Vulgariser l’histoire au XXIe siècle. Éléments de définition de la communication des sciences par les pratiques

  • Par Corto Le Perron
  • M1 sous la direction d’Emmanuelle Picard

La notion pose débat, tout comme le terme, souvent critiqué, remisé, récusé, remplacé ; on peut ainsi lire ou entendre parler de diffusion, de médiation, d’information ou, plus globalement, de communication des sciences. Les différences, réelles, qui sont induites par ces appellations et leurs acceptions m’ont intéressé parce qu’elles révèlent le caractère hautement politique de l’activité qu’elles cherchent à désigner, et les enjeux culturels et idéologiques qu’elle met en présence. La plupart des définitions (que nous n’essayons pas de regrouper ou expliquer) mettent au cœur du processus de vulgarisation la mise en circulation d’un savoir entre différents groupes d’individus. Et ce mouvement est effectué majoritairement via des dispositifs spécialisés, qui assurent un changement de paradigme, c’est-à-dire la transposition d’un savoir d’un mode de pensée à un autre, d’un ensemble de références à un autre, d’un langage à un autre. La grande majorité des études menées sur la vulgarisation ont eu à cœur de dresser un cadre théorique de réflexion et d’appréhension d’une activité qui met en évidence le rapport de la société au savoir, et les conséquences politiques et sociales que ce rapport induit. Il n’existe en revanche que peu de travaux empiriques qui donneraient des indications sur ce que ces pratiques sont réellement. De plus, les travaux concernent avant tout la vulgarisation (et d’abord celle des sciences exactes et expérimentales) comme le fait des chercheurs, mettant en question leur rôle dans la société, leurs motivations, mais également le statut du texte scientifique, sa nature et sa forme – autant de questions essentielles, c’est certain. Cependant, j’ai décidé de m’intéresser plutôt aux professionnel.le.s de cette activité, à leurs pratiques ; en m’intéressant précisément à celles et ceux qui se placent à l’intersection des deux paradigmes, à la jonction et au point de basculement de toute entreprise de transfert culturel du savoir, j’ai voulu tenter une nouvelle définition de la vulgarisation à partir des conditions concrètes de production de ce savoir d’un autre genre.

J’ai ainsi obtenu des entretiens avec trois vulgarisateur.trice.s, venant d’horizons différents, travaillant dans des dispositifs différents, au sein de structures différentes : Valérie Hannin à L’Histoire, Emmanuel Laurentin à La Fabrique de l’histoire et Benjamin Brillaud sur Nota Bene. En comparant les parcours, productions et entretiens effectués avec ces trois professionnel.le.s, j’ai taché de déterminer ce qu’est, selon ses pratiques, la vulgarisation aujourd’hui – et plus particulièrement celle des sciences sociales. Les principaux facteurs que ce travail a permis d’identifier, prenant en compte notamment l’influence qu’a eue l’arrivée d’internet dans les pratiques, sont de quatre ordres principalement. Les contraintes qui influent sur la production d’un discours vulgarisé sont d’abord structurelles (dépendant de la structure, son fonctionnement, son économie, ses besoins techniques), autant qu’individuelles ou idiosyncrasiques (liées à celui ou celle qui vulgarise, son parcours, son rapport à la discipline historique, ses liens au monde savant). Mais on relève également des logiques inhérentes à la nature communicationnelle de toute opération de vulgarisation, des caractéristiques médiatiques (définition du public-cible, mise en place de stratégies de communication, les légitimités mise en jeu), ainsi que tout ce qui tient du soubassement idéologique (dimension pédagogique, inscription dans le contexte social, posture épistémologique adoptée). C’est la mise en tension de ces dimensions de la vulgarisation qui nous offre un nouvel angle d’approche d’une activité qui est aujourd’hui en évolution.

Tisser chez soi. Les ouvrier-e-s à domicile des Soieries Bonnet dans les années 1920-1930

Lorsqu’on évoque des ouvrier-e-s tissant la soie à domicile, c’est l’image des canuts lyonnais qui s’impose le plus souvent à l’esprit, univers urbain souvent décrit au masculin. Pourtant, au XIXe comme au XXe siècle, de nombreux ouvriers et d’encore plus nombreuses ouvrières travaillent également la soie à domicile dans les campagnes autour de Lyon. Cette étude prend pour objet une partie de ces travailleurs-euses, qui ont en commun d’avoir tissé la soie à leur domicile au début des années 1930, pour le compte d’une entreprise, les Soieries Bonnet, implantée à Jujurieux dans l’Ain. L’axe de cette recherche est double. Il s’agit à la fois d’une enquête prosopographique par laquelle sont caractérisés socialement les 153 individus de la population définie plus haut : leur âge, leur qualification, leur situation familiale et professionnelle sont au cœur de ce travail. C’est aussi une approche par un lieu, le foyer, qui est adoptée ici, comme révélateur des rapports de classe et de genre. Au-delà des seul-e-s tisseurs-euses, ce sont tous les membres des ménages dans lesquels se trouvent des métiers à tisser qui ont retenu mon attention, pour tenter d’approcher les gestes du travail des unes et des autres. Les archives du personnel des Soieries Bonnet m’ont permis d’identifier cette population de 153 tisseur-euse-s, complétée par l’étude des recensements de population et des lettres échangées entre les ouvrier-e-s et la direction des Soieries.

Au fil de cette étude, c’est un milieu de petit-e-s paysan-ne-s pluriactif-ve-s qui se dessine. Dans le foyer transformé en atelier par la présence massive du métier à tisser, les femmes de tous les âges se consacrent au tissage, tandis que les hommes sont plus souvent occupés par le travail de la terre dans de petites propriétés en polyculture. Mais cette répartition genrée des tâches est à la fois réelle, et exagérée par les discours des protagonistes, car les femmes participent elles aussi aux travaux agricoles, tandis que les hommes les relaient parfois aux métiers à tisser. En vérité, la division du travail selon le sexe et l’âge des individus est toujours susceptible d’évoluer selon les besoins économiques des ménages : les rythmes du travail de la soie sont irréguliers, et les jours ou les semaines de chôme alternent avec les périodes de presse, selon un calendrier variable imposé par l’employeur. La période étudiée correspond à une phase de déclin de l’industrie soyeuse autour de la crise économique de 1929, ressentie très concrètement par des tissseur-euse-s dont les métiers sont à l’arrêt et qui se retrouvent pour certain-e-s sans ressources. Cette étude cherche donc à approcher l’organisation genrée du travail de la soie au sein du foyer, dans la vie domestique et familiale, et selon les relations avec l’usine qui exerce à distance son pouvoir.

Un refuge contre l’exil ? La mise en camp des rapatriés d’Indochine en Lot-et-Garonne : entre stratégies d’intégration et résistance (1956-1981)

La guerre d’Indochine s’achève en 1954 par une victoire du Viêt-Minh, le mouvement indépendantiste vietnamien à Dien Bien Phu. Elle met ainsi fin à la colonisation française sur le territoire indochinois. Rapatrier les Français d’Indochine en métropole devient alors un des objectifs de l’Etat français. L’expression « rapatriés d’Indochine » recouvre des réalités diverses. Cette étude est consacrée aux Franco-indochinois, aux Eurasiens, nés d’un couple mixte franco-vietnamien.

Ces rapatriés arrivent massivement en France à partir de 1956. L’Etat héberge 4000 d’entre eux dans des camps, car ils ne peuvent subvenir à leurs propres besoins. Ce sont principalement des femmes et des enfants. Les pères, des militaires le plus souvent, sont morts au combat ou ont abandonné leur concubine.

L’archétype de ces camps est le CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine) de Sainte- Livrade, dans le Lot-et-Garonne. Les résidents sont pris en charge par l’Etat jusqu’en 1981, date de la municipalisation du camp.

Les aspects sociaux, culturels et économiques de la vie de ces rapatriés sont au centre de ce mémoire, analysés au prisme de la notion d’intégration dans toutes ses ambiguïtés. Il montre le cheminement de ces réfugiés à travers les politiques menées par les institutions, et leurs réactions à ces politiques. Tous adoptent des attitudes différentes, entre stratégies d’intégration et résistance.

La gestion administrative des pouvoirs publics est paradoxale. Ils semblent hésiter entre la volonté d’intégration de cette population et la marginalisation induite par la forme même du camp. Elle incite, en effet, au repli sur soi. L’inertie administrative transforme le camp transitoire en camp permanent. Les plans de réhabilitation envisagés n’aboutissent jamais et les aides restent limitées. Ceux qu’on appelle les « inassimilables », les « incasables » continuent de vivre là, n’ayant souvent ni travail, ni logement.

Les agents administratifs ont une attitude paternaliste avec cette population qui subit un double stigmate. Ces réfugiés issus des anciennes colonies sont victimes de présupposés raciaux. Ce sont aussi des gens pauvres. Comme les familles issues de milieu populaire, ils sont pris dans des dispositifs d’assistance. Ainsi, un rapport de domination s’établit entre les pouvoirs publics et les rapatriés.

L’histoire des rapatriés d’Indochine est l’histoire d’immigrés dont le destin s’inscrit dans les mouvements de décolonisation : elle est un exemple de gestion par l’Etat français d’une question migratoire singulière. De nationalité française, ces individus sont pourtant considérés comme des étrangers par l’administration comme par les Français de métropole.

Cette histoire a encore des répercussions à l’heure actuelle. Le CAFI est en cours de réhabilitation, mais les anciens résidents se battent pour qu’une mémoire de ce lieu demeure et que leurs droits soient reconnus.

Le maitre du jeu ? Le rôle diplomatique d’Auguste Pavie à Bangkok dans la conquête et la construction du territoire laotien

Le Laos, dernier ensemble territorial intégré à l’Indochine, passe officiellement sous protectorat français en 1893. Pourtant cette intégration, et surtout les limites fixées à l’avancée coloniale française en Asie, ne vont pas de soi. Avant 1893, le « Laos » n’existe pas en tant que tel, le territoire laotien dessiné par la colonisation française recouvre un ensemble éclaté de petites principautés, prêtant tribut à plusieurs puissances régionales en même temps. En concurrence, pour l’extension de leurs empires coloniaux en Asie, la France et la Grande-Bretagne s’intéressent aux pays lao qui s’étendent dans la vallée du Mékong, perçue comme une voie d’accès aux marchés du Yunnan. Toute l’importance de l’appropriation de la vallée du Mékong tient donc dans le « grand jeu » mené face à l’Angleterre. L’objectif de l’intégration du Laos à l’Indochine est moins colonial qu’impérial : la France cherche surtout à sécuriser son empire en Asie, le Laos n’est pas vu comme un objet d’intérêt en soi. La conquête du Laos ne prend que très peu un aspect militaire. D’autres moyens d’appropriation du territoire sont mis en place, notamment grâce au travail de la mission d’exploration menée par Auguste Pavie. Sa première tâche est d’améliorer la connaissance cartographique des territoires situés entre la cordillère Lannamitique et le Mékong. La mise en carte d’un territoire est un argument de légitimation dans l’appropriation de celui-ci, qui a surtout du poids vis-à-vis des concurrents européens. La mission Pavie se destine également à la « conquête des cœurs », une sensibilisation des populations, et surtout des chefs locaux, pour les faire passer du côté français, en construisant l’image d’une France bienveillante, capable de les protéger des incursions des irréguliers chinois et des Siamois. La conquête du Laos ne s’exerce donc pas à l’encontre des populations locales, les moyens utilisés pour l’appropriation du territoire cherchent surtout à empêcher une autre puissance en expansion de s’en emparer. Elle pose ainsi les bases d’une colonisation particulièrement ambiguë : en 1893, la limite occidentale de l’Indochine française a été repoussée sur le Mékong sans qu’on puisse parler de colonisation, au sens strict, du Laos, tant la présence française y est faible.

La représentation des Araucans-Mapuches dans les chroniques hispano-créoles des XVIe et XVIIe siècles

En 1535, une expédition de 500 hommes se lance à la découverte du Chili, où les Espagnols espèrent trouver l’El Dorado dont ils ont tant rêvé. Ils pensent pouvoir conquérir et dominer rapidement cette région, comme ils l’ont fait partout ailleurs en Amérique. Mais plus d’un siècle plus tard, en 1646, les conquistadores sont encore empêtrés dans la guerre contre les Indiens du Chili, les Araucans-Mapuches, qui ont réussi l’exploit de bloquer l’avancée des troupes hispano-créoles, et même de les faire reculer, lors d’un grand soulèvement, en 1598.

J’étudie la manière dont ces Indiens du Chili, à la résistance si singulière, sont représentés dans les chroniques des contemporains hispano-créoles, et en particulier dans celle d’un Père jésuite, Alonso de Ovalle, rédigée en 1646, et celle d’un soldat, Alonso de Góngora Marmolejo, rédigée en 1575. L’objectif est de comprendre comment se construisent les représentations des Araucans-Mapuches et de leur résistance acharnée, et les enjeux que cela soulève en terme d’identité, tant pour les Indiens que pour les Hispano-créoles.

Tout d’abord, les chroniqueurs des XVIe et XVIIe siècles semblent s’intéresser sincèrement à la réalité sociale des Araucans-Mapuches, ce qui ne les empêche pas de construire un véritable mythe autour de la figure de l’Indien, essentialisé et figé dans l’image d’un peuple guerrier. Les textes proposent une double vision de l’Araucan, présenté à la fois comme un barbare anthropophage et cruel, et comme un noble guerrier, incarnant un idéal de courage, de liberté et d’égalité. Par ailleurs, l’Araucan est surtout montré comme un Indien exceptionnel, un ennemi à la hauteur de l’Espagnol, tel qu’il n’en avait pas trouvé dans tout le Nouveau Monde. Sa résistance fait en réalité la gloire de ceux qui le combattent ; sa qualité rend les victoires plus glorieuses encore, et les défaites un peu moins amères.

Finalement, les discours des Araucans-Mapuches dans les chroniques nous en apprennent bien plus sur la manière dont les Hispano-créoles du Chili se représentent eux-mêmes et construisent leur propre identité. Celle-ci est avant tout déterminée par la relation à l’Indien, dans une opposition classique entre civilisation européenne et barbarie amérindienne. Mais l’élaboration de l’identité hispano-créole, au Chili, passe également par une double affirmation : celle de valeurs proprement « espagnoles » comme l’hidalguía, et l’idée d’une spécificité chilienne, de particularismes propres à la situation de guerre et à la situation de « confins », qui font de la société coloniale chilienne une société exceptionnelle.

D’un régime à l’autre. L’expérience de l’emprisonnement politique à la fin du franquisme dans une perspective de genre. Espagne-France, années 1960-1970

L’objectif de ce master 2 est de poser les premiers jalons d’une histoire des prisonnier.e.s de la fin du franquisme et de la transition, dans une perspective de genre. Il s’agit d’un travail préparatoire à une thèse, qui a essentiellement concerné le repérage des sources, compte tenu des obstacles existants à la consultation des archives publiques en Espagne, afin de mettre les questionnements à l’épreuve d’un échantillon de sources disponibles. Malgré ces difficultés, la nébuleuse des mouvements dits de récupération de la mémoire historique depuis une quinzaine d’années en Espagne qui s’incarnent dans l’ouverture de multiples espaces associatifs et mémoriels, encourage et rend possible un travail d’enquête orale auprès d’ancien.ne.s prisonnier.e.s. Une telle démarche, centrale dans ce projet, permet de se placer à l’échelle des individu.e.s, dans leurs interactions avec les groupes et réseaux dans lesquels ils et elles sont inséré.e.s (partis politiques, mouvements de soutien, sociabilités amicales ou familiales), dans et hors de la prison. Au travers « d’archives du soutien » (précisément ces archives de partis politiques, d’associations humanitaires, de maisons d’édition militantes et surtout d’avocat.e.s), il s’agit de cartographier les réseaux qui entourent et bien souvent traversent les prisons franquistes, entre l’Espagne et la France. Cet espace transnational a été identifié du fait du paysage de l’exil et des liens militants entre les deux pays. Les sources orales, accompagnées de ces archives de soutien, seront ponctuellement complétées par des archives judiciaires, pénitentiaires et diplomatiques afin de préciser les trajectoires des militant.e.s incarcéré.e.s. La prison est donc envisagée comme perméable, au niveau spatial, dans un cadre transnational, comme temporel, puisque l’emprisonnement est considérée comme une étape dans des carrières, non seulement pénales (puisqu’il s’accompagne souvent de l’expérience de tortures dans les locaux de la police politique, d’un procès, de surveillance et possiblement d’incarcérations multiples) mais aussi militantes.

La prison est dans ce cadre envisagée comme un terrain d’observation privilégié des mécanismes du régime et de la lutte contre celui-ci, en tant que point de rencontre de la répression et de la résistance. Elle permet ainsi de réfléchir à la nature du régime et à celle des transformations de la transition, pour questionner la sortie de guerre à retardement qu’expérimente l’Espagne à la mort du dictateur, en 1975. Grande concentration de militant.e.s de diverses tendances, y compris les plus radicales (qui emploient la lutte armée), elle permet d’accéder aux réseaux et carrières militantes des prisonnier.e.s, qui seraient moins accessibles en situation de clandestinité. En dialogue avec une historiographie récente qui étudie le renouvellement et la diversification de l’opposition antifranquiste dans les années 1960, souvent compartimentée par tendances, l’objectif est d’utiliser la prison comme un observatoire des rapports de force entre les différents mouvements. Enfin, en tant qu’espace quasiment non-mixte, elle permet de réfléchir à l’exercice d’une violence sexuée, à la construction des identités de genre et à la constitution d’un entre-soi féminin, voire féministe. Le projet de recherche recouvre donc deux dimensions : l’appréhension des prisonnier.e.s comme sujets d’une expérience et d’une mémoire à replacer au sein de trajectoires, et comme objets d’une mobilisation et d’une démobilisation dont il s’agit de retracer la genèse, le déploiement et le répertoire d’action.

La régulation de la violence des infanteries au service du roi de France durant les guerres d’Italie (1494-1559)

Français, Espagnols, Suisses et Italiens mais également Gascons, lansquenets ou encore estradiots : l’infanterie à l’oeuvre durant les guerres d’Italie vient de nombreux horizons et confère aux armées une allure « internationale », tandis que parallèlement, au sein même de ces bandes d’infanterie, des différences majeures apparaissent entre les groupes et entre les individus. Et cependant, malgré sa pluralité, la figure du fantassin est devenue le symbole d’une violence inouïe présente durant les guerres d’Italie et qui a choqué bon nombre des contemporains de cette époque.

De cette observation est née l’idée de s’intéresser à la culture de la violence de ces fantassins afin de saisir au plus près leur identité combattante, plaçant ainsi cette étude dans la filiation des perspectives de recherche actuelles en histoire militaire moderne, qui visent à replacer l’analyse à l’échelle de l’individu. Pour répondre aux exigences de l’année de M1, il a été convenu de s’intéresser principalement aux armées du roi de France et d’étudier la question du passage à l’acte violent. Les sources mobilisées sont principalement constituées de chroniques d’hommes de guerre de l’époque et de traités militaires – bien que de nombreux autres types de sources auraient eu leur place au sein de cette étude – car c’est à travers eux qu’apparaissent le mieux les actions du fantassin, individus n’ayant généralement pas laissé de traces écrites directes.

Il en est ressorti un certain nombre de spécificités qui, replacées chronologiquement à l’échelle de l’individu, contribuent à expliquer les modalités du passage à l’acte. Au sein d’une armée dont l’encadrement apparaît bien délimité, la marge de manoeuvre du fantassin dans le recours à la violence semble relativement importante : le commandement est en perpétuelle négociation avec lui, que ce soit lorsqu’il veut faire acte de violence mais également à l’inverse, lorsqu’il le refuse. Au-delà des différents éléments qui interviennent dans la décision par le fantassin du recours à la violence à un instant précis – comme la vision des renforts ennemis ou l’impact du discours du capitaine – les causes profondes du passage à l’acte sont à étudier, de ses motivations profondes au climat de violence existant au sein de l’armée, en passant par sa préparation militaire à travers la discipline et l’entrainement.

Car s’il apparaît comme un prédateur en raison de la pression qu’il exerce sur son commandement et des sévices qu’il commet, le fantassin des guerres d’Italie est également un individu surexposé à la guerre et ses aléas. Un terreau fertile à l’émergence d’une violence décomplexée.

« Et quand les piétons françois visrent qu’il falloit aller à l’assault, se commencèrent à mutiner pour leur payement; et quand monsieur de Sedan et le sieur de Corby visrent ce, vindrent donner dedans eulx tellement que à grands coups d’espée les fisrent aller à l’assault et promirent de bien faire après qu’ils en eurent tués deux ou trois ».

Robert III de La Marck, seigneur de Fleuranges, Mémoire du maréchal de Florange, dit le Jeune Adventureux.

Le souvenir des persécutions antijuives en Pologne autour de la Seconde Guerre mondiale dans la mémoire juive américaine

Depuis la publication en 2000 des Voisins[1] de Jan Tomasz Gross, un véritable débat public a été initié en Pologne sur la question du passé juif du pays, de l’antisémitisme polonais, et au sujet de la collaboration de la population sous l’occupation allemande. Anna Bikont souligne ainsi qu’il a fallu attendre plus de cinquante ans après les faits pour que tout ce que les Juifs Américains avaient toujours dit se trouve dramatiquement confirmé[2].

Ce travail porte en ce sens sur la mémoire juive américaine des persécutions antijuives qui eurent lieu en Pologne autour de la Seconde Guerre mondiale. A partir d’une définition de la mémoire comme pratique sociale, nous cherchons à comprendre pourquoi ce souvenir s’est construit aux Etats-Unis, et par quels acteurs il a été élaboré. En s’appuyant sur un corpus hétérogène composé de témoignages audiovisuels, de livres du souvenir, de journaux et revues juives mais aussi de sources plus exotiques comme des films et des bandes dessinées ; nous avons établi que la socialisation survivante et la socialisation émigrée avaient joué un grand rôle dans l’élaboration du souvenir des persécutions antijuives en Pologne dans la mémoire juive américaine. Du fait de l’interaction sociale, les camps de Personnes Déplacées, les sociétés d’originaires, les groupes survivants, les associations juives américaines sont autant d’espaces dans lesquels se joue une forme de « macération mémorielle ». Nous avons ainsi étudié le mouvement interne-externe par lequel le souvenir des persécutions antijuives en Pologne, sous l’impulsion de différents « entrepreneurs de mémoire », s’est déployé d’une sphère sociale à une autre : de la sphère survivante, vers la sphère émigrée polonaise, puis vers la sphère juive américaine, et enfin dans la sphère publique américaine. Du fait de l’omniprésence des Juifs d’origine polonaise aux Etats-Unis – ce qui s’explique par une immigration importante dès le XIXe siècle– la mémoire de la Shoah se trouve non seulement américanisée, mais surtout ethnicisée et polonisée par une série de captations interprétatives : les événements sont mémorialisés à l’aune d’un prisme polonais au sein duquel les persécutions antijuives et l’antisémitisme tiennent une place paradigmatique.

[1] Jan Gross, Les Voisins : 10 Juillet 1941, un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Fayard, 2002.

[2] Propos recueillis par Jean-Yves Potel, La fin de l’innocence : la Pologne face à son passé juif, Paris, Autrement, 2009, p.34.

Turin et les commémorations du 150e anniversaire de l’Unité italienne : les enjeux de la multiplicité d’acteurs locaux

Favorisée par l’approche du cent cinquantenaire, l’étude du Risorgimento et de sa mémoire connaît un grand renouveau depuis les années 2000. A travers le choix de Turin, capitale historique du royaume de Savoie, puis première capitale du royaume d’Italie et déjà principal pôle historique des commémorations du Risorgimento en 1911 et 1961, nous avons choisi d’associer l’étude du champ mémoriel, en plein essor depuis une quarantaine d’années, aux nouvelles approches du processus risorgimental qui prennent la forme d’un abandon de l’histoire militaire et diplomatique au profit d’une histoire culturelle, du développement d’une échelle d’analyse plus locale, ainsi que du renouvellement des approches concernant les acteurs classiques du Risorgimento.

A l’inverse du modèle d’organisation centralisé français, l’Italie possède un type d’organisation commémorative spécifique, lié à son histoire, fondé sur l’association d’initiatives locales, publiques et privées, que l’on retrouve une nouvelle fois en 2011. Le contexte politique italien mouvementé a lui aussi favorisé ce choix organisationnel qui a permis de pallier le faible investissement étatique. En effet, le président mis à part, le pouvoir exécutif n’a que peu participé à l’événement. Si c’est l’ampleur de la crise économique qui a servi de justification, le fait que la Ligue du Nord, parti indépendantiste, fasse partie intégrante du gouvernement italien mené par Berlusconi de 2008 à 2011 a sans nul doute été l’une des principales raisons ayant mené à cette faible présence étatique.

Nos sources, des catalogues d’exposition mais surtout les archives des conseils communaux et un journal électronique tenu par la municipalité de Turin, permettent de mettre en évidence plusieurs points : Turin a été le principal organisateur des commémorations nationales via le comité Italia 150 dirigé par le maire de Turin ainsi que par le président de la Province et celui de la Région du Piémont. Les manifestations, qui ont commencé dès 2010, se sont ensuite poursuivies dans le riche calendrier du programme Esperienza Italia (17 mars – 20 novembre) et mises en œuvre par une incroyable diversité d’acteurs locaux tant privés que publics. C’est sur cette diversité et ce qu’elle induit en termes de choix des dates et événements à commémorer, le Risorgimento n’étant pas seulement une date mais un processus long, que nous avons choisi de concentrer notre intérêt. Notre travail démontre également que si Turin s’est une nouvelle fois faite porte-parole de l’ensemble de la péninsule et a assuré le succès qu’ont connu les commémorations, et ce malgré la résurgence d’un courant révisionniste ayant fortement occupé les médias, la ville en a profité pour poursuivre le programme de conversion et de valorisation de son image entamé depuis plusieurs années.

La société calédonienne à l’épreuve du rééquilibrage économique et professionnel. Le Programme 400 Cadres, de la décision politique à l’apparition d’une classe dirigeante locale (1988-1999)

Depuis l’Accord de Matignon en 1988 et dans l’attente du référendum d’autodétermination de 2018, la société calédonienne, en constants bouleversements, doit combiner ses spécificités traditionnelles aux nécessités économico-professionnelles induites par la mondialisation. En cela, le Programme 400 Cadres, structure unique en France d’accès aux postes clés de l’économie locale par action affirmative et davantage comparables aux systèmes d’affirmative action aux Etats-Unis ou dans l’Afrique du Sud post-Apartheid, semble répondre à l’urgence d’un rééquilibrage communautaire entre Kanak, « Caldoches » et métropolitains.

S’appuyant sur la revendication du FLNKS en 1988 d’associer la jeunesse autochtone longtemps mise de côté, d’abord par les lois de l’Indigénat puis par les différentes structures héritées de la colonisation, le Programme 400 Cadres a pour objectif premier de fournir aux différents secteurs administratifs et économiques de l’archipel un certain nombre de cadres locaux entre 1988 et 1998, faisant en cela partie intégrante du rééquilibrage au cœur de l’Accord. Remplacé au bout de dix ans par le Programme Cadres Avenirs, 400 Cadres n’en demeure pas moins un succès statistique en tant que programme conjoncturel à même de palier l’urgence de cette situation.

Il se peut néanmoins que ce programme, comme toute structure de discrimination positive, reflète certaines difficultés et tensions persistantes au sein de la société calédonienne. Principalement destiné aux postes administratifs apparaissant avec les changements institutionnels, 400 Cadres semble laisser de côté certains pans de l’économie locale, à commencer par les professions libérales ou les postes à haute responsabilité décisionnelle. De même, en bénéficiant explicitement à la communauté la plus éprouvée jusqu’alors, la communauté Kanak, le programme prend le risque de mettre à l’écart les autres communautés faisant également partie intégrante de la vie du territoire, notamment les « Caldoches » qui descendent des premiers colons européens et des bagnards, ou les Wallisiens-Futuniens, polynésiens dans un monde mélanésien et catholiques dans un monde protestant. Par ailleurs, il serait superficiel de faire le seul choix d’une étude du système sans s’intéresser aux parcours individuels, aux satisfactions et aux déceptions des principaux acteurs du programme, bénéficiaires comme encadrants.

A travers l’étude des archives territoriales relatives au programme en lui-même, à ses résultats macro-économiques et à son bilan statistique, mais aussi grâce aux nombreux témoignages réalisés sur place entre janvier et mars, ce travail a à cœur de démontrer les spécificités de ce programme et de pointer ses conséquences réelles pour l’économie de la Nouvelle-Calédonie comme pour ses populations et ses cadres.

Le MIL et les GARI. Premiers jalons pour une socio-histoire d’un engagement anti-franquiste et anticapitaliste. France-Espagne, 1968-1974

En Mai 1968, un groupe de jeunes lycéen-ne-s toulousain-e-s font leurs premières expériences du militantisme, tandis que de l’autre côté des Pyrénées, de jeunes Barcelonais-e-s prennent part au mouvement ouvrier radical qui se structure alors en Catalogne. Quelques années plus tard, dans un contexte général de passage à la clandestinité et à la lutte armée de certaines organisations d’extrême-gauche nées dans le sillage de la contestation de la fin des années 1960, ils fondent ensemble le Movimiento Iberico de Liberacion [MIL], et entrent en clandestinité à Barcelone pour lutter les armes à la main contre la dictature franquiste. Lorsqu’un grand nombre d’entre eux sont arrêtés et condamnés à de lourdes peines en septembre 1973, les rescapés retournent en France pour organiser, avec d’autres militant-e-s libertaires européen-ne-s, une campagne de solidarité avec les prisonniers du MIL, qui donnera lieu à de nombreuses actions spectaculaires pendant l’année 1974, revendiquées sous le nom des Groupes d’Action Révolutionnaire Internationalistes [GARI]. En partant du postulat qu’on ne peut expliquer cet engagement politique uniquement en termes de basculement et de rupture brutale, et que celui-ci, si exceptionnel, violent et extraordinaire fut-il, mérite d’être étudié avec les outils d’analyse du fonctionnement ordinaire du militantisme, ce mémoire tente d’analyser la trajectoire militante des membres du MIL et des GARI selon une perspective diachronique et multi-factorielle, en portant une attention particulière aux processus de radicalisation individuels. En s’appuyant sur des entretiens biographiques, ainsi que sur la consultation systématique de sources secondaires, ce mémoire se propose d’étudier les « carrières militantes » des membres du MIL et des GARI, afin de bâtir un modèle d’intelligibilité des processus de radicalisation des engagements politiques dans le cas spécifique d’une lutte anti-capitaliste et antifranquiste en France et en Espagne au début des années 1970.

Karl Marx à Paris : approche d’histoire sociale d’une coupure épistémologique (octobre 1843-janvier 1845)

  • Par Marceau Geoffrenet
  • Master 1 sous la direction de Sylvie Aprile

Comment peut-on appliquer Marx à Marx ? C’est à ce défi que ce mémoire souhaite modestement participer. La chose a bien entendu déjà été tentée non sans un certain succès. Cependant, il peut sembler intéressant de reconsidérer cette question pour essayer de voir comment des outils plus classiques de l’histoire sociale peuvent éclairer et participer à la résolution d’un problème aux enjeux philosophiques. Le terme de coupure épistémologique a été introduit par Louis Althusser pour signifier la différence fondamentale entre la pensée du jeune Marx et celle du Marx du Capital. Les outils de l’histoire sociale peuvent nous aider à mieux comprendre cette coupure.

On peut ainsi réfléchir à ce problème en décrivant les conditions de production de la pensée de Karl Marx c’est à dire l’ensemble des moyens matériels dont il dispose pour écrire et propager ses idées. Ces conditions délimitent nécessairement des réseaux qui amènent aussi les intellectuels à se confronter entre eux. Mais il faut aussi essayer de voir si ces évolutions font de Marx un intellectuel organique ou non de la classe qu’entendent représenter ces nouveaux intellectuels communistes à Paris : c’est à dire, au sens de Gramsci, savoir si son passage au communisme est lié à une transformations de la hiérarchie des classes dans la société et si Marx est de fait un penseur représentatif d’une nouvelle classe sociale d’intellectuels prolétarisés, ayant perdu leur ancien statut social.

On a adopté la technique de la prosopographie appliquée aux collaborateurs du Vorwärts, le journal dans lequel écrit Marx de 1844 à 1845. Les résultats, que l’on peut comparer à une prosopographie réalisée par Andre Spies sur les Jeunes Hégéliens montrent que si Marx n’est pas organique de la classe que souhaite représenter la Ligue des Justes (composée en bonne partie d’artisans allemands émigrés à Paris), il participe à des réunions, rassemblements et discutent avec les membres de cet organisation. Ce sont ces nouveaux réseaux de sociabilités et ces nouvelles pratiques intellectuelles qui l’amènent progressivement à se désolidariser de son ancienne classe intellectuelle par la lecture et l’appropriation de textes d’économie par exemple, tout en tentant, par le même processus, de prendre une position surplombante par rapport aux communistes dont il rejoint le combat.

