Archives par étiquette : Mémoire

Le souvenir des persécutions antijuives en Pologne autour de la Seconde Guerre mondiale dans la mémoire juive américaine

Depuis la publication en 2000 des Voisins[1] de Jan Tomasz Gross, un véritable débat public a été initié en Pologne sur la question du passé juif du pays, de l’antisémitisme polonais, et au sujet de la collaboration de la population sous l’occupation allemande. Anna Bikont souligne ainsi qu’il a fallu attendre plus de cinquante ans après les faits pour que tout ce que les Juifs Américains avaient toujours dit se trouve dramatiquement confirmé[2].

Ce travail porte en ce sens sur la mémoire juive américaine des persécutions antijuives qui eurent lieu en Pologne autour de la Seconde Guerre mondiale. A partir d’une définition de la mémoire comme pratique sociale, nous cherchons à comprendre pourquoi ce souvenir s’est construit aux Etats-Unis, et par quels acteurs il a été élaboré. En s’appuyant sur un corpus hétérogène composé de témoignages audiovisuels, de livres du souvenir, de journaux et revues juives mais aussi de sources plus exotiques comme des films et des bandes dessinées ; nous avons établi que la socialisation survivante et la socialisation émigrée avaient joué un grand rôle dans l’élaboration du souvenir des persécutions antijuives en Pologne dans la mémoire juive américaine. Du fait de l’interaction sociale, les camps de Personnes Déplacées, les sociétés d’originaires, les groupes survivants, les associations juives américaines sont autant d’espaces dans lesquels se joue une forme de « macération mémorielle ». Nous avons ainsi étudié le mouvement interne-externe par lequel le souvenir des persécutions antijuives en Pologne, sous l’impulsion de différents « entrepreneurs de mémoire », s’est déployé d’une sphère sociale à une autre : de la sphère survivante, vers la sphère émigrée polonaise, puis vers la sphère juive américaine, et enfin dans la sphère publique américaine. Du fait de l’omniprésence des Juifs d’origine polonaise aux Etats-Unis – ce qui s’explique par une immigration importante dès le XIXe siècle– la mémoire de la Shoah se trouve non seulement américanisée, mais surtout ethnicisée et polonisée par une série de captations interprétatives : les événements sont mémorialisés à l’aune d’un prisme polonais au sein duquel les persécutions antijuives et l’antisémitisme tiennent une place paradigmatique.

[1] Jan Gross, Les Voisins : 10 Juillet 1941, un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Fayard, 2002.

[2] Propos recueillis par Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence : la Pologne face à son passé juif, Paris, Autrement, 2009, p.34.