Archives par étiquette : Marx

Karl Marx à Paris : approche d’histoire sociale d’une coupure épistémologique (octobre 1843-janvier 1845)

  • Par Marceau Geoffrenet
  • Master 1 sous la direction de Sylvie Aprile

Comment peut-on appliquer Marx à Marx ? C’est à ce défi que ce mémoire souhaite modestement participer. La chose a bien entendu déjà été tentée non sans un certain succès. Cependant, il peut sembler intéressant de reconsidérer cette question pour essayer de voir comment des outils plus classiques de l’histoire sociale peuvent éclairer et participer à la résolution d’un problème aux enjeux philosophiques. Le terme de coupure épistémologique a été introduit par Louis Althusser pour signifier la différence fondamentale entre la pensée du jeune Marx et celle du Marx du Capital. Les outils de l’histoire sociale peuvent nous aider à mieux comprendre cette coupure.

On peut ainsi réfléchir à ce problème en décrivant les conditions de production de la pensée de Karl Marx c’est à dire l’ensemble des moyens matériels dont il dispose pour écrire et propager ses idées. Ces conditions délimitent nécessairement des réseaux qui amènent aussi les intellectuels à se confronter entre eux. Mais il faut aussi essayer de voir si ces évolutions font de Marx un intellectuel organique ou non de la classe qu’entendent représenter ces nouveaux intellectuels communistes à Paris : c’est à dire, au sens de Gramsci, savoir si son passage au communisme est lié à une transformations de la hiérarchie des classes dans la société et si Marx est de fait un penseur représentatif d’une nouvelle classe sociale d’intellectuels prolétarisés, ayant perdu leur ancien statut social.

On a adopté la technique de la prosopographie appliquée aux collaborateurs du Vorwärts, le journal dans lequel écrit Marx de 1844 à 1845. Les résultats, que l’on peut comparer à une prosopographie réalisée par Andre Spies sur les Jeunes Hégéliens montrent que si Marx n’est pas organique de la classe que souhaite représenter la Ligue des Justes (composée en bonne partie d’artisans allemands émigrés à Paris), il participe à des réunions, rassemblements et discutent avec les membres de cet organisation. Ce sont ces nouveaux réseaux de sociabilités et ces nouvelles pratiques intellectuelles qui l’amènent progressivement à se désolidariser de son ancienne classe intellectuelle par la lecture et l’appropriation de textes d’économie par exemple, tout en tentant, par le même processus, de prendre une position surplombante par rapport aux communistes dont il rejoint le combat.

Les outils de l’histoire sociale permettent de mettre en lumière les jeux de réseaux et les différences sociologiques entre ces intellectuels qui, s’ils changent d’idées et de combats, ne s’alignent cependant pas totalement sur les positions de ceux qu’ils rejoignent, en partie parce que leurs parcours sociaux et idéologiques sont différents.