Tisser chez soi. Les ouvrier-e-s à domicile des Soieries Bonnet dans les années 1920-1930

Lorsqu’on évoque des ouvrier-e-s tissant la soie à domicile, c’est l’image des canuts lyonnais qui s’impose le plus souvent à l’esprit, univers urbain souvent décrit au masculin. Pourtant, au XIXe comme au XXe siècle, de nombreux ouvriers et d’encore plus nombreuses ouvrières travaillent également la soie à domicile dans les campagnes autour de Lyon. Cette étude prend pour objet une partie de ces travailleurs-euses, qui ont en commun d’avoir tissé la soie à leur domicile au début des années 1930, pour le compte d’une entreprise, les Soieries Bonnet, implantée à Jujurieux dans l’Ain. L’axe de cette recherche est double. Il s’agit à la fois d’une enquête prosopographique par laquelle sont caractérisés socialement les 153 individus de la population définie plus haut : leur âge, leur qualification, leur situation familiale et professionnelle sont au cœur de ce travail. C’est aussi une approche par un lieu, le foyer, qui est adoptée ici, comme révélateur des rapports de classe et de genre. Au-delà des seul-e-s tisseurs-euses, ce sont tous les membres des ménages dans lesquels se trouvent des métiers à tisser qui ont retenu mon attention, pour tenter d’approcher les gestes du travail des unes et des autres. Les archives du personnel des Soieries Bonnet m’ont permis d’identifier cette population de 153 tisseur-euse-s, complétée par l’étude des recensements de population et des lettres échangées entre les ouvrier-e-s et la direction des Soieries.

Au fil de cette étude, c’est un milieu de petit-e-s paysan-ne-s pluriactif-ve-s qui se dessine. Dans le foyer transformé en atelier par la présence massive du métier à tisser, les femmes de tous les âges se consacrent au tissage, tandis que les hommes sont plus souvent occupés par le travail de la terre dans de petites propriétés en polyculture. Mais cette répartition genrée des tâches est à la fois réelle, et exagérée par les discours des protagonistes, car les femmes participent elles aussi aux travaux agricoles, tandis que les hommes les relaient parfois aux métiers à tisser. En vérité, la division du travail selon le sexe et l’âge des individus est toujours susceptible d’évoluer selon les besoins économiques des ménages : les rythmes du travail de la soie sont irréguliers, et les jours ou les semaines de chôme alternent avec les périodes de presse, selon un calendrier variable imposé par l’employeur. La période étudiée correspond à une phase de déclin de l’industrie soyeuse autour de la crise économique de 1929, ressentie très concrètement par des tissseur-euse-s dont les métiers sont à l’arrêt et qui se retrouvent pour certain-e-s sans ressources. Cette étude cherche donc à approcher l’organisation genrée du travail de la soie au sein du foyer, dans la vie domestique et familiale, et selon les relations avec l’usine qui exerce à distance son pouvoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *