Archives de catégorie : Billets

Un refuge contre l’exil ? La mise en camp des rapatriés d’Indochine en Lot-et-Garonne : entre stratégies d’intégration et résistance (1956-1981)

La guerre d’Indochine s’achève en 1954 par une victoire du Viêt-Minh, le mouvement indépendantiste vietnamien à Dien Bien Phu. Elle met ainsi fin à la colonisation française sur le territoire indochinois. Rapatrier les Français d’Indochine en métropole devient alors un des objectifs de l’Etat français. L’expression « rapatriés d’Indochine » recouvre des réalités diverses. Cette étude est consacrée aux Franco-indochinois, aux Eurasiens, nés d’un couple mixte franco-vietnamien.

Ces rapatriés arrivent massivement en France à partir de 1956. L’Etat héberge 4000 d’entre eux dans des camps, car ils ne peuvent subvenir à leurs propres besoins. Ce sont principalement des femmes et des enfants. Les pères, des militaires le plus souvent, sont morts au combat ou ont abandonné leur concubine.

L’archétype de ces camps est le CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine) de Sainte- Livrade, dans le Lot-et-Garonne. Les résidents sont pris en charge par l’Etat jusqu’en 1981, date de la municipalisation du camp.

Les aspects sociaux, culturels et économiques de la vie de ces rapatriés sont au centre de ce mémoire, analysés au prisme de la notion d’intégration dans toutes ses ambiguïtés. Il montre le cheminement de ces réfugiés à travers les politiques menées par les institutions, et leurs réactions à ces politiques. Tous adoptent des attitudes différentes, entre stratégies d’intégration et résistance.

La gestion administrative des pouvoirs publics est paradoxale. Ils semblent hésiter entre la volonté d’intégration de cette population et la marginalisation induite par la forme même du camp. Elle incite, en effet, au repli sur soi. L’inertie administrative transforme le camp transitoire en camp permanent. Les plans de réhabilitation envisagés n’aboutissent jamais et les aides restent limitées. Ceux qu’on appelle les « inassimilables », les « incasables » continuent de vivre là, n’ayant souvent ni travail, ni logement.

Les agents administratifs ont une attitude paternaliste avec cette population qui subit un double stigmate. Ces réfugiés issus des anciennes colonies sont victimes de présupposés raciaux. Ce sont aussi des gens pauvres. Comme les familles issues de milieu populaire, ils sont pris dans des dispositifs d’assistance. Ainsi, un rapport de domination s’établit entre les pouvoirs publics et les rapatriés.

L’histoire des rapatriés d’Indochine est l’histoire d’immigrés dont le destin s’inscrit dans les mouvements de décolonisation : elle est un exemple de gestion par l’Etat français d’une question migratoire singulière. De nationalité française, ces individus sont pourtant considérés comme des étrangers par l’administration comme par les Français de métropole.

Cette histoire a encore des répercussions à l’heure actuelle. Le CAFI est en cours de réhabilitation, mais les anciens résidents se battent pour qu’une mémoire de ce lieu demeure et que leurs droits soient reconnus.

Le souvenir des persécutions antijuives en Pologne autour de la Seconde Guerre mondiale dans la mémoire juive américaine

Depuis la publication en 2000 des Voisins[1] de Jan Tomasz Gross, un véritable débat public a été initié en Pologne sur la question du passé juif du pays, de l’antisémitisme polonais, et au sujet de la collaboration de la population sous l’occupation allemande. Anna Bikont souligne ainsi qu’il a fallu attendre plus de cinquante ans après les faits pour que tout ce que les Juifs Américains avaient toujours dit se trouve dramatiquement confirmé[2].

Ce travail porte en ce sens sur la mémoire juive américaine des persécutions antijuives qui eurent lieu en Pologne autour de la Seconde Guerre mondiale. A partir d’une définition de la mémoire comme pratique sociale, nous cherchons à comprendre pourquoi ce souvenir s’est construit aux Etats-Unis, et par quels acteurs il a été élaboré. En s’appuyant sur un corpus hétérogène composé de témoignages audiovisuels, de livres du souvenir, de journaux et revues juives mais aussi de sources plus exotiques comme des films et des bandes dessinées ; nous avons établi que la socialisation survivante et la socialisation émigrée avaient joué un grand rôle dans l’élaboration du souvenir des persécutions antijuives en Pologne dans la mémoire juive américaine. Du fait de l’interaction sociale, les camps de Personnes Déplacées, les sociétés d’originaires, les groupes survivants, les associations juives américaines sont autant d’espaces dans lesquels se joue une forme de « macération mémorielle ». Nous avons ainsi étudié le mouvement interne-externe par lequel le souvenir des persécutions antijuives en Pologne, sous l’impulsion de différents « entrepreneurs de mémoire », s’est déployé d’une sphère sociale à une autre : de la sphère survivante, vers la sphère émigrée polonaise, puis vers la sphère juive américaine, et enfin dans la sphère publique américaine. Du fait de l’omniprésence des Juifs d’origine polonaise aux Etats-Unis – ce qui s’explique par une immigration importante dès le XIXe siècle– la mémoire de la Shoah se trouve non seulement américanisée, mais surtout ethnicisée et polonisée par une série de captations interprétatives : les événements sont mémorialisés à l’aune d’un prisme polonais au sein duquel les persécutions antijuives et l’antisémitisme tiennent une place paradigmatique.

[1] Jan Gross, Les Voisins : 10 Juillet 1941, un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Fayard, 2002.

[2] Propos recueillis par Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence : la Pologne face à son passé juif, Paris, Autrement, 2009, p.34.

La société calédonienne à l’épreuve du rééquilibrage économique et professionnel. Le Programme 400 Cadres, de la décision politique à l’apparition d’une classe dirigeante locale (1988-1999)

Depuis l’Accord de Matignon en 1988 et dans l’attente du référendum d’autodétermination de 2018, la société calédonienne, en constants bouleversements, doit combiner ses spécificités traditionnelles aux nécessités économico-professionnelles induites par la mondialisation. En cela, le Programme 400 Cadres, structure unique en France d’accès aux postes clés de l’économie locale par action affirmative et davantage comparables aux systèmes d’affirmative action aux Etats-Unis ou dans l’Afrique du Sud post-Apartheid, semble répondre à l’urgence d’un rééquilibrage communautaire entre Kanak, « Caldoches » et métropolitains.

S’appuyant sur la revendication du FLNKS en 1988 d’associer la jeunesse autochtone longtemps mise de côté, d’abord par les lois de l’Indigénat puis par les différentes structures héritées de la colonisation, le Programme 400 Cadres a pour objectif premier de fournir aux différents secteurs administratifs et économiques de l’archipel un certain nombre de cadres locaux entre 1988 et 1998, faisant en cela partie intégrante du rééquilibrage au cœur de l’Accord. Remplacé au bout de dix ans par le Programme Cadres Avenirs, 400 Cadres n’en demeure pas moins un succès statistique en tant que programme conjoncturel à même de palier l’urgence de cette situation.

Il se peut néanmoins que ce programme, comme toute structure de discrimination positive, reflète certaines difficultés et tensions persistantes au sein de la société calédonienne. Principalement destiné aux postes administratifs apparaissant avec les changements institutionnels, 400 Cadres semble laisser de côté certains pans de l’économie locale, à commencer par les professions libérales ou les postes à haute responsabilité décisionnelle. De même, en bénéficiant explicitement à la communauté la plus éprouvée jusqu’alors, la communauté Kanak, le programme prend le risque de mettre à l’écart les autres communautés faisant également partie intégrante de la vie du territoire, notamment les « Caldoches » qui descendent des premiers colons européens et des bagnards, ou les Wallisiens-Futuniens, polynésiens dans un monde mélanésien et catholiques dans un monde protestant. Par ailleurs, il serait superficiel de faire le seul choix d’une étude du système sans s’intéresser aux parcours individuels, aux satisfactions et aux déceptions des principaux acteurs du programme, bénéficiaires comme encadrants.

A travers l’étude des archives territoriales relatives au programme en lui-même, à ses résultats macro-économiques et à son bilan statistique, mais aussi grâce aux nombreux témoignages réalisés sur place entre janvier et mars, ce travail a à cœur de démontrer les spécificités de ce programme et de pointer ses conséquences réelles pour l’économie de la Nouvelle-Calédonie comme pour ses populations et ses cadres.

Le MIL et les GARI. Premiers jalons pour une socio-histoire d’un engagement anti-franquiste et anticapitaliste. France-Espagne, 1968-1974

En Mai 1968, un groupe de jeunes lycéen-ne-s toulousain-e-s font leurs premières expériences du militantisme, tandis que de l’autre côté des Pyrénées, de jeunes Barcelonais-e-s prennent part au mouvement ouvrier radical qui se structure alors en Catalogne. Quelques années plus tard, dans un contexte général de passage à la clandestinité et à la lutte armée de certaines organisations d’extrême-gauche nées dans le sillage de la contestation de la fin des années 1960, ils fondent ensemble le Movimiento Iberico de Liberacion [MIL], et entrent en clandestinité à Barcelone pour lutter les armes à la main contre la dictature franquiste. Lorsqu’un grand nombre d’entre eux sont arrêtés et condamnés à de lourdes peines en septembre 1973, les rescapés retournent en France pour organiser, avec d’autres militant-e-s libertaires européen-ne-s, une campagne de solidarité avec les prisonniers du MIL, qui donnera lieu à de nombreuses actions spectaculaires pendant l’année 1974, revendiquées sous le nom des Groupes d’Action Révolutionnaire Internationalistes [GARI]. En partant du postulat qu’on ne peut expliquer cet engagement politique uniquement en termes de basculement et de rupture brutale, et que celui-ci, si exceptionnel, violent et extraordinaire fut-il, mérite d’être étudié avec les outils d’analyse du fonctionnement ordinaire du militantisme, ce mémoire tente d’analyser la trajectoire militante des membres du MIL et des GARI selon une perspective diachronique et multi-factorielle, en portant une attention particulière aux processus de radicalisation individuels. En s’appuyant sur des entretiens biographiques, ainsi que sur la consultation systématique de sources secondaires, ce mémoire se propose d’étudier les « carrières militantes » des membres du MIL et des GARI, afin de bâtir un modèle d’intelligibilité des processus de radicalisation des engagements politiques dans le cas spécifique d’une lutte anti-capitaliste et antifranquiste en France et en Espagne au début des années 1970.

Créer ou participer à un laboratoire junior

L’ENS de Lyon offre la possibilité à un groupe d’étudiants (dès le master) de créer un laboratoire de recherche « junior ». Un projet scientifique cohérent peut ainsi être mené par de jeunes chercheurs avec le support de l’ENS pour une durée de deux ans. Pour ce faire, l’équipe du futur labo junior doit monter un dossier programmatif qui est évalué en conseil scientifique.

Plusieurs sites donnent davantage d’informations sur ces structures:

– sur le site de l’ENS de Lyon;

– sur le site de l’association Enthèse (conseils pratiques pour le dossier).

Séminaire « La prosopographie : objets et méthodes », 2013-2014

Un séminaire validable en M1 et M2, mais qui peut aussi être suivi librement par intérêt et curiosité.

Ce séminaire est destiné à confronter et à discuter les choix opérés lors d’enquêtes prosopographiques concrètes, dans la perspective de permettre une capitalisation des expériences réalisées. Il est complété par un carnet de recherche sur la plate-forme Hypotheses. Il est ouvert à tous, étudiants de master, doctorants, jeunes chercheurs et plus aguerris, sans restriction de discipline ou de période.

Deuxième année (2013-2014) : Problèmes de sources et de méthodes

La deuxième année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur les sources, élément central de la réflexion en matière de prosopographie. L’analyse de corpus spécifiques, caractérisés soit par la rareté et la complexité de l’analyse, soit par l’abondance et la précision des données constituera le fil directeur de la réflexion. Cette seconde année permettra en particulier d’ouvrir le débat aux historiens antiquisants, mais aussi aux autres disciplines et de faire travailler de concert archivistes et universitaires autour de ces questions de sources.

Le séminaire a lieu de 14h à 17h, lors des 3 premières séances à l’ENS de Lyon et lors des 3 dernières séances aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Dates et intitulés des séances:

11 octobre (ENS de Lyon) : Professions du monde économique.

22 novembre (ENS de Lyon): Au service de l’Eglise

10 janvier (ENS de Lyon): Le monde de l’administration municipale

12 février (AN, Pierrefitte): Les communautés ecclésiastiques

26 mars (AN, Pierrefitte): Des sources spécifiques pour la prosopographie des élites?

4 juin (AN, Pierrefitte): Faire de la prosopographie dans un contexte de sources rares

Programme détaillé

Lancement du labo junior « Digital Humanities » à l’ENS de Lyon : appel d’offres !

Je recherche encore des candidats motivés pour participer à un labo junior « DH-Lyon » consacré au développement des Humanités numériques à l’ENS de Lyon : toutes les disciplines sont les bienvenues !

Je viens d’ouvrir un blog pour servir de base de lancement  au projet. Ce blog servira d’espace de réflexions et d’échanges autour de ce projet. Toute idée, réflexion ou suggestion est elle aussi bienvenu !

Pour plus d’informations sur le labo junior, vous pouvez consulter la page du site de l’ENS consacré aux labos junior, qui définit les objectifs, les conditions à remplir, et donne une liste des labos existants ou clôturés.
Ce blog devrait bientôt migrer sur Hypothèses.org.

(Re)lire le discours de Dakar

L’actualité récente – la visite de François Hollande au Sénégal, censée selon certains journalistes « laver » l’injure du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en 2007 – est l’occasion de (re)lire ce discours[1] qui a fait scandale à l’époque et suscité tant de controverses – comme un volcan endormi que nos chers médias « d’informations » friands de polémiques viennent aujourd’hui réveiller.

En relisant ce discours donc, quelques réflexions me semblent dignes d’être partagées. Délaissant la question journalistique – stérile, à mon sens – de savoir si un président peut être « victime de son nègre », les responsabilités étant partagées, et l’arbitrage entre Guaino et Sarkozy étant pour le moins sans intérêt – ces remarques aspirent à devenir plus historiographiques et historiennes, en s’inscrivant dans le cadre de ma réflexion sur le temps en histoire, sur notre rapport à l’histoire et notre « régime d’historicité »[2] et se réinsérant dans la perspective de l’histoire culturelle ou histoire des représentations. Essai d’histoire des représentations présentes, dirons-nous : représentations du Temps, représentation de l’Autre en ce XXIème.

Ce discours apparaît de manière générale comme un discours anti-historique ou anti-historien. En témoigne cette prolifération de nominations généralisantes et englobantes, sinon essentialisantes, qui tendent à « naturaliser » ou « essentialiser » « l’homme noir », « l’Africain » – au mieux, le pluriel « les Africains » reconnaît qu’il existe, peut-être, une diversité interne et que l’Afrique est plus complexe et hétérogène qu’il n’y paraît… bref à enfermer tout ce petit monde exotique dans une « essence » ou une « nature » que résume l’expression, surprenante sous la plume d’un homme du XXIème siècle, cette expression très « dix-neuviémiste », finalement, « d’âme africaine » – expression qui charrie toutes ces vieilles notions de « génie des nations » ou « d’âme nationale ». Peut-être faut-il y voir, chez le « nègre » d’une droite désorientée en quête de repères identitaires, de figures tutélaires sinon d’ancrage historique, la marque d’une admiration pour un gaullisme qui ne cesse de se déliter – y déceler comme l’ultime passage du « Général », ce passeur entre deux mondes – le monde du XIXème qui l’a vu naître et grandir, d’un côté ; de l’autre, le monde du XXème qui l’a vu agir et commettre – pour le meilleur et pour le pire, il n’appartient pas à l’historien d’en juger…

