Archives mensuelles : septembre 2012

Retour(s) du ThatCamp Paris 2012

Voici un petit billet d’information à mon retour du ThatCamp Paris 2012 qui s’est tenu à l’EHESS à Paris les 24-26 septembre 2012, sous la coordination de Pierre Mounier.

Pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler – rien de honteux à cela : le mouvement est relativement récent, du moins en France, et moi-même n’en soupçonnait pas l’existence avant juillet dernier… Quel animal étrange est donc ce « ThatCamp » ?

La chimère (?) peut être décomposée en deux sous-animaux :

  • « That » pour « The Humanities and Technologies » : il s’agit de réfléchir sur l’impact de la « révolution numérique » sur les SHS et sur le métier de chercheur, sur ses pratiques de recherche et d’écriture, et sur les modes de diffusion du discours scientifique.
  • « Camp » : car conçu sur le modèle des barcamps des spécialistes d’informatique et de sciences de la communication

Parti des Etats-Unis – une fois de plus… – en 2008, plus précisément du Center for History and New Media (CHNM) – que nous bénissons aussi pour avoir inventé le programme de gestion bibliographique Zotero, qui nous dispense d’élaborer manuellement de laborieuses bibliographies… – le mouvement, plutôt qu’une « discipline » proprement dite, tend à développer en Europe depuis 2010 : premiers ThatCamp à Coblence, Lausanne, Paris en mai 2010, qui a débouché sur la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » fondateur du mouvement en France. Le ThatCamp obéit au principe d’une « non-conférence » : autrement dit ce sont les participants eux-mêmes qui organisent le ThatCamp : ils choisissent ensemble le programme le premier jour et animent ensuite leurs propres ateliers, qui s’apparentent davantage à des séminaires de réflexion et de pratique qu’à des conférences magistrales.

Les historiens étaient particulièrement représentés à ce ThatCamp 2012.

 

Pour plus d’informations sur le programme détaillé du ThatCampParis 2012 : http://tcp.hypotheses.org/category/thatcamp-paris-2012

Vous y trouverez également le Manifeste des Digital Humanities (2010) que vous pouvez signez en ligne (http://tcp.hypotheses.org/318) ou encore la liste des ateliers proposés ainsi que les notes prises lors de ces ateliers (qui sont en cours de formalisation) (http://tcp.hypotheses.org/676)

Quelques ateliers intéresseront tout particulièrement les historiens : l’historien-programmeur, archivage et mémoire du Web (sur la politique d’archivage numérique de la BNF et la question du dépôt légal numérique notamment), les outils numériques au service de la représentation du temps en histoire (pour lequel je me permets de faire une « publicité » particulière, en étant l’animatrice…)…

Sur le mouvement des ThatCamp de manière plus générale : http://thatcamp.org/

Exposition: En toutes lettres…

Les archives municipales de Lyon proposent une exposition à partir de ses fonds sur le thème : « En toutes lettres… Lyon 1760-1815. Correspondances privées« .

Présentation sur le site des AD:

Exposition du 4 avril au 1er décembre 2012

Les Archives de Lyon présentent la correspondance d’une grande famille lyonnaise à l’époque de l’Ancien Régime, de la Révolution et de l’Empire.
En toutes lettres … propose un voyage épistolaire illustré de dessins, d’objets du quotidien et autres documents d’archives. Une occasion inédite de revisiter l’histoire de la ville, et de porter un regard sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18es., entre le privé et le public, la famille et la politique.

A l’époque de la Révolution, des hommes et des femmes s’écrivent. Ils sont mariés, ils s’aiment et se le disent, ils élèvent leurs enfants, gèrent les affaires du quotidien – un quotidien qui à l’époque n’a rien d’ordinaire. Leur correspondance, conservée aux Archives de Lyon, permet d’entrer dans la vie d’une famille de la grande bourgeoisie lyonnaise connue pour avoir bâti un pont sur le Rhône : le pont Morand. Ces lettres offrent un point de vue nouveau, car peu étudié, sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18e siècle, entre le privé et le public, la famille et la politique.

Séminaire: « La prosopographie: objets et méthodes »

Un séminaire validable en M1 et M2, mais qui peut aussi être suivi librement par intérêt et curiosité.

Ce séminaire est destiné à confronter et à discuter les choix opérés lors d’enquêtes prosopographiques concrètes, dans la perspective de permettre une capitalisation des expériences réalisées. Il est complété par un carnet de recherche sur la plate-forme Hypotheses. Il est ouvert à tous, étudiants de master, doctorants, jeunes chercheurs et plus aguerris, sans restriction de discipline ou de période.

Première année (2012-2013) : Construire une population

La première année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur l’articulation du triptyque « construction d’un objet-définition d’une population-choix des données ». Dans la mesure où le recours à la méthode prosopographique induit un travail de définition et de délimitation de l’objet étudié, il nous a paru fondamental de nous arrêter aux questions corollaires, pour tenter de mettre en évidence les enjeux qui président aux opérations de définition préalables à la constitution de la population choisie. Si dans certains cas, la population préexiste à l’enquête (membres du PCF par exemple) ou qu’elle est déterminée par les sources disponibles (registres d’immatriculation des étudiants au Moyen Age), il n’en reste pas moins qu’elle impose une réflexion sur le type de questionnement auquel elle prétend répondre (construction de l’objet), sur l’usage des données disponibles et la recherche de sources supplémentaires. On peut aussi se poser la question des comparaisons externes possibles, notamment par la construction d’échantillons de contrôle. Des contraintes similaires peuvent être également observées du fait de l’inaccessibilité ou de l’inexistence des données, obligeant les chercheurs à reconsidérer la population à retenir et le questionnaire à lui appliquer. Un troisième cas de figure se présente quand l’abondance des matériaux impose une réflexion approfondie sur les limites à donner à l’enquête.

 

Programme : le séminaire aura toujours lieu de 14h à 17h

12 octobre 2012 (Ens de Lyon, salle F004) : « Le monde enseignant »

  • Pierre-Yves Lacour, « Les professeurs d’histoire naturelle des Écoles centrales (1795-1802) »
  • Emmanuelle Picard, « les professeurs de la faculté des sciences de Paris (XIXe) »
  • Thierry Kouamé, « les écoles et l’université de Paris XIIe-XVe (Studium Parisiense) »

30 novembre 2012 (Ens de Lyon, salle F004) : « Les Français à l’étranger »

  • Francine-Dominique Lichtenhan, « les Français en Russie (XVIIIe-XXe) »
  • Pascal Riviale, « Les Français au Pérou (XIXe) »
  • Anne Mézin, « les consuls de France à l’étranger (XVIIe-XVIIIe) »

11 janvier 2013 (Ens de Lyon, salle F004) : « Autour de corpus originaux »

  • Philippe Maurice, « Le Gévaudan (XIIIe-XVe) »
  • Nicolas Mariot et Claire Zalc, « Les juifs de Lens (XXe) »
  • Marie Thébaud-Sorger et Claire Barillé, « Les indemnisés de l’explosion de la Poudrerie de Grenelle sous la Révolution »

13 mars 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Administration »

  • Olivier Canteaut, « Les hommes de gouvernement (début XIVe) »
  • ANR Mosare (à confirmer), « L’administration française (XIXe) »
  • Philippe Depreux, « La cour carolingienne (fin VIIIe-IXe) »

10 avril 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Mondes savants »

  • Christiane Demeulenaere et Liliane Perez, « Les inventeurs (XIXe) »
  • Nadia Prévost-Urkidi, « La naissance de l’américanisme en France (XIXe) »
  • Bruno Delmas, « La France savante (XVIe-XXe) »

15 mai 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Engagements »

  • Bernard Pudal et Claude Pennetier (à confirmer), « Les permanents du PCF (XXe) »
  • Alix Heiniger, « Les résistants communistes allemands émigrés (XXe) »
  • Hugues Labarthe, « L’engagement politique des Gascons lors du Grand schisme (fin XIVe-début XVe) »

Un réservoir infini : les carnets de recherche

Le portail Hypotheses.org offre la possibilité de créer des carnets de recherche, pour un chercheur, une équipe, un projet, une thématique. Ce carnet en fait partie. Cela en fait une mine extraordinaire d’informations, de réflexions, d’exemples et de lectures, sur des sujets variés, connexes ou très lointains. Certains de ces carnets sont même à dimension « professionnelle » :

Voici un choix non exhaustif de quelques carnets thématiques pouvant intéresser les historiens :

Choix opéré parmi près de 500 carnets ouverts à cette date, dont la liste se trouve ici

Méthodologie: Lectures

Plusieurs sites permettent non seulement de suivre l’actualité éditoriale mais offrent aussi des recensions en ligne :

–       la première revue en ligne de compte rendus : Lectures

–       la lettre de Liens Socio

–       la lettre de l’ADHC (Association pour le développement de l’histoire culturelle)

–       Recensio.net

Méthodologie : bases de données

Liens utiles : deux sites mettent à disposition des ressources riches, dont de nombreux tutoriels très utiles pour la réalisation de bases de données et leur traitement quantitatif :

–       Quanti / Sciences sociales

–       Quanti IHMC

Un ouvrage indispensable : Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour historiens, Repère, 2008

 

 

Méthodologie: Archives

Quelques pistes et liens concernant les archives pour l’histoire contemporaine:

 

Des fonds d’archives numérisées :

Blog des Historiens de l’ENSL

Créé à l’initiative de doctorants en histoire à l’ENSL, à l’origine pour servir de support de cours et de plateforme d’échange avec les étudiants, ce carnet est ouvert à tous les historiens de l’Ecole, apprentis ou chevronnés, étudiants comme enseignants-chercheurs, sans distinction de niveau ni de statut, de période ni d’espace.

Il se présente comme un lieu de collaboration qui a vocation à accueillir toutes les contributions et tous les horizons, toutes les réactions et commentaires concernant notre « noble » discipline…

Contre l’artificialité des cloisonnements imposés par les « habitus disciplinaires »* – le plus manifeste étant sans doute le sacro-saint découpage en « périodes » – ce carnet a l’ambition – peut-être démesurée, mais qui ne tente rien n’a rien ! – de fédérer les diverses ères de l’histoire (en hébergeant aussi bien les antiquisants que les contemporanéistes, les modernistes que les médiévistes), ses divers « domaines » et territoires (politique, social, économique, culturel), ses diverses « traditions » historiographiques, ou encore les divers espaces ou échelles – tant géographiques que temporelles – sur lesquelles nous travaillons.

En s’appuyant sur les vertus de ce support réticulaire et hypertextuel qu’est l’univers numérique, et en offrant un espace polyphonique d’expression et d’échanges, ce carnet prétend créer du lien entre les intérêts historiographiques les plus hétéroclites, former une sorte de constellation de pensées et de réflexions historiographiques sans effet de censure. Il s’agit ici de croiser, d’échanger, de faire découvrir, d’éveiller la curiosité.

Les contributeurs peuvent à cette fin proposer des liens, des ressources, des méthodes, des outils, des bibliographies et des suggestions ou compte rendu de lecture ; diffuser des informations et actualités concernant des événements et manifestations scientifiques, des expositions, ou sur leurs propres travaux ; voire, pourquoi pas, ouvrir et animer des débats et des discussions de nature historiographiques.

Encore embryonnaire et quelque peu austère – on ne cachera pas qu’il a été créé dans l’urgence à l’approche galopante des cours destinés aux étudiants de Master… – nous ne doutons pas que ceux qui voudront bien s’en saisir sauront faire de ce carnet un espace vivant et innovant.

* Soulié, Charles, « Des déterminants sociaux des pratiques scientifiques : Etude des sujets de recherches des docteurs en sciences sociales en France au début des années 1990 », Regards sociologiques, n°31, 2006, pp. 91-105.