La représentation des Araucans-Mapuches dans les chroniques hispano-créoles des XVIe et XVIIe siècles

En 1535, une expédition de 500 hommes se lance à la découverte du Chili, où les Espagnols espèrent trouver l’El Dorado dont ils ont tant rêvé. Ils pensent pouvoir conquérir et dominer rapidement cette région, comme ils l’ont fait partout ailleurs en Amérique. Mais plus d’un siècle plus tard, en 1646, les conquistadores sont encore empêtrés dans la guerre contre les Indiens du Chili, les Araucans-Mapuches, qui ont réussi l’exploit de bloquer l’avancée des troupes hispano-créoles, et même de les faire reculer, lors d’un grand soulèvement, en 1598.

J’étudie la manière dont ces Indiens du Chili, à la résistance si singulière, sont représentés dans les chroniques des contemporains hispano-créoles, et en particulier dans celle d’un Père jésuite, Alonso de Ovalle, rédigée en 1646, et celle d’un soldat, Alonso de Góngora Marmolejo, rédigée en 1575. L’objectif est de comprendre comment se construisent les représentations des Araucans-Mapuches et de leur résistance acharnée, et les enjeux que cela soulève en terme d’identité, tant pour les Indiens que pour les Hispano-créoles.

Tout d’abord, les chroniqueurs des XVIe et XVIIe siècles semblent s’intéresser sincèrement à la réalité sociale des Araucans-Mapuches, ce qui ne les empêche pas de construire un véritable mythe autour de la figure de l’Indien, essentialisé et figé dans l’image d’un peuple guerrier. Les textes proposent une double vision de l’Araucan, présenté à la fois comme un barbare anthropophage et cruel, et comme un noble guerrier, incarnant un idéal de courage, de liberté et d’égalité. Par ailleurs, l’Araucan est surtout montré comme un Indien exceptionnel, un ennemi à la hauteur de l’Espagnol, tel qu’il n’en avait pas trouvé dans tout le Nouveau Monde. Sa résistance fait en réalité la gloire de ceux qui le combattent ; sa qualité rend les victoires plus glorieuses encore, et les défaites un peu moins amères.

Finalement, les discours des Araucans-Mapuches dans les chroniques nous en apprennent bien plus sur la manière dont les Hispano-créoles du Chili se représentent eux-mêmes et construisent leur propre identité. Celle-ci est avant tout déterminée par la relation à l’Indien, dans une opposition classique entre civilisation européenne et barbarie amérindienne. Mais l’élaboration de l’identité hispano-créole, au Chili, passe également par une double affirmation : celle de valeurs proprement « espagnoles » comme l’hidalguía, et l’idée d’une spécificité chilienne, de particularismes propres à la situation de guerre et à la situation de « confins », qui font de la société coloniale chilienne une société exceptionnelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *