Archives mensuelles : juillet 2016

Vulgariser l’histoire au XXIe siècle. Éléments de définition de la communication des sciences par les pratiques

  • Par Corto Le Perron
  • M1 sous la direction d’Emmanuelle Picard

La notion pose débat, tout comme le terme, souvent critiqué, remisé, récusé, remplacé ; on peut ainsi lire ou entendre parler de diffusion, de médiation, d’information ou, plus globalement, de communication des sciences. Les différences, réelles, qui sont induites par ces appellations et leurs acceptions m’ont intéressé parce qu’elles révèlent le caractère hautement politique de l’activité qu’elles cherchent à désigner, et les enjeux culturels et idéologiques qu’elle met en présence. La plupart des définitions (que nous n’essayons pas de regrouper ou expliquer) mettent au cœur du processus de vulgarisation la mise en circulation d’un savoir entre différents groupes d’individus. Et ce mouvement est effectué majoritairement via des dispositifs spécialisés, qui assurent un changement de paradigme, c’est-à-dire la transposition d’un savoir d’un mode de pensée à un autre, d’un ensemble de références à un autre, d’un langage à un autre. La grande majorité des études menées sur la vulgarisation ont eu à cœur de dresser un cadre théorique de réflexion et d’appréhension d’une activité qui met en évidence le rapport de la société au savoir, et les conséquences politiques et sociales que ce rapport induit. Il n’existe en revanche que peu de travaux empiriques qui donneraient des indications sur ce que ces pratiques sont réellement. De plus, les travaux concernent avant tout la vulgarisation (et d’abord celle des sciences exactes et expérimentales) comme le fait des chercheurs, mettant en question leur rôle dans la société, leurs motivations, mais également le statut du texte scientifique, sa nature et sa forme – autant de questions essentielles, c’est certain. Cependant, j’ai décidé de m’intéresser plutôt aux professionnel.le.s de cette activité, à leurs pratiques ; en m’intéressant précisément à celles et ceux qui se placent à l’intersection des deux paradigmes, à la jonction et au point de basculement de toute entreprise de transfert culturel du savoir, j’ai voulu tenter une nouvelle définition de la vulgarisation à partir des conditions concrètes de production de ce savoir d’un autre genre.

J’ai ainsi obtenu des entretiens avec trois vulgarisateur.trice.s, venant d’horizons différents, travaillant dans des dispositifs différents, au sein de structures différentes : Valérie Hannin à L’Histoire, Emmanuel Laurentin à La Fabrique de l’histoire et Benjamin Brillaud sur Nota Bene. En comparant les parcours, productions et entretiens effectués avec ces trois professionnel.le.s, j’ai taché de déterminer ce qu’est, selon ses pratiques, la vulgarisation aujourd’hui – et plus particulièrement celle des sciences sociales. Les principaux facteurs que ce travail a permis d’identifier, prenant en compte notamment l’influence qu’a eue l’arrivée d’internet dans les pratiques, sont de quatre ordres principalement. Les contraintes qui influent sur la production d’un discours vulgarisé sont d’abord structurelles (dépendant de la structure, son fonctionnement, son économie, ses besoins techniques), autant qu’individuelles ou idiosyncrasiques (liées à celui ou celle qui vulgarise, son parcours, son rapport à la discipline historique, ses liens au monde savant). Mais on relève également des logiques inhérentes à la nature communicationnelle de toute opération de vulgarisation, des caractéristiques médiatiques (définition du public-cible, mise en place de stratégies de communication, les légitimités mise en jeu), ainsi que tout ce qui tient du soubassement idéologique (dimension pédagogique, inscription dans le contexte social, posture épistémologique adoptée). C’est la mise en tension de ces dimensions de la vulgarisation qui nous offre un nouvel angle d’approche d’une activité qui est aujourd’hui en évolution.

Tisser chez soi. Les ouvrier-e-s à domicile des Soieries Bonnet dans les années 1920-1930

Lorsqu’on évoque des ouvrier-e-s tissant la soie à domicile, c’est l’image des canuts lyonnais qui s’impose le plus souvent à l’esprit, univers urbain souvent décrit au masculin. Pourtant, au XIXe comme au XXe siècle, de nombreux ouvriers et d’encore plus nombreuses ouvrières travaillent également la soie à domicile dans les campagnes autour de Lyon. Cette étude prend pour objet une partie de ces travailleurs-euses, qui ont en commun d’avoir tissé la soie à leur domicile au début des années 1930, pour le compte d’une entreprise, les Soieries Bonnet, implantée à Jujurieux dans l’Ain. L’axe de cette recherche est double. Il s’agit à la fois d’une enquête prosopographique par laquelle sont caractérisés socialement les 153 individus de la population définie plus haut : leur âge, leur qualification, leur situation familiale et professionnelle sont au cœur de ce travail. C’est aussi une approche par un lieu, le foyer, qui est adoptée ici, comme révélateur des rapports de classe et de genre. Au-delà des seul-e-s tisseurs-euses, ce sont tous les membres des ménages dans lesquels se trouvent des métiers à tisser qui ont retenu mon attention, pour tenter d’approcher les gestes du travail des unes et des autres. Les archives du personnel des Soieries Bonnet m’ont permis d’identifier cette population de 153 tisseur-euse-s, complétée par l’étude des recensements de population et des lettres échangées entre les ouvrier-e-s et la direction des Soieries.

Au fil de cette étude, c’est un milieu de petit-e-s paysan-ne-s pluriactif-ve-s qui se dessine. Dans le foyer transformé en atelier par la présence massive du métier à tisser, les femmes de tous les âges se consacrent au tissage, tandis que les hommes sont plus souvent occupés par le travail de la terre dans de petites propriétés en polyculture. Mais cette répartition genrée des tâches est à la fois réelle, et exagérée par les discours des protagonistes, car les femmes participent elles aussi aux travaux agricoles, tandis que les hommes les relaient parfois aux métiers à tisser. En vérité, la division du travail selon le sexe et l’âge des individus est toujours susceptible d’évoluer selon les besoins économiques des ménages : les rythmes du travail de la soie sont irréguliers, et les jours ou les semaines de chôme alternent avec les périodes de presse, selon un calendrier variable imposé par l’employeur. La période étudiée correspond à une phase de déclin de l’industrie soyeuse autour de la crise économique de 1929, ressentie très concrètement par des tissseur-euse-s dont les métiers sont à l’arrêt et qui se retrouvent pour certain-e-s sans ressources. Cette étude cherche donc à approcher l’organisation genrée du travail de la soie au sein du foyer, dans la vie domestique et familiale, et selon les relations avec l’usine qui exerce à distance son pouvoir.

Un refuge contre l’exil ? La mise en camp des rapatriés d’Indochine en Lot-et-Garonne : entre stratégies d’intégration et résistance (1956-1981)

La guerre d’Indochine s’achève en 1954 par une victoire du Viêt-Minh, le mouvement indépendantiste vietnamien à Dien Bien Phu. Elle met ainsi fin à la colonisation française sur le territoire indochinois. Rapatrier les Français d’Indochine en métropole devient alors un des objectifs de l’Etat français. L’expression « rapatriés d’Indochine » recouvre des réalités diverses. Cette étude est consacrée aux Franco-indochinois, aux Eurasiens, nés d’un couple mixte franco-vietnamien.

Ces rapatriés arrivent massivement en France à partir de 1956. L’Etat héberge 4000 d’entre eux dans des camps, car ils ne peuvent subvenir à leurs propres besoins. Ce sont principalement des femmes et des enfants. Les pères, des militaires le plus souvent, sont morts au combat ou ont abandonné leur concubine.

L’archétype de ces camps est le CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine) de Sainte- Livrade, dans le Lot-et-Garonne. Les résidents sont pris en charge par l’Etat jusqu’en 1981, date de la municipalisation du camp.

Les aspects sociaux, culturels et économiques de la vie de ces rapatriés sont au centre de ce mémoire, analysés au prisme de la notion d’intégration dans toutes ses ambiguïtés. Il montre le cheminement de ces réfugiés à travers les politiques menées par les institutions, et leurs réactions à ces politiques. Tous adoptent des attitudes différentes, entre stratégies d’intégration et résistance.

La gestion administrative des pouvoirs publics est paradoxale. Ils semblent hésiter entre la volonté d’intégration de cette population et la marginalisation induite par la forme même du camp. Elle incite, en effet, au repli sur soi. L’inertie administrative transforme le camp transitoire en camp permanent. Les plans de réhabilitation envisagés n’aboutissent jamais et les aides restent limitées. Ceux qu’on appelle les « inassimilables », les « incasables » continuent de vivre là, n’ayant souvent ni travail, ni logement.

Les agents administratifs ont une attitude paternaliste avec cette population qui subit un double stigmate. Ces réfugiés issus des anciennes colonies sont victimes de présupposés raciaux. Ce sont aussi des gens pauvres. Comme les familles issues de milieu populaire, ils sont pris dans des dispositifs d’assistance. Ainsi, un rapport de domination s’établit entre les pouvoirs publics et les rapatriés.

L’histoire des rapatriés d’Indochine est l’histoire d’immigrés dont le destin s’inscrit dans les mouvements de décolonisation : elle est un exemple de gestion par l’Etat français d’une question migratoire singulière. De nationalité française, ces individus sont pourtant considérés comme des étrangers par l’administration comme par les Français de métropole.

Cette histoire a encore des répercussions à l’heure actuelle. Le CAFI est en cours de réhabilitation, mais les anciens résidents se battent pour qu’une mémoire de ce lieu demeure et que leurs droits soient reconnus.

Le maitre du jeu ? Le rôle diplomatique d’Auguste Pavie à Bangkok dans la conquête et la construction du territoire laotien

Le Laos, dernier ensemble territorial intégré à l’Indochine, passe officiellement sous protectorat français en 1893. Pourtant cette intégration, et surtout les limites fixées à l’avancée coloniale française en Asie, ne vont pas de soi. Avant 1893, le « Laos » n’existe pas en tant que tel, le territoire laotien dessiné par la colonisation française recouvre un ensemble éclaté de petites principautés, prêtant tribut à plusieurs puissances régionales en même temps. En concurrence, pour l’extension de leurs empires coloniaux en Asie, la France et la Grande-Bretagne s’intéressent aux pays lao qui s’étendent dans la vallée du Mékong, perçue comme une voie d’accès aux marchés du Yunnan. Toute l’importance de l’appropriation de la vallée du Mékong tient donc dans le « grand jeu » mené face à l’Angleterre. L’objectif de l’intégration du Laos à l’Indochine est moins colonial qu’impérial : la France cherche surtout à sécuriser son empire en Asie, le Laos n’est pas vu comme un objet d’intérêt en soi. La conquête du Laos ne prend que très peu un aspect militaire. D’autres moyens d’appropriation du territoire sont mis en place, notamment grâce au travail de la mission d’exploration menée par Auguste Pavie. Sa première tâche est d’améliorer la connaissance cartographique des territoires situés entre la cordillère Lannamitique et le Mékong. La mise en carte d’un territoire est un argument de légitimation dans l’appropriation de celui-ci, qui a surtout du poids vis-à-vis des concurrents européens. La mission Pavie se destine également à la « conquête des cœurs », une sensibilisation des populations, et surtout des chefs locaux, pour les faire passer du côté français, en construisant l’image d’une France bienveillante, capable de les protéger des incursions des irréguliers chinois et des Siamois. La conquête du Laos ne s’exerce donc pas à l’encontre des populations locales, les moyens utilisés pour l’appropriation du territoire cherchent surtout à empêcher une autre puissance en expansion de s’en emparer. Elle pose ainsi les bases d’une colonisation particulièrement ambiguë : en 1893, la limite occidentale de l’Indochine française a été repoussée sur le Mékong sans qu’on puisse parler de colonisation, au sens strict, du Laos, tant la présence française y est faible.

La représentation des Araucans-Mapuches dans les chroniques hispano-créoles des XVIe et XVIIe siècles

En 1535, une expédition de 500 hommes se lance à la découverte du Chili, où les Espagnols espèrent trouver l’El Dorado dont ils ont tant rêvé. Ils pensent pouvoir conquérir et dominer rapidement cette région, comme ils l’ont fait partout ailleurs en Amérique. Mais plus d’un siècle plus tard, en 1646, les conquistadores sont encore empêtrés dans la guerre contre les Indiens du Chili, les Araucans-Mapuches, qui ont réussi l’exploit de bloquer l’avancée des troupes hispano-créoles, et même de les faire reculer, lors d’un grand soulèvement, en 1598.

J’étudie la manière dont ces Indiens du Chili, à la résistance si singulière, sont représentés dans les chroniques des contemporains hispano-créoles, et en particulier dans celle d’un Père jésuite, Alonso de Ovalle, rédigée en 1646, et celle d’un soldat, Alonso de Góngora Marmolejo, rédigée en 1575. L’objectif est de comprendre comment se construisent les représentations des Araucans-Mapuches et de leur résistance acharnée, et les enjeux que cela soulève en terme d’identité, tant pour les Indiens que pour les Hispano-créoles.

Tout d’abord, les chroniqueurs des XVIe et XVIIe siècles semblent s’intéresser sincèrement à la réalité sociale des Araucans-Mapuches, ce qui ne les empêche pas de construire un véritable mythe autour de la figure de l’Indien, essentialisé et figé dans l’image d’un peuple guerrier. Les textes proposent une double vision de l’Araucan, présenté à la fois comme un barbare anthropophage et cruel, et comme un noble guerrier, incarnant un idéal de courage, de liberté et d’égalité. Par ailleurs, l’Araucan est surtout montré comme un Indien exceptionnel, un ennemi à la hauteur de l’Espagnol, tel qu’il n’en avait pas trouvé dans tout le Nouveau Monde. Sa résistance fait en réalité la gloire de ceux qui le combattent ; sa qualité rend les victoires plus glorieuses encore, et les défaites un peu moins amères.

Finalement, les discours des Araucans-Mapuches dans les chroniques nous en apprennent bien plus sur la manière dont les Hispano-créoles du Chili se représentent eux-mêmes et construisent leur propre identité. Celle-ci est avant tout déterminée par la relation à l’Indien, dans une opposition classique entre civilisation européenne et barbarie amérindienne. Mais l’élaboration de l’identité hispano-créole, au Chili, passe également par une double affirmation : celle de valeurs proprement « espagnoles » comme l’hidalguía, et l’idée d’une spécificité chilienne, de particularismes propres à la situation de guerre et à la situation de « confins », qui font de la société coloniale chilienne une société exceptionnelle.

D’un régime à l’autre. L’expérience de l’emprisonnement politique à la fin du franquisme dans une perspective de genre. Espagne-France, années 1960-1970

L’objectif de ce master 2 est de poser les premiers jalons d’une histoire des prisonnier.e.s de la fin du franquisme et de la transition, dans une perspective de genre. Il s’agit d’un travail préparatoire à une thèse, qui a essentiellement concerné le repérage des sources, compte tenu des obstacles existants à la consultation des archives publiques en Espagne, afin de mettre les questionnements à l’épreuve d’un échantillon de sources disponibles. Malgré ces difficultés, la nébuleuse des mouvements dits de récupération de la mémoire historique depuis une quinzaine d’années en Espagne qui s’incarnent dans l’ouverture de multiples espaces associatifs et mémoriels, encourage et rend possible un travail d’enquête orale auprès d’ancien.ne.s prisonnier.e.s. Une telle démarche, centrale dans ce projet, permet de se placer à l’échelle des individu.e.s, dans leurs interactions avec les groupes et réseaux dans lesquels ils et elles sont inséré.e.s (partis politiques, mouvements de soutien, sociabilités amicales ou familiales), dans et hors de la prison. Au travers « d’archives du soutien » (précisément ces archives de partis politiques, d’associations humanitaires, de maisons d’édition militantes et surtout d’avocat.e.s), il s’agit de cartographier les réseaux qui entourent et bien souvent traversent les prisons franquistes, entre l’Espagne et la France. Cet espace transnational a été identifié du fait du paysage de l’exil et des liens militants entre les deux pays. Les sources orales, accompagnées de ces archives de soutien, seront ponctuellement complétées par des archives judiciaires, pénitentiaires et diplomatiques afin de préciser les trajectoires des militant.e.s incarcéré.e.s. La prison est donc envisagée comme perméable, au niveau spatial, dans un cadre transnational, comme temporel, puisque l’emprisonnement est considérée comme une étape dans des carrières, non seulement pénales (puisqu’il s’accompagne souvent de l’expérience de tortures dans les locaux de la police politique, d’un procès, de surveillance et possiblement d’incarcérations multiples) mais aussi militantes.

La prison est dans ce cadre envisagée comme un terrain d’observation privilégié des mécanismes du régime et de la lutte contre celui-ci, en tant que point de rencontre de la répression et de la résistance. Elle permet ainsi de réfléchir à la nature du régime et à celle des transformations de la transition, pour questionner la sortie de guerre à retardement qu’expérimente l’Espagne à la mort du dictateur, en 1975. Grande concentration de militant.e.s de diverses tendances, y compris les plus radicales (qui emploient la lutte armée), elle permet d’accéder aux réseaux et carrières militantes des prisonnier.e.s, qui seraient moins accessibles en situation de clandestinité. En dialogue avec une historiographie récente qui étudie le renouvellement et la diversification de l’opposition antifranquiste dans les années 1960, souvent compartimentée par tendances, l’objectif est d’utiliser la prison comme un observatoire des rapports de force entre les différents mouvements. Enfin, en tant qu’espace quasiment non-mixte, elle permet de réfléchir à l’exercice d’une violence sexuée, à la construction des identités de genre et à la constitution d’un entre-soi féminin, voire féministe. Le projet de recherche recouvre donc deux dimensions : l’appréhension des prisonnier.e.s comme sujets d’une expérience et d’une mémoire à replacer au sein de trajectoires, et comme objets d’une mobilisation et d’une démobilisation dont il s’agit de retracer la genèse, le déploiement et le répertoire d’action.