés insalubres (dans le 20e arrondissement, par exemple, l’impasse Saumon). Dans ce cas, des points ont été créés en fonction du cadastre du début du XXe siècle. L’adresse est suivie de la mention « localisation approximative » et la couleur affectée au point de localisation est plus claire. Il en va de même pour les adresses incomplètes ou dont le numéro semble incertain. Chaque point a une taille proportionnelle au nombre d’enfants arrêtés à cette adresse.
  • transformations : certaines voies ont été rebaptisées pour s’adapter aux évolutions toponymiques : par exemple, la rue Corbeau d’alors aujourd’hui dénommée rue Jacques Louvel-Tessier
  • lacunes : l’adresse d’une dizaine d’enfants – dont la liste est fournie – n’a pu être identifiée.
  • risques d’erreurs et lacunes : en dépit du soin apporté à la géolocalisation des adresses, des erreurs ou des lacunes peuvent subsister, que les utilisateurs sont invités à signaler – collaborant ainsi indirectement au travail du chercheur.

Portée et extensions envisagées

Si Serge Klarsfeld imagine une extension essentiellement « quantitative » de cet outil cartographique, qu’il souhaite appliquer à l’ensemble des 76 000 Français de confession juive déportés durant l’Occupation, Jean-Luc Pinol envisage de son côté un usage plus « qualitatif » visant à mettre en lumière des phénomènes plus précis, comme les camps de transit par où sont passés les personnes arrêtées, ainsi que leur lieux de déportation.

Cette carte a été présentée dans une version immersive (espace 3D avec multi-écrans), par le Professeur Jean-Luc Pinol et l’équipe du TGE-Adonis lors de la fête de la science à l’ENS de Lyon les 11-13 octobre 2012, parallèlement à une démonstration de l’outil Immersive Virtual Shanghai (IVS) : une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ». On pourrait à ce titre distinguer deux types d’usages de ces deux outils et deux types de destinataires. Malgré son aspect “ludique”, Immersive Virtual Shanghai est avant tout outil de visualisation des sources à disposition de l’historien : il permet essentiellement de se repérer dans la masse documentaire, d’explorer et de gérer une masse considérable d’archives. Il est donc en premier lieu destiné au chercheur  – même s’il peut intéresser le grand public avide de comprendre comment se fabrique le savoir historique voire – pourquoi pas – de se faire apprenti historien lui-même : IVS favoriserait en somme une sorte de démocratisation historiographique. De son côté, Virtual Paris apparaît davantage comme un outil de visualisation des résultats déjà produits par l’historien, et serait donc autant destiné au grand public qu’au chercheur.

Liens

Site du TGE Adonis 

Article de Libération du 28-09-2012

Exposition à Paris

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Billet sur Immersive Virtual Shanghai

 

(Re)lire le discours de Dakar

L’actualité récente – la visite de François Hollande au Sénégal, censée selon certains journalistes « laver » l’injure du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en 2007 – est l’occasion de (re)lire ce discours[1] qui a fait scandale à l’époque et suscité tant de controverses – comme un volcan endormi que nos chers médias « d’informations » friands de polémiques viennent aujourd’hui réveiller.

En relisant ce discours donc, quelques réflexions me semblent dignes d’être partagées. Délaissant la question journalistique – stérile, à mon sens – de savoir si un président peut être « victime de son nègre », les responsabilités étant partagées, et l’arbitrage entre Guaino et Sarkozy étant pour le moins sans intérêt – ces remarques aspirent à devenir plus historiographiques et historiennes, en s’inscrivant dans le cadre de ma réflexion sur le temps en histoire, sur notre rapport à l’histoire et notre « régime d’historicité »[2] et se réinsérant dans la perspective de l’histoire culturelle ou histoire des représentations. Essai d’histoire des représentations présentes, dirons-nous : représentations du Temps, représentation de l’Autre en ce XXIème.

Ce discours apparaît de manière générale comme un discours anti-historique ou anti-historien. En témoigne cette prolifération de nominations généralisantes et englobantes, sinon essentialisantes, qui tendent à « naturaliser » ou « essentialiser » « l’homme noir », « l’Africain » – au mieux, le pluriel « les Africains » reconnaît qu’il existe, peut-être, une diversité interne et que l’Afrique est plus complexe et hétérogène qu’il n’y paraît… bref à enfermer tout ce petit monde exotique dans une « essence » ou une « nature » que résume l’expression, surprenante sous la plume d’un homme du XXIème siècle, cette expression très « dix-neuviémiste », finalement, « d’âme africaine » – expression qui charrie toutes ces vieilles notions de « génie des nations » ou « d’âme nationale ». Peut-être faut-il y voir, chez le « nègre » d’une droite désorientée en quête de repères identitaires, de figures tutélaires sinon d’ancrage historique, la marque d’une admiration pour un gaullisme qui ne cesse de se déliter – y déceler comme l’ultime passage du « Général », ce passeur entre deux mondes – le monde du XIXème qui l’a vu naître et grandir, d’un côté ; de l’autre, le monde du XXème qui l’a vu agir et commettre – pour le meilleur et pour le pire, il n’appartient pas à l’historien d’en juger…

Ces dénominations réductrices annoncent  la suite du texte, et précisément ce passage clé qui cristallise tous les scandales : l’irruption d’une Afrique sans histoire, hors de l’histoire, ou du moins qui ne devrait son entrée dans l’histoire qu’à l’Europe – l’Europe qui trouve ainsi la voie de sa rédemption, le moyen de se racheter et se purger des « erreurs » coloniales ! S’ensuit tout un cortège de clichés et de stéréotypes sur l’Afrique, dans une sorte « d’africanisme » – par analogie avec « l’orientalisme » d’Edward Saïd[3] : une Afrique qui apparaît moins comme l’Afrique « réelle » que l’Afrique « construite », « imaginée », « rêvée » par les Européens eux-mêmes. Une Afrique au miroir des fantasmes européens. Une Afrique synonyme de « tradition », de « sagesse ancestrale », ou « millénaire », d’attachement primitif à la « terre africaine » de retour à la « nature ». Dans une sorte de « choc des civilisations » opposant cette Afrique et cette Europe comme deux blocs homogènes et inévitablement voués à l’affrontement. Clou de l’argumentation : le discours vient à point nommé momifier cette Afrique « intemporelle » dans un temps circulaire, cyclique, un temps de la « répétition », du « ressassement » et de « l’éternel recommencement » voire de « l’éternel retour » – par opposition au temps supposé linéaire de l’Europe en marche vers le progrès ! Hors contexte et dépourvue de « métadonnées », on pourrait lire dans ce texte une nouvelle « forgerie » dans le style d’Alain Corbin auteur, de ces imaginaires mais dangereuses « conférences de Morterolles » qui ont inspiré le tout récent ouvrage de Patrick Boucheron[4]. Étonnante résurgence, en effet, de la rhétorique coloniale du XIXème : ce postulat naïf d’une « hiérarchie des races », cette croyance en la supériorité des Blancs et sa mission civilisatrice à l’égard d’une Afrique restée dans l’enfance… même si désormais – tirant tout de même les « leçons de l’histoire », qui finalement ne se répète pas tant que cela… – si désormais, donc, on n’ira plus sur le terrain : les Africains devront cette fois se débrouiller tous seuls pour trouver le chemin de la modernité… nous voici donc en présence d’un esprit et une rhétorique très anachroniques, très « dix-neuvième », quoique mâtinés de contemporanéité, remodelés par l’inquiétude présentiste et la repentance du colonisateur revenu de ses « erreurs »… un anachronisme qui trahit peut-être un impensé de notre Europe « en crise » – la nostalgie inconsciente ou inavouable d’un Occident « sur le déclin » pour une « apogée » coloniale bien révolue… cette même nostalgie d’un âge d’or qui est reprochée dans le discours même à l’infantile Afrique ?

 


[2] Hartog, François. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. [Paris]: Seuil, 2003.

[3] Said, Edward W, Catherine Malamoud, et Tzvetan Todorov. L’orientalisme : l’orient créé par l’occident. Paris: Seuil, 1997.

[4] Venayre, Sylvain, et Patrick Boucheron. L’histoire au conditionnel : textes et documents à l’usage de l’étudiant. Paris: Mille et une nuits, 2012.

 

Retour(s) du ThatCamp Paris 2012

Voici un petit billet d’information à mon retour du ThatCamp Paris 2012 qui s’est tenu à l’EHESS à Paris les 24-26 septembre 2012, sous la coordination de Pierre Mounier.

Pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler – rien de honteux à cela : le mouvement est relativement récent, du moins en France, et moi-même n’en soupçonnait pas l’existence avant juillet dernier… Quel animal étrange est donc ce « ThatCamp » ?

La chimère (?) peut être décomposée en deux sous-animaux :

  • « That » pour « The Humanities and Technologies » : il s’agit de réfléchir sur l’impact de la « révolution numérique » sur les SHS et sur le métier de chercheur, sur ses pratiques de recherche et d’écriture, et sur les modes de diffusion du discours scientifique.
  • « Camp » : car conçu sur le modèle des barcamps des spécialistes d’informatique et de sciences de la communication

Parti des Etats-Unis – une fois de plus… – en 2008, plus précisément du Center for History and New Media (CHNM) – que nous bénissons aussi pour avoir inventé le programme de gestion bibliographique Zotero, qui nous dispense d’élaborer manuellement de laborieuses bibliographies… – le mouvement, plutôt qu’une « discipline » proprement dite, tend à développer en Europe depuis 2010 : premiers ThatCamp à Coblence, Lausanne, Paris en mai 2010, qui a débouché sur la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » fondateur du mouvement en France. Le ThatCamp obéit au principe d’une « non-conférence » : autrement dit ce sont les participants eux-mêmes qui organisent le ThatCamp : ils choisissent ensemble le programme le premier jour et animent ensuite leurs propres ateliers, qui s’apparentent davantage à des séminaires de réflexion et de pratique qu’à des conférences magistrales.

Les historiens étaient particulièrement représentés à ce ThatCamp 2012.

 

Pour plus d’informations sur le programme détaillé du ThatCampParis 2012 : http://tcp.hypotheses.org/category/thatcamp-paris-2012

Vous y trouverez également le Manifeste des Digital Humanities (2010) que vous pouvez signez en ligne (http://tcp.hypotheses.org/318) ou encore la liste des ateliers proposés ainsi que les notes prises lors de ces ateliers (qui sont en cours de formalisation) (http://tcp.hypotheses.org/676)

Quelques ateliers intéresseront tout particulièrement les historiens : l’historien-programmeur, archivage et mémoire du Web (sur la politique d’archivage numérique de la BNF et la question du dépôt légal numérique notamment), les outils numériques au service de la représentation du temps en histoire (pour lequel je me permets de faire une « publicité » particulière, en étant l’animatrice…)…

Sur le mouvement des ThatCamp de manière plus générale : http://thatcamp.org/

Blog des Historiens de l’ENSL

Créé à l’initiative de doctorants en histoire à l’ENSL, à l’origine pour servir de support de cours et de plateforme d’échange avec les étudiants, ce carnet est ouvert à tous les historiens de l’Ecole, apprentis ou chevronnés, étudiants comme enseignants-chercheurs, sans distinction de niveau ni de statut, de période ni d’espace.

Il se présente comme un lieu de collaboration qui a vocation à accueillir toutes les contributions et tous les horizons, toutes les réactions et commentaires concernant notre “noble” discipline…

Contre l’artificialité des cloisonnements imposés par les « habitus disciplinaires »* – le plus manifeste étant sans doute le sacro-saint découpage en « périodes » – ce carnet a l’ambition – peut-être démesurée, mais qui ne tente rien n’a rien ! – de fédérer les diverses ères de l’histoire (en hébergeant aussi bien les antiquisants que les contemporanéistes, les modernistes que les médiévistes), ses divers « domaines » et territoires (politique, social, économique, culturel), ses diverses « traditions » historiographiques, ou encore les divers espaces ou échelles – tant géographiques que temporelles – sur lesquelles nous travaillons.

En s’appuyant sur les vertus de ce support réticulaire et hypertextuel qu’est l’univers numérique, et en offrant un espace polyphonique d’expression et d’échanges, ce carnet prétend créer du lien entre les intérêts historiographiques les plus hétéroclites, former une sorte de constellation de pensées et de réflexions historiographiques sans effet de censure. Il s’agit ici de croiser, d’échanger, de faire découvrir, d’éveiller la curiosité.

Les contributeurs peuvent à cette fin proposer des liens, des ressources, des méthodes, des outils, des bibliographies et des suggestions ou compte rendu de lecture ; diffuser des informations et actualités concernant des événements et manifestations scientifiques, des expositions, ou sur leurs propres travaux ; voire, pourquoi pas, ouvrir et animer des débats et des discussions de nature historiographiques.

Encore embryonnaire et quelque peu austère – on ne cachera pas qu’il a été créé dans l’urgence à l’approche galopante des cours destinés aux étudiants de Master… – nous ne doutons pas que ceux qui voudront bien s’en saisir sauront faire de ce carnet un espace vivant et innovant.

* Soulié, Charles, « Des déterminants sociaux des pratiques scientifiques : Etude des sujets de recherches des docteurs en sciences sociales en France au début des années 1990 », Regards sociologiques, n°31, 2006, pp. 91-105.