Ces dénominations réductrices annoncent  la suite du texte, et précisément ce passage clé qui cristallise tous les scandales : l’irruption d’une Afrique sans histoire, hors de l’histoire, ou du moins qui ne devrait son entrée dans l’histoire qu’à l’Europe – l’Europe qui trouve ainsi la voie de sa rédemption, le moyen de se racheter et se purger des « erreurs » coloniales ! S’ensuit tout un cortège de clichés et de stéréotypes sur l’Afrique, dans une sorte « d’africanisme » – par analogie avec « l’orientalisme » d’Edward Saïd[3] : une Afrique qui apparaît moins comme l’Afrique « réelle » que l’Afrique « construite », « imaginée », « rêvée » par les Européens eux-mêmes. Une Afrique au miroir des fantasmes européens. Une Afrique synonyme de « tradition », de « sagesse ancestrale », ou « millénaire », d’attachement primitif à la « terre africaine » de retour à la « nature ». Dans une sorte de « choc des civilisations » opposant cette Afrique et cette Europe comme deux blocs homogènes et inévitablement voués à l’affrontement. Clou de l’argumentation : le discours vient à point nommé momifier cette Afrique « intemporelle » dans un temps circulaire, cyclique, un temps de la « répétition », du « ressassement » et de « l’éternel recommencement » voire de « l’éternel retour » – par opposition au temps supposé linéaire de l’Europe en marche vers le progrès ! Hors contexte et dépourvue de « métadonnées », on pourrait lire dans ce texte une nouvelle « forgerie » dans le style d’Alain Corbin auteur, de ces imaginaires mais dangereuses « conférences de Morterolles » qui ont inspiré le tout récent ouvrage de Patrick Boucheron[4]. Étonnante résurgence, en effet, de la rhétorique coloniale du XIXème : ce postulat naïf d’une « hiérarchie des races », cette croyance en la supériorité des Blancs et sa mission civilisatrice à l’égard d’une Afrique restée dans l’enfance… même si désormais – tirant tout de même les « leçons de l’histoire », qui finalement ne se répète pas tant que cela… – si désormais, donc, on n’ira plus sur le terrain : les Africains devront cette fois se débrouiller tous seuls pour trouver le chemin de la modernité… nous voici donc en présence d’un esprit et une rhétorique très anachroniques, très « dix-neuvième », quoique mâtinés de contemporanéité, remodelés par l’inquiétude présentiste et la repentance du colonisateur revenu de ses « erreurs »… un anachronisme qui trahit peut-être un impensé de notre Europe « en crise » – la nostalgie inconsciente ou inavouable d’un Occident « sur le déclin » pour une « apogée » coloniale bien révolue… cette même nostalgie d’un âge d’or qui est reprochée dans le discours même à l’infantile Afrique ?

 


[2] Hartog, François. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. [Paris]: Seuil, 2003.

[3] Said, Edward W, Catherine Malamoud, et Tzvetan Todorov. L’orientalisme : l’orient créé par l’occident. Paris: Seuil, 1997.

[4] Venayre, Sylvain, et Patrick Boucheron. L’histoire au conditionnel : textes et documents à l’usage de l’étudiant. Paris: Mille et une nuits, 2012.

 

Blog des Historiens de l’ENSL

Créé à l’initiative de doctorants en histoire à l’ENSL, à l’origine pour servir de support de cours et de plateforme d’échange avec les étudiants, ce carnet est ouvert à tous les historiens de l’Ecole, apprentis ou chevronnés, étudiants comme enseignants-chercheurs, sans distinction de niveau ni de statut, de période ni d’espace.

Il se présente comme un lieu de collaboration qui a vocation à accueillir toutes les contributions et tous les horizons, toutes les réactions et commentaires concernant notre « noble » discipline…

Contre l’artificialité des cloisonnements imposés par les « habitus disciplinaires »* – le plus manifeste étant sans doute le sacro-saint découpage en « périodes » – ce carnet a l’ambition – peut-être démesurée, mais qui ne tente rien n’a rien ! – de fédérer les diverses ères de l’histoire (en hébergeant aussi bien les antiquisants que les contemporanéistes, les modernistes que les médiévistes), ses divers « domaines » et territoires (politique, social, économique, culturel), ses diverses « traditions » historiographiques, ou encore les divers espaces ou échelles – tant géographiques que temporelles – sur lesquelles nous travaillons.

En s’appuyant sur les vertus de ce support réticulaire et hypertextuel qu’est l’univers numérique, et en offrant un espace polyphonique d’expression et d’échanges, ce carnet prétend créer du lien entre les intérêts historiographiques les plus hétéroclites, former une sorte de constellation de pensées et de réflexions historiographiques sans effet de censure. Il s’agit ici de croiser, d’échanger, de faire découvrir, d’éveiller la curiosité.

Les contributeurs peuvent à cette fin proposer des liens, des ressources, des méthodes, des outils, des bibliographies et des suggestions ou compte rendu de lecture ; diffuser des informations et actualités concernant des événements et manifestations scientifiques, des expositions, ou sur leurs propres travaux ; voire, pourquoi pas, ouvrir et animer des débats et des discussions de nature historiographiques.

Encore embryonnaire et quelque peu austère – on ne cachera pas qu’il a été créé dans l’urgence à l’approche galopante des cours destinés aux étudiants de Master… – nous ne doutons pas que ceux qui voudront bien s’en saisir sauront faire de ce carnet un espace vivant et innovant.

* Soulié, Charles, « Des déterminants sociaux des pratiques scientifiques : Etude des sujets de recherches des docteurs en sciences sociales en France au début des années 1990 », Regards sociologiques, n°31, 2006, pp. 91-105.