La société calédonienne à l’épreuve du rééquilibrage économique et professionnel. Le Programme 400 Cadres, de la décision politique à l’apparition d’une classe dirigeante locale (1988-1999)

Depuis l’Accord de Matignon en 1988 et dans l’attente du référendum d’autodétermination de 2018, la société calédonienne, en constants bouleversements, doit combiner ses spécificités traditionnelles aux nécessités économico-professionnelles induites par la mondialisation. En cela, le Programme 400 Cadres, structure unique en France d’accès aux postes clés de l’économie locale par action affirmative et davantage comparables aux systèmes d’affirmative action aux Etats-Unis ou dans l’Afrique du Sud post-Apartheid, semble répondre à l’urgence d’un rééquilibrage communautaire entre Kanak, « Caldoches » et métropolitains.

S’appuyant sur la revendication du FLNKS en 1988 d’associer la jeunesse autochtone longtemps mise de côté, d’abord par les lois de l’Indigénat puis par les différentes structures héritées de la colonisation, le Programme 400 Cadres a pour objectif premier de fournir aux différents secteurs administratifs et économiques de l’archipel un certain nombre de cadres locaux entre 1988 et 1998, faisant en cela partie intégrante du rééquilibrage au cœur de l’Accord. Remplacé au bout de dix ans par le Programme Cadres Avenirs, 400 Cadres n’en demeure pas moins un succès statistique en tant que programme conjoncturel à même de palier l’urgence de cette situation.

Il se peut néanmoins que ce programme, comme toute structure de discrimination positive, reflète certaines difficultés et tensions persistantes au sein de la société calédonienne. Principalement destiné aux postes administratifs apparaissant avec les changements institutionnels, 400 Cadres semble laisser de côté certains pans de l’économie locale, à commencer par les professions libérales ou les postes à haute responsabilité décisionnelle. De même, en bénéficiant explicitement à la communauté la plus éprouvée jusqu’alors, la communauté Kanak, le programme prend le risque de mettre à l’écart les autres communautés faisant également partie intégrante de la vie du territoire, notamment les « Caldoches » qui descendent des premiers colons européens et des bagnards, ou les Wallisiens-Futuniens, polynésiens dans un monde mélanésien et catholiques dans un monde protestant. Par ailleurs, il serait superficiel de faire le seul choix d’une étude du système sans s’intéresser aux parcours individuels, aux satisfactions et aux déceptions des principaux acteurs du programme, bénéficiaires comme encadrants.

A travers l’étude des archives territoriales relatives au programme en lui-même, à ses résultats macro-économiques et à son bilan statistique, mais aussi grâce aux nombreux témoignages réalisés sur place entre janvier et mars, ce travail a à cœur de démontrer les spécificités de ce programme et de pointer ses conséquences réelles pour l’économie de la Nouvelle-Calédonie comme pour ses populations et ses cadres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *