Archives par étiquette : PGM

Des « Boches » à Lyon et dans le Rhône de 1915 à 1920: le travail des prisonniers de guerre allemands entre économie de guerre et cohabitation avec l’ennemi

Depuis les années 1990, la Grande Guerre fait l’objet de travaux d’histoire sociale et culturelle qui portent désormais autant sur les populations de l’arrière que sur les soldats qui ont participé à la guerre au front. Partagés entre ces deux espaces clairement délimités par les autorités, les prisonniers allemands présents de 1915 à 1920 dans le département du Rhône disposent d’un statut ambigu.

Les apports croisés de l’histoire du travail et de l’histoire sociale franco-allemande permettent de saisir à la fois le statut des prisonniers et le traitement qui leur est accordé. Arrachés au front par l’ennemi puis mis officiellement au travail dès l’année 1915 pour participer à l’effort de guerre de l’Etat belligérant, ils auraient pu être considérés comme des « civils en uniforme »[1]. Mais la persistance de similarités avec les soldats du front comme la résistance à l’ennemi par la résistance au travail ont contribué à forger des représentations des prisonniers allemands comme « militaires en civil », partagées à la fois par les populations et les autorités militaires et civiles. Les prisonniers se sont pourtant progressivement intégrés dans la société civile rhodanienne. Leur incontestable participation à la survie de l’économie locale, qui a d’ailleurs conduit à des tensions internes aux secteurs intéressés par cette main-d’œuvre captive productive, constitue le principal facteur d’acceptation de « l’ennemi ». Pourtant, la cohabitation n’a pas toujours été facile. Les formes contrastées d’acceptation de la captivité et des difficiles conditions de travail provoquent ainsi des conflits du travail que les autorités n’avaient pas anticipés. Mais l’incontestable apport économique de la main-d’œuvre captive se reflète dans les négociations de paix de 1919 pendant lesquelles la France retarde leur rapatriement. Cette sortie de guerre se caractérise alors par la mobilisation du peuple allemand pour le retour de ses prisonniers mais également par une crainte des employeurs français de voir leur main-d’œuvre disparaître brutalement, alors qu’elle apparaît indispensable au fonctionnement de l’agriculture locale et des politiques de grands travaux engagées par la municipalité.

[1] Annette Becker, Oubliés de la Grande guerre: humanitaire et culture de guerre, 1914-1918, Paris, Éd. Noêsis, 1998, 405 p.