Archives par étiquette : Réfugiés

La présence espagnole en Isère et dans le Rhône entre 1936 et 1939, accueil et insertion des populations

  • Par Louis Verger
  • Master 1 sous la direction de Claire Zalc

Au cours de l’entre-deux-guerres, la France a été une terre de forte immigration à la fois en provenance de l’Empire colonial et des autres pays européens. Cette immigration, encouragée et même organisée par le gouvernement et les entreprises fut, selon les périodes, les contextes économiques et politiques, plus ou moins bien acceptée par la population française. A la fin des années 1930, le délitement du Front Populaire et le contexte international de plus en plus tendu conduisent à un rejet de l’immigration et des étrangers par l’opinion publique de plus en plus xénophobe. C’est également au cours de cette période qu’éclate en Espagne la Guerre Civile suite au pronunciamiento du général Franco en juillet 1936. Dès le début, puis surtout à partir de 1939 et la chute de Barcelone, ce conflit pousse environ 455000 personnes sur les routes de l’exil en direction de la France. Durant les dernières années avant la Seconde Guerre mondiale cohabitèrent donc en France deux populations espagnoles différentes, l’une issue de l’immigration d’avant 1936, majoritairement économique, et l’autre composée d’exilés politiques poussés à chercher un refuge en France, alors l’une des dernières démocraties continentales de l’Europe de l’Ouest. Se pose donc la question du traitement différencié par les autorités de ces deux groupes, et des variations de statuts entre ressortissants d’un même pays.

Ce travail adopte une approche à l’échelle locale et prend pour point de départ la question du statut, ou justement de l’absence de statut de ces deux populations au niveau départemental. Les préfets, représentants de l’exécutif dans le département étaient ainsi chargés de contrôler leur population, et en particulier les étrangers dès 1938. Nous essayons également de montrer comment les autorités prirent en charge les Espagnols arrivant en France dépourvus de ressources et fuyant la guerre par la mise en place de structures d’hébergement au travers d’un système de camps d’internement. Pour cela nous nous appuyons sur le cas du département de l’Isère, concerné par ces politiques d’accueil d’urgence dans une mesure raisonnable en termes d’effectifs à héberger. Enfin, un autre axe de notre travail porte sur la mise en place d’un véritable réseau de solidarité, organisé à l’échelle européenne et mondiale, mais ayant également des représentations à l’échelle locale au travers d’associations et de groupes antifascistes. L’étude de ces réseaux permet de montrer les concordances et les divergences entre les associations à caractère politique et les associations proprement humanitaires en fonction des populations qu’elles aident en priorité.

Cette étude locale, permet donc de mieux comprendre comment, à l’échelle de deux départements, les autorités gérèrent une problématique de l’immigration tendue dans un contexte social crispé et xénophobe.