Archives par étiquette : chroniques

La faim, la soif et les pénuries alimentaires dans certaines sources narratives et lettres de la première croisade

J’étudie la façon dont certains chroniqueurs contemporains – qu’ils aient participé ou non à la première croisade – et épistoliers ont raconté les épisodes de faim et de soif pendant la première croisade. J’utilise pour cela les récits en latin d’Albert d’Aix, Raymond d’Aguilers, Foucher de Chartres, l’Anonyme et Guibert de Nogent ainsi que toutes les lettres envoyées à cette occasion qui ont été conservées : toutes mes sources ont été éditées et – à l’exception des lettres – traduites au moins par F. Guizot au XIXe siècle.

L’expédition croisée concentre les épisodes extrêmement meurtriers et a été amplement décrite par des sources contemporaines ou juste postérieures. Cette abondance relative de documents, pour le XIe siècle, permet d’étudier la façon dont sont décrites la faim et la soif et leurs conséquences aussi bien physiques que sociales. Leur précision permet également d’analyser les conditions dans lesquelles elles adviennent. De plus, ces fléaux prennent dans nos textes une force spirituelle, surtout que la majorité de nos auteurs sont des ecclésiastiques.

Dans ces épisodes, les besoins les plus élémentaires sont en jeu. Paradoxalement, la faim au Moyen-Âge a été très peu étudiée alors qu’elle fait partie de l’image d’Épinal de cette période, « temps de famines ». Il s’agit d’étudier, dans un cas bien spécifique, ces événements si fondamentaux et angoissants pour les contemporains. La peur de manquer est une réalité forte qui imprègne leur vie autant leur imaginaire ; elle est intégrée au système de représentation du monde de nos auteurs, même lorsqu’ils appartiennent à des classes assez favorisées.

De plus, la faim et la soif deviennent dans nos sources des révélateurs de personnalités individuelles, lâches ou héroïques, autant que de solidarités et de tensions collectives. Les plus faibles physiquement et socialement y laissent souvent la vie ; leurs souffrances permettent en tout cas d’apercevoir leurs préoccupations les plus quotidiennes, que ni les préventions sociales de nos auteurs, ni le caractère exceptionnel de la première croisade n’effacent.

« [Je] remercie Dieu et tous ces grands vainqueurs, qui creusaient la terre pour se nourrir de racines quand ils manquaient de pain »

Gesta Dei per Francos, de Guibert de Nogent