Turin et les commémorations du 150e anniversaire de l’Unité italienne : les enjeux de la multiplicité d’acteurs locaux

Favorisée par l’approche du cent cinquantenaire, l’étude du Risorgimento et de sa mémoire connaît un grand renouveau depuis les années 2000. A travers le choix de Turin, capitale historique du royaume de Savoie, puis première capitale du royaume d’Italie et déjà principal pôle historique des commémorations du Risorgimento en 1911 et 1961, nous avons choisi d’associer l’étude du champ mémoriel, en plein essor depuis une quarantaine d’années, aux nouvelles approches du processus risorgimental qui prennent la forme d’un abandon de l’histoire militaire et diplomatique au profit d’une histoire culturelle, du développement d’une échelle d’analyse plus locale, ainsi que du renouvellement des approches concernant les acteurs classiques du Risorgimento.

A l’inverse du modèle d’organisation centralisé français, l’Italie possède un type d’organisation commémorative spécifique, lié à son histoire, fondé sur l’association d’initiatives locales, publiques et privées, que l’on retrouve une nouvelle fois en 2011. Le contexte politique italien mouvementé a lui aussi favorisé ce choix organisationnel qui a permis de pallier le faible investissement étatique. En effet, le président mis à part, le pouvoir exécutif n’a que peu participé à l’événement. Si c’est l’ampleur de la crise économique qui a servi de justification, le fait que la Ligue du Nord, parti indépendantiste, fasse partie intégrante du gouvernement italien mené par Berlusconi de 2008 à 2011 a sans nul doute été l’une des principales raisons ayant mené à cette faible présence étatique.

Nos sources, des catalogues d’exposition mais surtout les archives des conseils communaux et un journal électronique tenu par la municipalité de Turin, permettent de mettre en évidence plusieurs points : Turin a été le principal organisateur des commémorations nationales via le comité Italia 150 dirigé par le maire de Turin ainsi que par le président de la Province et celui de la Région du Piémont. Les manifestations, qui ont commencé dès 2010, se sont ensuite poursuivies dans le riche calendrier du programme Esperienza Italia (17 mars – 20 novembre) et mises en œuvre par une incroyable diversité d’acteurs locaux tant privés que publics. C’est sur cette diversité et ce qu’elle induit en termes de choix des dates et événements à commémorer, le Risorgimento n’étant pas seulement une date mais un processus long, que nous avons choisi de concentrer notre intérêt. Notre travail démontre également que si Turin s’est une nouvelle fois faite porte-parole de l’ensemble de la péninsule et a assuré le succès qu’ont connu les commémorations, et ce malgré la résurgence d’un courant révisionniste ayant fortement occupé les médias, la ville en a profité pour poursuivre le programme de conversion et de valorisation de son image entamé depuis plusieurs années.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *