Archives par étiquette : enseignement primaire

Les enseignant.e.s des écoles primaires supérieures de l’Isère: statuts, parcours, pratiques

Le système scolaire du XIXe siècle repose sur une double discrimination à la fois sexuelle et sociale, avec une distinction en ordres[1] selon l’origine sociale des élèves. Les lois scolaires des années 1880, qui réorganisent l’ensemble du système ne la remettent pas en cause. Dans l’ordre populaire qu’est le primaire, elles instaurent un enseignement primaire supérieur qui permet une prolongation des études au-delà de l’obligation légale et en dehors de l’enseignement secondaire réservé à une élite. Cet enseignement, dispensé au sein des écoles primaires supérieures et des cours complémentaires, a pour but d’approfondir la culture générale des élèves tout en les préparant professionnellement avec des cours ou des sections spéciales (agriculture, industrie, enseignement ménager ou commerce).

Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses voix s’élèvent pour remettre en cause la distinction en ordre du système scolaire. Dans les débats autour de « l’école unique » le cas des écoles primaires supérieures est largement discuté : doit-on ou non garder cette forme spécifique d’enseignement ? Les années 1930 voient ainsi de nombreuses réformes qui visent à rapprocher les ordres d’enseignement (primaire, secondaire et technique) et en 1941 Vichy transforment les écoles primaires supérieures en collèges modernes leur faisant ainsi perdre leur caractère unique d’un entre-deux : plus vraiment primaire et pas encore secondaire[2].

L’entre-deux-guerres apparait donc comme un moment de grande transformation et d’évolution des écoles primaires supérieures qui s’appréhende notamment au travers des parcours de leurs enseignant-e-s. C’est ce que nous nous proposons de faire avec une étude prosopographique traitant de 67 enseignant-e-s en poste lors de l’année scolaire 1929-1930 dans les onze écoles primaires supérieures de l’Isère. Celle-ci permet de questionner les spécificités des enseignant-e-s mais aussi à leur adaptation face aux transformations des E.P.S.[3]. Cette recherche s’interroge d’abord sur les modalités de constitution d’un corps enseignant : quel(s) parcours de formation suivi(s) ? comment se construisent les carrières ? quels sont les éléments déterminants dans la construction des parcours ? L’importance des hiérarchies entre les établissements et les ordres d’enseignement est aussi examinée afin de mettre en évidence les stratégies individuelles dans les mobilités de carrière, mais aussi dans les choix de l’administration. Il s’agit, se faisant, d’éclairer les demandes de l’institution scolaire face à son personnel afin de comprendre la logique des mutations et des nominations à tel ou tel poste. Enfin la prise en compte de tous les statuts enseignants des écoles primaires supérieures avec ces 67 enseignant-e-s informe sur les hiérarchies internes à ce personnel et sur les luttes pour la reconnaissance de chaque groupe.

[1] Cette distinction en ordre se lit à toutes les échelles : des réseaux d’établissements séparés, des enseignements et des programmes différents mais aussi des personnels enseignants distincts.

[2] Ou plutôt pas encore secondaire masculin classique, car les similitudes avec l’enseignement moderne voire l’enseignement secondaire féminin sont assez nombreuses.

[3] E.P.S. : Ecoles primaires supérieures