Archives par étiquette : Lyon

Tisser chez soi. Les ouvrier-e-s à domicile des Soieries Bonnet dans les années 1920-1930

Lorsqu’on évoque des ouvrier-e-s tissant la soie à domicile, c’est l’image des canuts lyonnais qui s’impose le plus souvent à l’esprit, univers urbain souvent décrit au masculin. Pourtant, au XIXe comme au XXe siècle, de nombreux ouvriers et d’encore plus nombreuses ouvrières travaillent également la soie à domicile dans les campagnes autour de Lyon. Cette étude prend pour objet une partie de ces travailleurs-euses, qui ont en commun d’avoir tissé la soie à leur domicile au début des années 1930, pour le compte d’une entreprise, les Soieries Bonnet, implantée à Jujurieux dans l’Ain. L’axe de cette recherche est double. Il s’agit à la fois d’une enquête prosopographique par laquelle sont caractérisés socialement les 153 individus de la population définie plus haut : leur âge, leur qualification, leur situation familiale et professionnelle sont au cœur de ce travail. C’est aussi une approche par un lieu, le foyer, qui est adoptée ici, comme révélateur des rapports de classe et de genre. Au-delà des seul-e-s tisseurs-euses, ce sont tous les membres des ménages dans lesquels se trouvent des métiers à tisser qui ont retenu mon attention, pour tenter d’approcher les gestes du travail des unes et des autres. Les archives du personnel des Soieries Bonnet m’ont permis d’identifier cette population de 153 tisseur-euse-s, complétée par l’étude des recensements de population et des lettres échangées entre les ouvrier-e-s et la direction des Soieries.

Au fil de cette étude, c’est un milieu de petit-e-s paysan-ne-s pluriactif-ve-s qui se dessine. Dans le foyer transformé en atelier par la présence massive du métier à tisser, les femmes de tous les âges se consacrent au tissage, tandis que les hommes sont plus souvent occupés par le travail de la terre dans de petites propriétés en polyculture. Mais cette répartition genrée des tâches est à la fois réelle, et exagérée par les discours des protagonistes, car les femmes participent elles aussi aux travaux agricoles, tandis que les hommes les relaient parfois aux métiers à tisser. En vérité, la division du travail selon le sexe et l’âge des individus est toujours susceptible d’évoluer selon les besoins économiques des ménages : les rythmes du travail de la soie sont irréguliers, et les jours ou les semaines de chôme alternent avec les périodes de presse, selon un calendrier variable imposé par l’employeur. La période étudiée correspond à une phase de déclin de l’industrie soyeuse autour de la crise économique de 1929, ressentie très concrètement par des tissseur-euse-s dont les métiers sont à l’arrêt et qui se retrouvent pour certain-e-s sans ressources. Cette étude cherche donc à approcher l’organisation genrée du travail de la soie au sein du foyer, dans la vie domestique et familiale, et selon les relations avec l’usine qui exerce à distance son pouvoir.

Des « Boches » à Lyon et dans le Rhône de 1915 à 1920: le travail des prisonniers de guerre allemands entre économie de guerre et cohabitation avec l’ennemi

Depuis les années 1990, la Grande Guerre fait l’objet de travaux d’histoire sociale et culturelle qui portent désormais autant sur les populations de l’arrière que sur les soldats qui ont participé à la guerre au front. Partagés entre ces deux espaces clairement délimités par les autorités, les prisonniers allemands présents de 1915 à 1920 dans le département du Rhône disposent d’un statut ambigu.

Les apports croisés de l’histoire du travail et de l’histoire sociale franco-allemande permettent de saisir à la fois le statut des prisonniers et le traitement qui leur est accordé. Arrachés au front par l’ennemi puis mis officiellement au travail dès l’année 1915 pour participer à l’effort de guerre de l’Etat belligérant, ils auraient pu être considérés comme des « civils en uniforme »[1]. Mais la persistance de similarités avec les soldats du front comme la résistance à l’ennemi par la résistance au travail ont contribué à forger des représentations des prisonniers allemands comme « militaires en civil », partagées à la fois par les populations et les autorités militaires et civiles. Les prisonniers se sont pourtant progressivement intégrés dans la société civile rhodanienne. Leur incontestable participation à la survie de l’économie locale, qui a d’ailleurs conduit à des tensions internes aux secteurs intéressés par cette main-d’œuvre captive productive, constitue le principal facteur d’acceptation de « l’ennemi ». Pourtant, la cohabitation n’a pas toujours été facile. Les formes contrastées d’acceptation de la captivité et des difficiles conditions de travail provoquent ainsi des conflits du travail que les autorités n’avaient pas anticipés. Mais l’incontestable apport économique de la main-d’œuvre captive se reflète dans les négociations de paix de 1919 pendant lesquelles la France retarde leur rapatriement. Cette sortie de guerre se caractérise alors par la mobilisation du peuple allemand pour le retour de ses prisonniers mais également par une crainte des employeurs français de voir leur main-d’œuvre disparaître brutalement, alors qu’elle apparaît indispensable au fonctionnement de l’agriculture locale et des politiques de grands travaux engagées par la municipalité.

[1] Annette Becker, Oubliés de la Grande guerre: humanitaire et culture de guerre, 1914-1918, Paris, Éd. Noêsis, 1998, 405 p.

Exposition: En toutes lettres…

Les archives municipales de Lyon proposent une exposition à partir de ses fonds sur le thème : « En toutes lettres… Lyon 1760-1815. Correspondances privées« .

Présentation sur le site des AD:

Exposition du 4 avril au 1er décembre 2012

Les Archives de Lyon présentent la correspondance d’une grande famille lyonnaise à l’époque de l’Ancien Régime, de la Révolution et de l’Empire.
En toutes lettres … propose un voyage épistolaire illustré de dessins, d’objets du quotidien et autres documents d’archives. Une occasion inédite de revisiter l’histoire de la ville, et de porter un regard sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18es., entre le privé et le public, la famille et la politique.

A l’époque de la Révolution, des hommes et des femmes s’écrivent. Ils sont mariés, ils s’aiment et se le disent, ils élèvent leurs enfants, gèrent les affaires du quotidien – un quotidien qui à l’époque n’a rien d’ordinaire. Leur correspondance, conservée aux Archives de Lyon, permet d’entrer dans la vie d’une famille de la grande bourgeoisie lyonnaise connue pour avoir bâti un pont sur le Rhône : le pont Morand. Ces lettres offrent un point de vue nouveau, car peu étudié, sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18e siècle, entre le privé et le public, la famille et la politique.