Archives par étiquette : droit international

Le genèse de l’espace

  • Par François Rulier
  • Master 1 sous la direction de Sandrine Kott

La Déclaration des principes légaux gouvernant les activités des États pour l’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, adoptée à la dix-huitième séance de l’Assemblée générale des Nations-Unies1, entre en application le 13 décembre 1963. Ce texte pose les fondements du droit spatial et de l’idéologie spatiale onusienne qui encadrent la conquête de l’espace. La défense de l’intérêt de l’humanité entière est la condition de la légitimité de cette entreprise : l’exploration et l’exploitation des corps célestes doivent profiter à tous les États, indépendamment de leur développement. La souveraineté nationale est bannie tandis que la paix devient un objectif prioritaire. Cependant, la paix passe par le respect de la Charte des Nations-Unies, qui accorde le droit de se défendre : la porte est ouverte pour les armes spatiales défensives. États-Unis et URSS s’en accommodent aisément tandis que les leaders du Tiers-Monde le déplorent, République arabe unie et Inde en tête.

Cette Déclaration cherche un compromis entre des visions opposées de l’espace, défendues par plusieurs groupes d’acteurs : l’Est communiste affronte l’Ouest capitaliste, mais l’URSS et les États-Unis négocient entre eux et ignorent leurs alliés. Les diplomates défendent les intérêts de leur État tandis que les scientifiques se soucient peu de géopolitique et défendent le maintien de la coopération internationale mise en place dès les années 1950 dans le cadre de l’Année géophysique internationale (AGI)2. Quant aux juristes, ils imaginent et codifient le futur de l’humanité, en s’appuyant sur les perspectives de la science-fiction plus encore que sur l’avancée technique et technologique. Avant le lancement de Spoutnik, le 4 octobre 1957, les scientifiques étaient les seuls à s’intéresser à l’espace : les principes défendus dans leurs organisations créent des précédents que les diplomates et les gouvernements doivent prendre en compte. La genèse de l’organisation du monde spatial international, des prémices de l’AGI jusqu’à la Déclaration de 1963, permet ainsi d’approcher la multiplicité des acteurs qui l’ont façonnée et leurs luttes idéologiques.

Autrement dit, cette genèse est l’occasion d’une histoire sociale des idéologies spatiales. Les archives du Ministère des affaires étrangères et les biographies des membres principaux du CNES3 permettent de suivre la construction du monde spatial international et de discerner les réseaux à l’œuvre. Les organisations internationales entrent en compétition pour s’imposer, et la diplomatie française offre un regard sur leur stratégie, leurs acteurs et leur succès, en entrant soit en contact soit en opposition avec certaines d’entre elles selon les intérêts du gouvernement français. Ces réseaux défendent chacun une organisation particulière de l’espace : l’affrontement engage essentiellement les États contre les organisations non-gouvernementales, et au-delà un espace des grandes puissances contre un espace de l’humanité.

1 Archive en ligne des Nations-Unies : ARES 1962 (XVIII)

2 Programme international de recherche sur l’atmosphère et le rayonnement solaire, organisé par l’International Council of Scientific Unions, qui a lieu entre le 1er juillet 1957 et le 31 décembre 1958.

3 Centre national d’étude spatial : agence spatiale française créée en 1961.