Archives par étiquette : histoire

Vulgariser l’histoire au XXIe siècle. Éléments de définition de la communication des sciences par les pratiques

  • Par Corto Le Perron
  • M1 sous la direction d’Emmanuelle Picard

La notion pose débat, tout comme le terme, souvent critiqué, remisé, récusé, remplacé ; on peut ainsi lire ou entendre parler de diffusion, de médiation, d’information ou, plus globalement, de communication des sciences. Les différences, réelles, qui sont induites par ces appellations et leurs acceptions m’ont intéressé parce qu’elles révèlent le caractère hautement politique de l’activité qu’elles cherchent à désigner, et les enjeux culturels et idéologiques qu’elle met en présence. La plupart des définitions (que nous n’essayons pas de regrouper ou expliquer) mettent au cœur du processus de vulgarisation la mise en circulation d’un savoir entre différents groupes d’individus. Et ce mouvement est effectué majoritairement via des dispositifs spécialisés, qui assurent un changement de paradigme, c’est-à-dire la transposition d’un savoir d’un mode de pensée à un autre, d’un ensemble de références à un autre, d’un langage à un autre. La grande majorité des études menées sur la vulgarisation ont eu à cœur de dresser un cadre théorique de réflexion et d’appréhension d’une activité qui met en évidence le rapport de la société au savoir, et les conséquences politiques et sociales que ce rapport induit. Il n’existe en revanche que peu de travaux empiriques qui donneraient des indications sur ce que ces pratiques sont réellement. De plus, les travaux concernent avant tout la vulgarisation (et d’abord celle des sciences exactes et expérimentales) comme le fait des chercheurs, mettant en question leur rôle dans la société, leurs motivations, mais également le statut du texte scientifique, sa nature et sa forme – autant de questions essentielles, c’est certain. Cependant, j’ai décidé de m’intéresser plutôt aux professionnel.le.s de cette activité, à leurs pratiques ; en m’intéressant précisément à celles et ceux qui se placent à l’intersection des deux paradigmes, à la jonction et au point de basculement de toute entreprise de transfert culturel du savoir, j’ai voulu tenter une nouvelle définition de la vulgarisation à partir des conditions concrètes de production de ce savoir d’un autre genre.

J’ai ainsi obtenu des entretiens avec trois vulgarisateur.trice.s, venant d’horizons différents, travaillant dans des dispositifs différents, au sein de structures différentes : Valérie Hannin à L’Histoire, Emmanuel Laurentin à La Fabrique de l’histoire et Benjamin Brillaud sur Nota Bene. En comparant les parcours, productions et entretiens effectués avec ces trois professionnel.le.s, j’ai taché de déterminer ce qu’est, selon ses pratiques, la vulgarisation aujourd’hui – et plus particulièrement celle des sciences sociales. Les principaux facteurs que ce travail a permis d’identifier, prenant en compte notamment l’influence qu’a eue l’arrivée d’internet dans les pratiques, sont de quatre ordres principalement. Les contraintes qui influent sur la production d’un discours vulgarisé sont d’abord structurelles (dépendant de la structure, son fonctionnement, son économie, ses besoins techniques), autant qu’individuelles ou idiosyncrasiques (liées à celui ou celle qui vulgarise, son parcours, son rapport à la discipline historique, ses liens au monde savant). Mais on relève également des logiques inhérentes à la nature communicationnelle de toute opération de vulgarisation, des caractéristiques médiatiques (définition du public-cible, mise en place de stratégies de communication, les légitimités mise en jeu), ainsi que tout ce qui tient du soubassement idéologique (dimension pédagogique, inscription dans le contexte social, posture épistémologique adoptée). C’est la mise en tension de ces dimensions de la vulgarisation qui nous offre un nouvel angle d’approche d’une activité qui est aujourd’hui en évolution.