Le maitre du jeu ? Le rôle diplomatique d’Auguste Pavie à Bangkok dans la conquête et la construction du territoire laotien

Le Laos, dernier ensemble territorial intégré à l’Indochine, passe officiellement sous protectorat français en 1893. Pourtant cette intégration, et surtout les limites fixées à l’avancée coloniale française en Asie, ne vont pas de soi. Avant 1893, le « Laos » n’existe pas en tant que tel, le territoire laotien dessiné par la colonisation française recouvre un ensemble éclaté de petites principautés, prêtant tribut à plusieurs puissances régionales en même temps. En concurrence, pour l’extension de leurs empires coloniaux en Asie, la France et la Grande-Bretagne s’intéressent aux pays lao qui s’étendent dans la vallée du Mékong, perçue comme une voie d’accès aux marchés du Yunnan. Toute l’importance de l’appropriation de la vallée du Mékong tient donc dans le « grand jeu » mené face à l’Angleterre. L’objectif de l’intégration du Laos à l’Indochine est moins colonial qu’impérial : la France cherche surtout à sécuriser son empire en Asie, le Laos n’est pas vu comme un objet d’intérêt en soi. La conquête du Laos ne prend que très peu un aspect militaire. D’autres moyens d’appropriation du territoire sont mis en place, notamment grâce au travail de la mission d’exploration menée par Auguste Pavie. Sa première tâche est d’améliorer la connaissance cartographique des territoires situés entre la cordillère Lannamitique et le Mékong. La mise en carte d’un territoire est un argument de légitimation dans l’appropriation de celui-ci, qui a surtout du poids vis-à-vis des concurrents européens. La mission Pavie se destine également à la « conquête des cœurs », une sensibilisation des populations, et surtout des chefs locaux, pour les faire passer du côté français, en construisant l’image d’une France bienveillante, capable de les protéger des incursions des irréguliers chinois et des Siamois. La conquête du Laos ne s’exerce donc pas à l’encontre des populations locales, les moyens utilisés pour l’appropriation du territoire cherchent surtout à empêcher une autre puissance en expansion de s’en emparer. Elle pose ainsi les bases d’une colonisation particulièrement ambiguë : en 1893, la limite occidentale de l’Indochine française a été repoussée sur le Mékong sans qu’on puisse parler de colonisation, au sens strict, du Laos, tant la présence française y est faible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *