Archives de catégorie : Actualités / News

La faim, la soif et les pénuries alimentaires dans certaines sources narratives et lettres de la première croisade

J’étudie la façon dont certains chroniqueurs contemporains – qu’ils aient participé ou non à la première croisade – et épistoliers ont raconté les épisodes de faim et de soif pendant la première croisade. J’utilise pour cela les récits en latin d’Albert d’Aix, Raymond d’Aguilers, Foucher de Chartres, l’Anonyme et Guibert de Nogent ainsi que toutes les lettres envoyées à cette occasion qui ont été conservées : toutes mes sources ont été éditées et – à l’exception des lettres – traduites au moins par F. Guizot au XIXe siècle.

L’expédition croisée concentre les épisodes extrêmement meurtriers et a été amplement décrite par des sources contemporaines ou juste postérieures. Cette abondance relative de documents, pour le XIe siècle, permet d’étudier la façon dont sont décrites la faim et la soif et leurs conséquences aussi bien physiques que sociales. Leur précision permet également d’analyser les conditions dans lesquelles elles adviennent. De plus, ces fléaux prennent dans nos textes une force spirituelle, surtout que la majorité de nos auteurs sont des ecclésiastiques.

Dans ces épisodes, les besoins les plus élémentaires sont en jeu. Paradoxalement, la faim au Moyen-Âge a été très peu étudiée alors qu’elle fait partie de l’image d’Épinal de cette période, « temps de famines ». Il s’agit d’étudier, dans un cas bien spécifique, ces événements si fondamentaux et angoissants pour les contemporains. La peur de manquer est une réalité forte qui imprègne leur vie autant leur imaginaire ; elle est intégrée au système de représentation du monde de nos auteurs, même lorsqu’ils appartiennent à des classes assez favorisées.

De plus, la faim et la soif deviennent dans nos sources des révélateurs de personnalités individuelles, lâches ou héroïques, autant que de solidarités et de tensions collectives. Les plus faibles physiquement et socialement y laissent souvent la vie ; leurs souffrances permettent en tout cas d’apercevoir leurs préoccupations les plus quotidiennes, que ni les préventions sociales de nos auteurs, ni le caractère exceptionnel de la première croisade n’effacent.

« [Je] remercie Dieu et tous ces grands vainqueurs, qui creusaient la terre pour se nourrir de racines quand ils manquaient de pain »

Gesta Dei per Francos, de Guibert de Nogent

 

Lancement du labo junior « Digital Humanities » à l’ENS de Lyon : appel d’offres !

Je recherche encore des candidats motivés pour participer à un labo junior « DH-Lyon » consacré au développement des Humanités numériques à l’ENS de Lyon : toutes les disciplines sont les bienvenues !

Je viens d’ouvrir un blog pour servir de base de lancement  au projet. Ce blog servira d’espace de réflexions et d’échanges autour de ce projet. Toute idée, réflexion ou suggestion est elle aussi bienvenu !

Pour plus d’informations sur le labo junior, vous pouvez consulter la page du site de l’ENS consacré aux labos junior, qui définit les objectifs, les conditions à remplir, et donne une liste des labos existants ou clôturés.
Ce blog devrait bientôt migrer sur Hypothèses.org.

Stage « Système d’information géographique pour faire de l’histoire »

Le stage « Système d’information géographique pour faire de l’histoire » se tiendra à l’IFE, les 15, 16 et 31 janvier 2013. Il a pour objectifs la maîtrise de Mapinfo qui est accessible en version serveur sur le site de l’ENS.
Le nombre de place est limité et il faut impérativement s’inscrire auprès de Jean-Luc Pinol (Jean-Luc.Pinol@ens-lyon.fr)

Les arrestations d’enfants juifs parisiens à portée de clic

 

Présentation générale de la carte interactive des arrestations d’enfants juifs à Paris (1942-1944) réalisée par Jean-Luc Pinol

Le projet : ses acteurs et son contexte

Il s’agit d’une carte interactive des arrestations des enfants juifs à Paris intra-muros – plus de 6000 enfants arrêtés et déportés entre 1942 et 1944 – réalisée par Jean-Luc Pinol, spécialiste des systèmes d’information géographique pour la recherche historique à l’ENS de Lyon, très impliqué dans le développement des systèmes d’information géographique (SIG), directeur du TGE Adonis[1], à partir du recensement mené par Serge Klarsfeld, Mémorial de la Déportation des Juifs de France, 1978 et 2012 (édition revue et augmentée).

 

Cette réalisation s’inscrit dans le contexte des célébrations du 70eme anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942,  au cours de laquelle plus de 4000 enfants de moins de 16 ans furent arrêtés et déportés dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers. Précisément, elle fait écho à l’exposition « C’était des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, 1940-1945 » qui s’est tenue du 26 juin au 27 octobre 2012 à l’Hôtel de Ville de Paris. L’exposition retraçait le sort des enfants juifs pendant la guerre à partir de documents divers (journaux intimes, correspondances, dessins, photographies, affiches) et s’attachait à montrer la complexité et la diversité des enfances juives confrontées à la Shoah (« déportés », « survivants », « rescapés », « enfants cachés »).

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

La localisation à l’adresse a été réalisée Jean-Luc Pinol, avec l’aide de l’historienne Sabine Zeitoun, mise à disposition par la Fondation pour la mémoire de la Shoah. J-L Pinol a travaillé manuellement à partir du cadastre du début du XXe siècle pour situer les adresses. Ont été utilisés les points adresses actuels de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), adaptés pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Le webmapping a été réalisé par Gérald Foliot, ingénieur au TGE Adonis. Il intègre les espaces verts actuels, les cimetières et différents équipements permettant de se repérer. Il inclut un moteur de recherche interne, qui permet une double recherche par nom de famille et par rue ainsi qu’un double index des noms et des rues qui permet d’afficher la liste des enfants arrêtés à chaque adresse. L’utilisateur peut naviguer librement sur la carte : lorsque l’on passe le curseur sur les adresses, une infobulle affiche l’adresse et permet d’accéder à la liste des enfants. En cliquant sur le lien, le nom des victimes apparaît.

Intérêts et forces de la carte : un double usage scientifique et pédagogique

Des usages scientifiques et heuristiques pour les chercheurs

L’outil cartographique présente d’abord des vertus heuristiques pour les chercheurs, à double titre : (1) d’une part, en permettant de mieux visualiser, de confirmer ou infirmer ce qu’on savait déjà : «la carte montre de manière bien plus spectaculaire des phénomènes que l’on connaît historiquement. Ainsi : « les antisémites des années 30 associaient les Juifs à la ploutocratie. On voit bien que c’est faux. La grande majorité des enfants ont été arrêtés dans des quartiers pauvres, où ils résidaient bien souvent.» (2) d’autre part, en révélant des phénomènes qu’on ignorait et qu’on ne pouvait visualiser autrement, en soulevant ainsi de nouvelles questions, en suggérant de nouvelles pistes et hypothèses de recherche, de nouvelles corrélations : « la grande force d’une carte, c’est qu’elle permet de faire de nouvelles hypothèses historiographiques et de les tester très rapidement, pour voir si ça colle».

Des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public

La carte s’offre également à des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public : «Cela permet aux enfants de s’identifier à des décors qu’ils connaissent. Ils sont toujours très frappés de découvrir que des arrestations ont eu lieu tout près de chez eux.» Donc rendre l’histoire, le passé, la réalité de la déportation plus proche et plus familière.

Quelques résultats et exemples d’application…

… dans le sens d’une meilleure visualisation et d’une confirmation de phénomènes préétablis et déjà connus :

  • une nette division géographique entre le quart nord-est de la capitale, qui concentre la majorité des arrestations, et le sud-ouest, où celles-ci sont beaucoup plus réduites – car elles ont été plus tardives.
  • une corrélation entre arrestation/insalubrité/pauvreté : montre que 25% des enfants juifs arrêtés vivaient dans des ilots insalubres, ce qui atteste que la majorité des juifs arrêtés étaient pauvres et qui dément l’assimilation par les antisémites des années 1930 entre religion juive et ploutocratie
  • des informations sur les origines des familles déportées : les consonances des noms de famille témoignent aussi d’une immigration venue d’Europe de l’est (Pologne, Etats baltes) : « la communauté juive à Paris dans les années 40 était moins avancée socialement qu’aujourd’hui. Elle était notamment composée de personnes venues de Pologne, des pays baltes, qui exerçaient des métiers très humbles : tailleurs, casquetiers…», détaille Serge Klarsfeld.

… dans le sens d’une révélation de nouveaux phénomènes jusqu’ici invisibles et inconnus :

En croisant ces données sur les enfants juifs déportés avec le recensement de 1954, Jean-Luc Pinol a pu établir que les musulmans d’Algérie habitaient les mêmes îlots insalubres occupés par les Juifs quelques années auparavant

Les limites et faiblesses de la carte : approximations et lacunes

  • approximations : certaines localisations sont approximatives car la plupart des bâtiments ont aujourd’hui disparu : de nombreuses impasses, cours, cités n’existent plus, suite à la rénovation urbaine qui a fait disparaître de nombreux îlots déclarés insalubres (dans le 20e arrondissement, par exemple, l’impasse Saumon). Dans ce cas, des points ont été créés en fonction du cadastre du début du XXe siècle. L’adresse est suivie de la mention « localisation approximative » et la couleur affectée au point de localisation est plus claire. Il en va de même pour les adresses incomplètes ou dont le numéro semble incertain. Chaque point a une taille proportionnelle au nombre d’enfants arrêtés à cette adresse.
  • transformations : certaines voies ont été rebaptisées pour s’adapter aux évolutions toponymiques : par exemple, la rue Corbeau d’alors aujourd’hui dénommée rue Jacques Louvel-Tessier
  • lacunes : l’adresse d’une dizaine d’enfants – dont la liste est fournie – n’a pu être identifiée.
  • risques d’erreurs et lacunes : en dépit du soin apporté à la géolocalisation des adresses, des erreurs ou des lacunes peuvent subsister, que les utilisateurs sont invités à signaler – collaborant ainsi indirectement au travail du chercheur.

Portée et extensions envisagées

Si Serge Klarsfeld imagine une extension essentiellement « quantitative » de cet outil cartographique, qu’il souhaite appliquer à l’ensemble des 76 000 Français de confession juive déportés durant l’Occupation, Jean-Luc Pinol envisage de son côté un usage plus « qualitatif » visant à mettre en lumière des phénomènes plus précis, comme les camps de transit par où sont passés les personnes arrêtées, ainsi que leur lieux de déportation.

Cette carte a été présentée dans une version immersive (espace 3D avec multi-écrans), par le Professeur Jean-Luc Pinol et l’équipe du TGE-Adonis lors de la fête de la science à l’ENS de Lyon les 11-13 octobre 2012, parallèlement à une démonstration de l’outil Immersive Virtual Shanghai (IVS) : une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ». On pourrait à ce titre distinguer deux types d’usages de ces deux outils et deux types de destinataires. Malgré son aspect « ludique », Immersive Virtual Shanghai est avant tout outil de visualisation des sources à disposition de l’historien : il permet essentiellement de se repérer dans la masse documentaire, d’explorer et de gérer une masse considérable d’archives. Il est donc en premier lieu destiné au chercheur  – même s’il peut intéresser le grand public avide de comprendre comment se fabrique le savoir historique voire – pourquoi pas – de se faire apprenti historien lui-même : IVS favoriserait en somme une sorte de démocratisation historiographique. De son côté, Virtual Paris apparaît davantage comme un outil de visualisation des résultats déjà produits par l’historien, et serait donc autant destiné au grand public qu’au chercheur.

Liens

Site du TGE Adonis 

Article de Libération du 28-09-2012

Exposition à Paris

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Billet sur Immersive Virtual Shanghai

 

(Re)lire le discours de Dakar

L’actualité récente – la visite de François Hollande au Sénégal, censée selon certains journalistes « laver » l’injure du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en 2007 – est l’occasion de (re)lire ce discours[1] qui a fait scandale à l’époque et suscité tant de controverses – comme un volcan endormi que nos chers médias « d’informations » friands de polémiques viennent aujourd’hui réveiller.

En relisant ce discours donc, quelques réflexions me semblent dignes d’être partagées. Délaissant la question journalistique – stérile, à mon sens – de savoir si un président peut être « victime de son nègre », les responsabilités étant partagées, et l’arbitrage entre Guaino et Sarkozy étant pour le moins sans intérêt – ces remarques aspirent à devenir plus historiographiques et historiennes, en s’inscrivant dans le cadre de ma réflexion sur le temps en histoire, sur notre rapport à l’histoire et notre « régime d’historicité »[2] et se réinsérant dans la perspective de l’histoire culturelle ou histoire des représentations. Essai d’histoire des représentations présentes, dirons-nous : représentations du Temps, représentation de l’Autre en ce XXIème.

Ce discours apparaît de manière générale comme un discours anti-historique ou anti-historien. En témoigne cette prolifération de nominations généralisantes et englobantes, sinon essentialisantes, qui tendent à « naturaliser » ou « essentialiser » « l’homme noir », « l’Africain » – au mieux, le pluriel « les Africains » reconnaît qu’il existe, peut-être, une diversité interne et que l’Afrique est plus complexe et hétérogène qu’il n’y paraît… bref à enfermer tout ce petit monde exotique dans une « essence » ou une « nature » que résume l’expression, surprenante sous la plume d’un homme du XXIème siècle, cette expression très « dix-neuviémiste », finalement, « d’âme africaine » – expression qui charrie toutes ces vieilles notions de « génie des nations » ou « d’âme nationale ». Peut-être faut-il y voir, chez le « nègre » d’une droite désorientée en quête de repères identitaires, de figures tutélaires sinon d’ancrage historique, la marque d’une admiration pour un gaullisme qui ne cesse de se déliter – y déceler comme l’ultime passage du « Général », ce passeur entre deux mondes – le monde du XIXème qui l’a vu naître et grandir, d’un côté ; de l’autre, le monde du XXème qui l’a vu agir et commettre – pour le meilleur et pour le pire, il n’appartient pas à l’historien d’en juger…

Ces dénominations réductrices annoncent  la suite du texte, et précisément ce passage clé qui cristallise tous les scandales : l’irruption d’une Afrique sans histoire, hors de l’histoire, ou du moins qui ne devrait son entrée dans l’histoire qu’à l’Europe – l’Europe qui trouve ainsi la voie de sa rédemption, le moyen de se racheter et se purger des « erreurs » coloniales ! S’ensuit tout un cortège de clichés et de stéréotypes sur l’Afrique, dans une sorte « d’africanisme » – par analogie avec « l’orientalisme » d’Edward Saïd[3] : une Afrique qui apparaît moins comme l’Afrique « réelle » que l’Afrique « construite », « imaginée », « rêvée » par les Européens eux-mêmes. Une Afrique au miroir des fantasmes européens. Une Afrique synonyme de « tradition », de « sagesse ancestrale », ou « millénaire », d’attachement primitif à la « terre africaine » de retour à la « nature ». Dans une sorte de « choc des civilisations » opposant cette Afrique et cette Europe comme deux blocs homogènes et inévitablement voués à l’affrontement. Clou de l’argumentation : le discours vient à point nommé momifier cette Afrique « intemporelle » dans un temps circulaire, cyclique, un temps de la « répétition », du « ressassement » et de « l’éternel recommencement » voire de « l’éternel retour » – par opposition au temps supposé linéaire de l’Europe en marche vers le progrès ! Hors contexte et dépourvue de « métadonnées », on pourrait lire dans ce texte une nouvelle « forgerie » dans le style d’Alain Corbin auteur, de ces imaginaires mais dangereuses « conférences de Morterolles » qui ont inspiré le tout récent ouvrage de Patrick Boucheron[4]. Étonnante résurgence, en effet, de la rhétorique coloniale du XIXème : ce postulat naïf d’une « hiérarchie des races », cette croyance en la supériorité des Blancs et sa mission civilisatrice à l’égard d’une Afrique restée dans l’enfance… même si désormais – tirant tout de même les « leçons de l’histoire », qui finalement ne se répète pas tant que cela… – si désormais, donc, on n’ira plus sur le terrain : les Africains devront cette fois se débrouiller tous seuls pour trouver le chemin de la modernité… nous voici donc en présence d’un esprit et une rhétorique très anachroniques, très « dix-neuvième », quoique mâtinés de contemporanéité, remodelés par l’inquiétude présentiste et la repentance du colonisateur revenu de ses « erreurs »… un anachronisme qui trahit peut-être un impensé de notre Europe « en crise » – la nostalgie inconsciente ou inavouable d’un Occident « sur le déclin » pour une « apogée » coloniale bien révolue… cette même nostalgie d’un âge d’or qui est reprochée dans le discours même à l’infantile Afrique ?

 


[2] Hartog, François. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. [Paris]: Seuil, 2003.

[3] Said, Edward W, Catherine Malamoud, et Tzvetan Todorov. L’orientalisme : l’orient créé par l’occident. Paris: Seuil, 1997.

[4] Venayre, Sylvain, et Patrick Boucheron. L’histoire au conditionnel : textes et documents à l’usage de l’étudiant. Paris: Mille et une nuits, 2012.

 

Open edition: l’actualité des sciences humaines et sociales

J’ai déjà présenté ici la ressource très riche que constituent les carnets de recherche de la plate-forme Hypothèses. Mais celle-ci s’inscrit dans un périmètre plus vaste concernant l’actualité de la recherche en sciences humaines et sociales, puisqu’elle comprend également deux autres portails très utiles:

Calenda, l’actualité des SHS, qui met en ligne les annonces de colloques, séminaires, journées d’études, mais aussi des appels à contribution, voire des annonces de bourses ou d’emploi.

Revues.org, portail de revues en ligne, dont la majeure partie est en libre accès.

Ces trois portails sont regroupés sous le label Open edition, site sur lequel un moteur de recherche très utile permet des interrogations sur l’ensemble des données rassemblées dans ce cadre.

Journée portes ouvertes aux Archives du Rhône le 5 octobre

Les Archives départementales du Rhône organisent à nouveau une journée portes ouvertes destinée aux étudiants.

Cette journée est prévue le lundi 05 novembre.

Au programme :

– à 10 h et 14 h : présentation des Archives du Rhône suivie d’un exposé sur la méthodologie de la recherche en archives et d’une présentation du site internet ;
– ateliers : archives foncières, recherche personnalisée sur internet, bibliothèque et périodiques, visites guidées.

Pour tout renseignement

Chrystèle IMBERT
Chargée de la recherche et de la promotion des fonds
Service des Publics
Archives départementales du Rhône
http://archives.rhone.fr

Retour(s) du ThatCamp Paris 2012

Voici un petit billet d’information à mon retour du ThatCamp Paris 2012 qui s’est tenu à l’EHESS à Paris les 24-26 septembre 2012, sous la coordination de Pierre Mounier.

Pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler – rien de honteux à cela : le mouvement est relativement récent, du moins en France, et moi-même n’en soupçonnait pas l’existence avant juillet dernier… Quel animal étrange est donc ce « ThatCamp » ?

La chimère (?) peut être décomposée en deux sous-animaux :

  • « That » pour « The Humanities and Technologies » : il s’agit de réfléchir sur l’impact de la « révolution numérique » sur les SHS et sur le métier de chercheur, sur ses pratiques de recherche et d’écriture, et sur les modes de diffusion du discours scientifique.
  • « Camp » : car conçu sur le modèle des barcamps des spécialistes d’informatique et de sciences de la communication

Parti des Etats-Unis – une fois de plus… – en 2008, plus précisément du Center for History and New Media (CHNM) – que nous bénissons aussi pour avoir inventé le programme de gestion bibliographique Zotero, qui nous dispense d’élaborer manuellement de laborieuses bibliographies… – le mouvement, plutôt qu’une « discipline » proprement dite, tend à développer en Europe depuis 2010 : premiers ThatCamp à Coblence, Lausanne, Paris en mai 2010, qui a débouché sur la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » fondateur du mouvement en France. Le ThatCamp obéit au principe d’une « non-conférence » : autrement dit ce sont les participants eux-mêmes qui organisent le ThatCamp : ils choisissent ensemble le programme le premier jour et animent ensuite leurs propres ateliers, qui s’apparentent davantage à des séminaires de réflexion et de pratique qu’à des conférences magistrales.

Les historiens étaient particulièrement représentés à ce ThatCamp 2012.

 

Pour plus d’informations sur le programme détaillé du ThatCampParis 2012 : http://tcp.hypotheses.org/category/thatcamp-paris-2012

Vous y trouverez également le Manifeste des Digital Humanities (2010) que vous pouvez signez en ligne (http://tcp.hypotheses.org/318) ou encore la liste des ateliers proposés ainsi que les notes prises lors de ces ateliers (qui sont en cours de formalisation) (http://tcp.hypotheses.org/676)

Quelques ateliers intéresseront tout particulièrement les historiens : l’historien-programmeur, archivage et mémoire du Web (sur la politique d’archivage numérique de la BNF et la question du dépôt légal numérique notamment), les outils numériques au service de la représentation du temps en histoire (pour lequel je me permets de faire une « publicité » particulière, en étant l’animatrice…)…

Sur le mouvement des ThatCamp de manière plus générale : http://thatcamp.org/

Exposition: En toutes lettres…

Les archives municipales de Lyon proposent une exposition à partir de ses fonds sur le thème : « En toutes lettres… Lyon 1760-1815. Correspondances privées« .

Présentation sur le site des AD:

Exposition du 4 avril au 1er décembre 2012

Les Archives de Lyon présentent la correspondance d’une grande famille lyonnaise à l’époque de l’Ancien Régime, de la Révolution et de l’Empire.
En toutes lettres … propose un voyage épistolaire illustré de dessins, d’objets du quotidien et autres documents d’archives. Une occasion inédite de revisiter l’histoire de la ville, et de porter un regard sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18es., entre le privé et le public, la famille et la politique.

A l’époque de la Révolution, des hommes et des femmes s’écrivent. Ils sont mariés, ils s’aiment et se le disent, ils élèvent leurs enfants, gèrent les affaires du quotidien – un quotidien qui à l’époque n’a rien d’ordinaire. Leur correspondance, conservée aux Archives de Lyon, permet d’entrer dans la vie d’une famille de la grande bourgeoisie lyonnaise connue pour avoir bâti un pont sur le Rhône : le pont Morand. Ces lettres offrent un point de vue nouveau, car peu étudié, sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18e siècle, entre le privé et le public, la famille et la politique.