Archives par étiquette : Guerres d’Italie

La régulation de la violence des infanteries au service du roi de France durant les guerres d’Italie (1494-1559)

Français, Espagnols, Suisses et Italiens mais également Gascons, lansquenets ou encore estradiots : l’infanterie à l’oeuvre durant les guerres d’Italie vient de nombreux horizons et confère aux armées une allure « internationale », tandis que parallèlement, au sein même de ces bandes d’infanterie, des différences majeures apparaissent entre les groupes et entre les individus. Et cependant, malgré sa pluralité, la figure du fantassin est devenue le symbole d’une violence inouïe présente durant les guerres d’Italie et qui a choqué bon nombre des contemporains de cette époque.

De cette observation est née l’idée de s’intéresser à la culture de la violence de ces fantassins afin de saisir au plus près leur identité combattante, plaçant ainsi cette étude dans la filiation des perspectives de recherche actuelles en histoire militaire moderne, qui visent à replacer l’analyse à l’échelle de l’individu. Pour répondre aux exigences de l’année de M1, il a été convenu de s’intéresser principalement aux armées du roi de France et d’étudier la question du passage à l’acte violent. Les sources mobilisées sont principalement constituées de chroniques d’hommes de guerre de l’époque et de traités militaires – bien que de nombreux autres types de sources auraient eu leur place au sein de cette étude – car c’est à travers eux qu’apparaissent le mieux les actions du fantassin, individus n’ayant généralement pas laissé de traces écrites directes.

Il en est ressorti un certain nombre de spécificités qui, replacées chronologiquement à l’échelle de l’individu, contribuent à expliquer les modalités du passage à l’acte. Au sein d’une armée dont l’encadrement apparaît bien délimité, la marge de manoeuvre du fantassin dans le recours à la violence semble relativement importante : le commandement est en perpétuelle négociation avec lui, que ce soit lorsqu’il veut faire acte de violence mais également à l’inverse, lorsqu’il le refuse. Au-delà des différents éléments qui interviennent dans la décision par le fantassin du recours à la violence à un instant précis – comme la vision des renforts ennemis ou l’impact du discours du capitaine – les causes profondes du passage à l’acte sont à étudier, de ses motivations profondes au climat de violence existant au sein de l’armée, en passant par sa préparation militaire à travers la discipline et l’entrainement.

Car s’il apparaît comme un prédateur en raison de la pression qu’il exerce sur son commandement et des sévices qu’il commet, le fantassin des guerres d’Italie est également un individu surexposé à la guerre et ses aléas. Un terreau fertile à l’émergence d’une violence décomplexée.

« Et quand les piétons françois visrent qu’il falloit aller à l’assault, se commencèrent à mutiner pour leur payement; et quand monsieur de Sedan et le sieur de Corby visrent ce, vindrent donner dedans eulx tellement que à grands coups d’espée les fisrent aller à l’assault et promirent de bien faire après qu’ils en eurent tués deux ou trois ».

Robert III de La Marck, seigneur de Fleuranges, Mémoire du maréchal de Florange, dit le Jeune Adventureux.