Un refuge contre l’exil ? La mise en camp des rapatriés d’Indochine en Lot-et-Garonne : entre stratégies d’intégration et résistance (1956-1981)

La guerre d’Indochine s’achève en 1954 par une victoire du Viêt-Minh, le mouvement indépendantiste vietnamien à Dien Bien Phu. Elle met ainsi fin à la colonisation française sur le territoire indochinois. Rapatrier les Français d’Indochine en métropole devient alors un des objectifs de l’Etat français. L’expression « rapatriés d’Indochine » recouvre des réalités diverses. Cette étude est consacrée aux Franco-indochinois, aux Eurasiens, nés d’un couple mixte franco-vietnamien.

Ces rapatriés arrivent massivement en France à partir de 1956. L’Etat héberge 4000 d’entre eux dans des camps, car ils ne peuvent subvenir à leurs propres besoins. Ce sont principalement des femmes et des enfants. Les pères, des militaires le plus souvent, sont morts au combat ou ont abandonné leur concubine.

L’archétype de ces camps est le CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine) de Sainte- Livrade, dans le Lot-et-Garonne. Les résidents sont pris en charge par l’Etat jusqu’en 1981, date de la municipalisation du camp.

Les aspects sociaux, culturels et économiques de la vie de ces rapatriés sont au centre de ce mémoire, analysés au prisme de la notion d’intégration dans toutes ses ambiguïtés. Il montre le cheminement de ces réfugiés à travers les politiques menées par les institutions, et leurs réactions à ces politiques. Tous adoptent des attitudes différentes, entre stratégies d’intégration et résistance.

La gestion administrative des pouvoirs publics est paradoxale. Ils semblent hésiter entre la volonté d’intégration de cette population et la marginalisation induite par la forme même du camp. Elle incite, en effet, au repli sur soi. L’inertie administrative transforme le camp transitoire en camp permanent. Les plans de réhabilitation envisagés n’aboutissent jamais et les aides restent limitées. Ceux qu’on appelle les « inassimilables », les « incasables » continuent de vivre là, n’ayant souvent ni travail, ni logement.

Les agents administratifs ont une attitude paternaliste avec cette population qui subit un double stigmate. Ces réfugiés issus des anciennes colonies sont victimes de présupposés raciaux. Ce sont aussi des gens pauvres. Comme les familles issues de milieu populaire, ils sont pris dans des dispositifs d’assistance. Ainsi, un rapport de domination s’établit entre les pouvoirs publics et les rapatriés.

L’histoire des rapatriés d’Indochine est l’histoire d’immigrés dont le destin s’inscrit dans les mouvements de décolonisation : elle est un exemple de gestion par l’Etat français d’une question migratoire singulière. De nationalité française, ces individus sont pourtant considérés comme des étrangers par l’administration comme par les Français de métropole.

Cette histoire a encore des répercussions à l’heure actuelle. Le CAFI est en cours de réhabilitation, mais les anciens résidents se battent pour qu’une mémoire de ce lieu demeure et que leurs droits soient reconnus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *