Archives de l’auteur : Emmanuelle Picard

Le genèse de l’espace

  • Par François Rulier
  • Master 1 sous la direction de Sandrine Kott

La Déclaration des principes légaux gouvernant les activités des États pour l’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, adoptée à la dix-huitième séance de l’Assemblée générale des Nations-Unies1, entre en application le 13 décembre 1963. Ce texte pose les fondements du droit spatial et de l’idéologie spatiale onusienne qui encadrent la conquête de l’espace. La défense de l’intérêt de l’humanité entière est la condition de la légitimité de cette entreprise : l’exploration et l’exploitation des corps célestes doivent profiter à tous les États, indépendamment de leur développement. La souveraineté nationale est bannie tandis que la paix devient un objectif prioritaire. Cependant, la paix passe par le respect de la Charte des Nations-Unies, qui accorde le droit de se défendre : la porte est ouverte pour les armes spatiales défensives. États-Unis et URSS s’en accommodent aisément tandis que les leaders du Tiers-Monde le déplorent, République arabe unie et Inde en tête.

Cette Déclaration cherche un compromis entre des visions opposées de l’espace, défendues par plusieurs groupes d’acteurs : l’Est communiste affronte l’Ouest capitaliste, mais l’URSS et les États-Unis négocient entre eux et ignorent leurs alliés. Les diplomates défendent les intérêts de leur État tandis que les scientifiques se soucient peu de géopolitique et défendent le maintien de la coopération internationale mise en place dès les années 1950 dans le cadre de l’Année géophysique internationale (AGI)2. Quant aux juristes, ils imaginent et codifient le futur de l’humanité, en s’appuyant sur les perspectives de la science-fiction plus encore que sur l’avancée technique et technologique. Avant le lancement de Spoutnik, le 4 octobre 1957, les scientifiques étaient les seuls à s’intéresser à l’espace : les principes défendus dans leurs organisations créent des précédents que les diplomates et les gouvernements doivent prendre en compte. La genèse de l’organisation du monde spatial international, des prémices de l’AGI jusqu’à la Déclaration de 1963, permet ainsi d’approcher la multiplicité des acteurs qui l’ont façonnée et leurs luttes idéologiques.

Autrement dit, cette genèse est l’occasion d’une histoire sociale des idéologies spatiales. Les archives du Ministère des affaires étrangères et les biographies des membres principaux du CNES3 permettent de suivre la construction du monde spatial international et de discerner les réseaux à l’œuvre. Les organisations internationales entrent en compétition pour s’imposer, et la diplomatie française offre un regard sur leur stratégie, leurs acteurs et leur succès, en entrant soit en contact soit en opposition avec certaines d’entre elles selon les intérêts du gouvernement français. Ces réseaux défendent chacun une organisation particulière de l’espace : l’affrontement engage essentiellement les États contre les organisations non-gouvernementales, et au-delà un espace des grandes puissances contre un espace de l’humanité.

1 Archive en ligne des Nations-Unies : ARES 1962 (XVIII)

2 Programme international de recherche sur l’atmosphère et le rayonnement solaire, organisé par l’International Council of Scientific Unions, qui a lieu entre le 1er juillet 1957 et le 31 décembre 1958.

3 Centre national d’étude spatial : agence spatiale française créée en 1961.

 

Les transformations de la justice des mineurs en France (1980-2010).

La justice des mineurs est encore largement déterminée, en France, par l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante. Cette ordonnance impose la primauté des mesures éducatives sur la peine, et accorde au juge des enfants un rôle central. Toutefois, elle a été modifiée une quarantaine de fois depuis cette date, ce qui témoigne des nombreuses mutations qu’ont connu le droit pénal des mineurs ainsi que les modalités de leur prise en charge, notamment ces trente dernières années.

Les réformes conduites depuis les années 1990 ont eu pour effet de rapprocher la justice des mineurs, considérée comme spécifique, avec celle des adultes qui relève du droit commun. La place nouvelle accordée au Parquet a particulièrement renouvelé la politique pénale vis-à-vis des mineurs délinquants. Constitué de magistrats non-spécialisés, celui-ci ne classe plus aussi facilement les affaires que ne le faisaient les juges des enfants, multipliant les suites judiciaires — rappels à la loi, condamnations pénales. Notre recherche a pour but d’expliquer ce mouvement progressif de « déspécialisation » (D. Youf) de la justice des mineurs qui s’engage à l’approche des années 2000, à travers l’analyse de ses causes et de ses effets.

En pratique, la remise en cause de la notion fondamentale d’ « irresponsabilité » du mineur, clairement établie dans l’ordonnance de 1945, symbolise le mieux ce basculement. En 1998, une circulaire d’Élisabeth Guigou, alors Garde des Sceaux, veut imposer « la responsabilité du mineur dans la violation de la loi que constitue avant tout l’acte délictueux ». Cette volonté se traduit par la multiplication de lois (2002, 2004, 2007, 2011) qui permettent d’accélérer et d’alourdir les sanctions contre les jeunes délinquants, en fonction de leur degré de « discernement ».

Le principe d’une « réponse pénale graduée » selon l’âge est donc de plus en plus remis en cause en dépit des réserves du Conseil Constitutionnel. Les récidivistes sont particulièrement ciblés, l’opinion publique manifestant son mécontentement face à la lenteur de l’appareil judiciaire et aux réponses jugées inadaptées des pouvoirs publics. Parallèlement, les objectifs de réinsertion sociale et de relèvement éducatif du mineur sont considérablement revus à la baisse. Est-ce à dire que les logiques punitives ont pris un pas décisif sur les logiques éducatives ? Alors qu’en 1980 les condamnations pénales représentaient un tiers des décisions judiciaires à l’égard des mineurs, cette proportion a dépassé les 50 % en 2013.

Notre étude vise donc à comprendre, sans prendre parti, les origines de ces renversements, en intégrant le contexte politique, économique et social de l’époque comme éléments-clés d’interprétation.

 

La faim, la soif et les pénuries alimentaires dans certaines sources narratives et lettres de la première croisade

J’étudie la façon dont certains chroniqueurs contemporains – qu’ils aient participé ou non à la première croisade – et épistoliers ont raconté les épisodes de faim et de soif pendant la première croisade. J’utilise pour cela les récits en latin d’Albert d’Aix, Raymond d’Aguilers, Foucher de Chartres, l’Anonyme et Guibert de Nogent ainsi que toutes les lettres envoyées à cette occasion qui ont été conservées : toutes mes sources ont été éditées et – à l’exception des lettres – traduites au moins par F. Guizot au XIXe siècle.

L’expédition croisée concentre les épisodes extrêmement meurtriers et a été amplement décrite par des sources contemporaines ou juste postérieures. Cette abondance relative de documents, pour le XIe siècle, permet d’étudier la façon dont sont décrites la faim et la soif et leurs conséquences aussi bien physiques que sociales. Leur précision permet également d’analyser les conditions dans lesquelles elles adviennent. De plus, ces fléaux prennent dans nos textes une force spirituelle, surtout que la majorité de nos auteurs sont des ecclésiastiques.

Dans ces épisodes, les besoins les plus élémentaires sont en jeu. Paradoxalement, la faim au Moyen-Âge a été très peu étudiée alors qu’elle fait partie de l’image d’Épinal de cette période, « temps de famines ». Il s’agit d’étudier, dans un cas bien spécifique, ces événements si fondamentaux et angoissants pour les contemporains. La peur de manquer est une réalité forte qui imprègne leur vie autant leur imaginaire ; elle est intégrée au système de représentation du monde de nos auteurs, même lorsqu’ils appartiennent à des classes assez favorisées.

De plus, la faim et la soif deviennent dans nos sources des révélateurs de personnalités individuelles, lâches ou héroïques, autant que de solidarités et de tensions collectives. Les plus faibles physiquement et socialement y laissent souvent la vie ; leurs souffrances permettent en tout cas d’apercevoir leurs préoccupations les plus quotidiennes, que ni les préventions sociales de nos auteurs, ni le caractère exceptionnel de la première croisade n’effacent.

« [Je] remercie Dieu et tous ces grands vainqueurs, qui creusaient la terre pour se nourrir de racines quand ils manquaient de pain »

Gesta Dei per Francos, de Guibert de Nogent

 

Stage « Système d’information géographique pour faire de l’histoire »

Le stage « Système d’information géographique pour faire de l’histoire » se tiendra à l’IFE, les 15, 16 et 31 janvier 2013. Il a pour objectifs la maîtrise de Mapinfo qui est accessible en version serveur sur le site de l’ENS.
Le nombre de place est limité et il faut impérativement s’inscrire auprès de Jean-Luc Pinol (Jean-Luc.Pinol@ens-lyon.fr)

Open edition: l’actualité des sciences humaines et sociales

J’ai déjà présenté ici la ressource très riche que constituent les carnets de recherche de la plate-forme Hypothèses. Mais celle-ci s’inscrit dans un périmètre plus vaste concernant l’actualité de la recherche en sciences humaines et sociales, puisqu’elle comprend également deux autres portails très utiles:

Calenda, l’actualité des SHS, qui met en ligne les annonces de colloques, séminaires, journées d’études, mais aussi des appels à contribution, voire des annonces de bourses ou d’emploi.

Revues.org, portail de revues en ligne, dont la majeure partie est en libre accès.

Ces trois portails sont regroupés sous le label Open edition, site sur lequel un moteur de recherche très utile permet des interrogations sur l’ensemble des données rassemblées dans ce cadre.

Humanités numériques: lieux de formation

Pour découvrir et s’approprier les humanités numériques (Digital Humanities), déjà évoquées ici au travers de l’exemple du ThatCamp,

deux pistes utiles:

– un séminaire

– un carnet de recherche

Et encore plus près de nous, le blog dédié au master « Architecture de l’information » de l’ENSL.

Exposition: En toutes lettres…

Les archives municipales de Lyon proposent une exposition à partir de ses fonds sur le thème : « En toutes lettres… Lyon 1760-1815. Correspondances privées« .

Présentation sur le site des AD:

Exposition du 4 avril au 1er décembre 2012

Les Archives de Lyon présentent la correspondance d’une grande famille lyonnaise à l’époque de l’Ancien Régime, de la Révolution et de l’Empire.
En toutes lettres … propose un voyage épistolaire illustré de dessins, d’objets du quotidien et autres documents d’archives. Une occasion inédite de revisiter l’histoire de la ville, et de porter un regard sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18es., entre le privé et le public, la famille et la politique.

A l’époque de la Révolution, des hommes et des femmes s’écrivent. Ils sont mariés, ils s’aiment et se le disent, ils élèvent leurs enfants, gèrent les affaires du quotidien – un quotidien qui à l’époque n’a rien d’ordinaire. Leur correspondance, conservée aux Archives de Lyon, permet d’entrer dans la vie d’une famille de la grande bourgeoisie lyonnaise connue pour avoir bâti un pont sur le Rhône : le pont Morand. Ces lettres offrent un point de vue nouveau, car peu étudié, sur l’entrelacement si particulier, à la fin du 18e siècle, entre le privé et le public, la famille et la politique.

Séminaire: « La prosopographie: objets et méthodes »

Un séminaire validable en M1 et M2, mais qui peut aussi être suivi librement par intérêt et curiosité.

Ce séminaire est destiné à confronter et à discuter les choix opérés lors d’enquêtes prosopographiques concrètes, dans la perspective de permettre une capitalisation des expériences réalisées. Il est complété par un carnet de recherche sur la plate-forme Hypotheses. Il est ouvert à tous, étudiants de master, doctorants, jeunes chercheurs et plus aguerris, sans restriction de discipline ou de période.

Première année (2012-2013) : Construire une population

La première année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur l’articulation du triptyque « construction d’un objet-définition d’une population-choix des données ». Dans la mesure où le recours à la méthode prosopographique induit un travail de définition et de délimitation de l’objet étudié, il nous a paru fondamental de nous arrêter aux questions corollaires, pour tenter de mettre en évidence les enjeux qui président aux opérations de définition préalables à la constitution de la population choisie. Si dans certains cas, la population préexiste à l’enquête (membres du PCF par exemple) ou qu’elle est déterminée par les sources disponibles (registres d’immatriculation des étudiants au Moyen Age), il n’en reste pas moins qu’elle impose une réflexion sur le type de questionnement auquel elle prétend répondre (construction de l’objet), sur l’usage des données disponibles et la recherche de sources supplémentaires. On peut aussi se poser la question des comparaisons externes possibles, notamment par la construction d’échantillons de contrôle. Des contraintes similaires peuvent être également observées du fait de l’inaccessibilité ou de l’inexistence des données, obligeant les chercheurs à reconsidérer la population à retenir et le questionnaire à lui appliquer. Un troisième cas de figure se présente quand l’abondance des matériaux impose une réflexion approfondie sur les limites à donner à l’enquête.

 

Programme : le séminaire aura toujours lieu de 14h à 17h

12 octobre 2012 (Ens de Lyon, salle F004) : « Le monde enseignant »

  • Pierre-Yves Lacour, « Les professeurs d’histoire naturelle des Écoles centrales (1795-1802) »
  • Emmanuelle Picard, « les professeurs de la faculté des sciences de Paris (XIXe) »
  • Thierry Kouamé, « les écoles et l’université de Paris XIIe-XVe (Studium Parisiense) »

30 novembre 2012 (Ens de Lyon, salle F004) : « Les Français à l’étranger »

  • Francine-Dominique Lichtenhan, « les Français en Russie (XVIIIe-XXe) »
  • Pascal Riviale, « Les Français au Pérou (XIXe) »
  • Anne Mézin, « les consuls de France à l’étranger (XVIIe-XVIIIe) »

11 janvier 2013 (Ens de Lyon, salle F004) : « Autour de corpus originaux »

  • Philippe Maurice, « Le Gévaudan (XIIIe-XVe) »
  • Nicolas Mariot et Claire Zalc, « Les juifs de Lens (XXe) »
  • Marie Thébaud-Sorger et Claire Barillé, « Les indemnisés de l’explosion de la Poudrerie de Grenelle sous la Révolution »

13 mars 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Administration »

  • Olivier Canteaut, « Les hommes de gouvernement (début XIVe) »
  • ANR Mosare (à confirmer), « L’administration française (XIXe) »
  • Philippe Depreux, « La cour carolingienne (fin VIIIe-IXe) »

10 avril 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Mondes savants »

  • Christiane Demeulenaere et Liliane Perez, « Les inventeurs (XIXe) »
  • Nadia Prévost-Urkidi, « La naissance de l’américanisme en France (XIXe) »
  • Bruno Delmas, « La France savante (XVIe-XXe) »

15 mai 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Engagements »

  • Bernard Pudal et Claude Pennetier (à confirmer), « Les permanents du PCF (XXe) »
  • Alix Heiniger, « Les résistants communistes allemands émigrés (XXe) »
  • Hugues Labarthe, « L’engagement politique des Gascons lors du Grand schisme (fin XIVe-début XVe) »

Un réservoir infini : les carnets de recherche

Le portail Hypotheses.org offre la possibilité de créer des carnets de recherche, pour un chercheur, une équipe, un projet, une thématique. Ce carnet en fait partie. Cela en fait une mine extraordinaire d’informations, de réflexions, d’exemples et de lectures, sur des sujets variés, connexes ou très lointains. Certains de ces carnets sont même à dimension « professionnelle » :

Voici un choix non exhaustif de quelques carnets thématiques pouvant intéresser les historiens :

Choix opéré parmi près de 500 carnets ouverts à cette date, dont la liste se trouve ici

Méthodologie: Lectures

Plusieurs sites permettent non seulement de suivre l’actualité éditoriale mais offrent aussi des recensions en ligne :

–       la première revue en ligne de compte rendus : Lectures

–       la lettre de Liens Socio

–       la lettre de l’ADHC (Association pour le développement de l’histoire culturelle)

–       Recensio.net

Méthodologie : bases de données

Liens utiles : deux sites mettent à disposition des ressources riches, dont de nombreux tutoriels très utiles pour la réalisation de bases de données et leur traitement quantitatif :

–       Quanti / Sciences sociales

–       Quanti IHMC

Un ouvrage indispensable : Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour historiens, Repère, 2008

 

 

Méthodologie: Archives

Quelques pistes et liens concernant les archives pour l’histoire contemporaine:

 

Des fonds d’archives numérisées :