Séminaire: « La prosopographie: objets et méthodes »

Un séminaire validable en M1 et M2, mais qui peut aussi être suivi librement par intérêt et curiosité.

Ce séminaire est destiné à confronter et à discuter les choix opérés lors d’enquêtes prosopographiques concrètes, dans la perspective de permettre une capitalisation des expériences réalisées. Il est complété par un carnet de recherche sur la plate-forme Hypotheses. Il est ouvert à tous, étudiants de master, doctorants, jeunes chercheurs et plus aguerris, sans restriction de discipline ou de période.

Première année (2012-2013) : Construire une population

La première année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur l’articulation du triptyque « construction d’un objet-définition d’une population-choix des données ». Dans la mesure où le recours à la méthode prosopographique induit un travail de définition et de délimitation de l’objet étudié, il nous a paru fondamental de nous arrêter aux questions corollaires, pour tenter de mettre en évidence les enjeux qui président aux opérations de définition préalables à la constitution de la population choisie. Si dans certains cas, la population préexiste à l’enquête (membres du PCF par exemple) ou qu’elle est déterminée par les sources disponibles (registres d’immatriculation des étudiants au Moyen Age), il n’en reste pas moins qu’elle impose une réflexion sur le type de questionnement auquel elle prétend répondre (construction de l’objet), sur l’usage des données disponibles et la recherche de sources supplémentaires. On peut aussi se poser la question des comparaisons externes possibles, notamment par la construction d’échantillons de contrôle. Des contraintes similaires peuvent être également observées du fait de l’inaccessibilité ou de l’inexistence des données, obligeant les chercheurs à reconsidérer la population à retenir et le questionnaire à lui appliquer. Un troisième cas de figure se présente quand l’abondance des matériaux impose une réflexion approfondie sur les limites à donner à l’enquête.

 

Programme : le séminaire aura toujours lieu de 14h à 17h

12 octobre 2012 (Ens de Lyon, salle F004) : « Le monde enseignant »

  • Pierre-Yves Lacour, « Les professeurs d’histoire naturelle des Écoles centrales (1795-1802) »
  • Emmanuelle Picard, « les professeurs de la faculté des sciences de Paris (XIXe) »
  • Thierry Kouamé, « les écoles et l’université de Paris XIIe-XVe (Studium Parisiense) »

30 novembre 2012 (Ens de Lyon, salle F004) : « Les Français à l’étranger »

  • Francine-Dominique Lichtenhan, « les Français en Russie (XVIIIe-XXe) »
  • Pascal Riviale, « Les Français au Pérou (XIXe) »
  • Anne Mézin, « les consuls de France à l’étranger (XVIIe-XVIIIe) »

11 janvier 2013 (Ens de Lyon, salle F004) : « Autour de corpus originaux »

  • Philippe Maurice, « Le Gévaudan (XIIIe-XVe) »
  • Nicolas Mariot et Claire Zalc, « Les juifs de Lens (XXe) »
  • Marie Thébaud-Sorger et Claire Barillé, « Les indemnisés de l’explosion de la Poudrerie de Grenelle sous la Révolution »

13 mars 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Administration »

  • Olivier Canteaut, « Les hommes de gouvernement (début XIVe) »
  • ANR Mosare (à confirmer), « L’administration française (XIXe) »
  • Philippe Depreux, « La cour carolingienne (fin VIIIe-IXe) »

10 avril 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Mondes savants »

  • Christiane Demeulenaere et Liliane Perez, « Les inventeurs (XIXe) »
  • Nadia Prévost-Urkidi, « La naissance de l’américanisme en France (XIXe) »
  • Bruno Delmas, « La France savante (XVIe-XXe) »

15 mai 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Engagements »

  • Bernard Pudal et Claude Pennetier (à confirmer), « Les permanents du PCF (XXe) »
  • Alix Heiniger, « Les résistants communistes allemands émigrés (XXe) »
  • Hugues Labarthe, « L’engagement politique des Gascons lors du Grand schisme (fin XIVe-début XVe) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.