Archives par étiquette : Espagne

D’un régime à l’autre. L’expérience de l’emprisonnement politique à la fin du franquisme dans une perspective de genre. Espagne-France, années 1960-1970

L’objectif de ce master 2 est de poser les premiers jalons d’une histoire des prisonnier.e.s de la fin du franquisme et de la transition, dans une perspective de genre. Il s’agit d’un travail préparatoire à une thèse, qui a essentiellement concerné le repérage des sources, compte tenu des obstacles existants à la consultation des archives publiques en Espagne, afin de mettre les questionnements à l’épreuve d’un échantillon de sources disponibles. Malgré ces difficultés, la nébuleuse des mouvements dits de récupération de la mémoire historique depuis une quinzaine d’années en Espagne qui s’incarnent dans l’ouverture de multiples espaces associatifs et mémoriels, encourage et rend possible un travail d’enquête orale auprès d’ancien.ne.s prisonnier.e.s. Une telle démarche, centrale dans ce projet, permet de se placer à l’échelle des individu.e.s, dans leurs interactions avec les groupes et réseaux dans lesquels ils et elles sont inséré.e.s (partis politiques, mouvements de soutien, sociabilités amicales ou familiales), dans et hors de la prison. Au travers « d’archives du soutien » (précisément ces archives de partis politiques, d’associations humanitaires, de maisons d’édition militantes et surtout d’avocat.e.s), il s’agit de cartographier les réseaux qui entourent et bien souvent traversent les prisons franquistes, entre l’Espagne et la France. Cet espace transnational a été identifié du fait du paysage de l’exil et des liens militants entre les deux pays. Les sources orales, accompagnées de ces archives de soutien, seront ponctuellement complétées par des archives judiciaires, pénitentiaires et diplomatiques afin de préciser les trajectoires des militant.e.s incarcéré.e.s. La prison est donc envisagée comme perméable, au niveau spatial, dans un cadre transnational, comme temporel, puisque l’emprisonnement est considérée comme une étape dans des carrières, non seulement pénales (puisqu’il s’accompagne souvent de l’expérience de tortures dans les locaux de la police politique, d’un procès, de surveillance et possiblement d’incarcérations multiples) mais aussi militantes.

La prison est dans ce cadre envisagée comme un terrain d’observation privilégié des mécanismes du régime et de la lutte contre celui-ci, en tant que point de rencontre de la répression et de la résistance. Elle permet ainsi de réfléchir à la nature du régime et à celle des transformations de la transition, pour questionner la sortie de guerre à retardement qu’expérimente l’Espagne à la mort du dictateur, en 1975. Grande concentration de militant.e.s de diverses tendances, y compris les plus radicales (qui emploient la lutte armée), elle permet d’accéder aux réseaux et carrières militantes des prisonnier.e.s, qui seraient moins accessibles en situation de clandestinité. En dialogue avec une historiographie récente qui étudie le renouvellement et la diversification de l’opposition antifranquiste dans les années 1960, souvent compartimentée par tendances, l’objectif est d’utiliser la prison comme un observatoire des rapports de force entre les différents mouvements. Enfin, en tant qu’espace quasiment non-mixte, elle permet de réfléchir à l’exercice d’une violence sexuée, à la construction des identités de genre et à la constitution d’un entre-soi féminin, voire féministe. Le projet de recherche recouvre donc deux dimensions : l’appréhension des prisonnier.e.s comme sujets d’une expérience et d’une mémoire à replacer au sein de trajectoires, et comme objets d’une mobilisation et d’une démobilisation dont il s’agit de retracer la genèse, le déploiement et le répertoire d’action.