Les outils de l’histoire sociale permettent de mettre en lumière les jeux de réseaux et les différences sociologiques entre ces intellectuels qui, s’ils changent d’idées et de combats, ne s’alignent cependant pas totalement sur les positions de ceux qu’ils rejoignent, en partie parce que leurs parcours sociaux et idéologiques sont différents.

 

Les enseignant.e.s des écoles primaires supérieures de l’Isère: statuts, parcours, pratiques

Le système scolaire du XIXe siècle repose sur une double discrimination à la fois sexuelle et sociale, avec une distinction en ordres[1] selon l’origine sociale des élèves. Les lois scolaires des années 1880, qui réorganisent l’ensemble du système ne la remettent pas en cause. Dans l’ordre populaire qu’est le primaire, elles instaurent un enseignement primaire supérieur qui permet une prolongation des études au-delà de l’obligation légale et en dehors de l’enseignement secondaire réservé à une élite. Cet enseignement, dispensé au sein des écoles primaires supérieures et des cours complémentaires, a pour but d’approfondir la culture générale des élèves tout en les préparant professionnellement avec des cours ou des sections spéciales (agriculture, industrie, enseignement ménager ou commerce).

Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses voix s’élèvent pour remettre en cause la distinction en ordre du système scolaire. Dans les débats autour de « l’école unique » le cas des écoles primaires supérieures est largement discuté : doit-on ou non garder cette forme spécifique d’enseignement ? Les années 1930 voient ainsi de nombreuses réformes qui visent à rapprocher les ordres d’enseignement (primaire, secondaire et technique) et en 1941 Vichy transforment les écoles primaires supérieures en collèges modernes leur faisant ainsi perdre leur caractère unique d’un entre-deux : plus vraiment primaire et pas encore secondaire[2].

L’entre-deux-guerres apparait donc comme un moment de grande transformation et d’évolution des écoles primaires supérieures qui s’appréhende notamment au travers des parcours de leurs enseignant-e-s. C’est ce que nous nous proposons de faire avec une étude prosopographique traitant de 67 enseignant-e-s en poste lors de l’année scolaire 1929-1930 dans les onze écoles primaires supérieures de l’Isère. Celle-ci permet de questionner les spécificités des enseignant-e-s mais aussi à leur adaptation face aux transformations des E.P.S.[3]. Cette recherche s’interroge d’abord sur les modalités de constitution d’un corps enseignant : quel(s) parcours de formation suivi(s) ? comment se construisent les carrières ? quels sont les éléments déterminants dans la construction des parcours ? L’importance des hiérarchies entre les établissements et les ordres d’enseignement est aussi examinée afin de mettre en évidence les stratégies individuelles dans les mobilités de carrière, mais aussi dans les choix de l’administration. Il s’agit, se faisant, d’éclairer les demandes de l’institution scolaire face à son personnel afin de comprendre la logique des mutations et des nominations à tel ou tel poste. Enfin la prise en compte de tous les statuts enseignants des écoles primaires supérieures avec ces 67 enseignant-e-s informe sur les hiérarchies internes à ce personnel et sur les luttes pour la reconnaissance de chaque groupe.

[1] Cette distinction en ordre se lit à toutes les échelles : des réseaux d’établissements séparés, des enseignements et des programmes différents mais aussi des personnels enseignants distincts.

[2] Ou plutôt pas encore secondaire masculin classique, car les similitudes avec l’enseignement moderne voire l’enseignement secondaire féminin sont assez nombreuses.

[3] E.P.S. : Ecoles primaires supérieures

Des « Boches » à Lyon et dans le Rhône de 1915 à 1920: le travail des prisonniers de guerre allemands entre économie de guerre et cohabitation avec l’ennemi

Depuis les années 1990, la Grande Guerre fait l’objet de travaux d’histoire sociale et culturelle qui portent désormais autant sur les populations de l’arrière que sur les soldats qui ont participé à la guerre au front. Partagés entre ces deux espaces clairement délimités par les autorités, les prisonniers allemands présents de 1915 à 1920 dans le département du Rhône disposent d’un statut ambigu.

Les apports croisés de l’histoire du travail et de l’histoire sociale franco-allemande permettent de saisir à la fois le statut des prisonniers et le traitement qui leur est accordé. Arrachés au front par l’ennemi puis mis officiellement au travail dès l’année 1915 pour participer à l’effort de guerre de l’Etat belligérant, ils auraient pu être considérés comme des « civils en uniforme »[1]. Mais la persistance de similarités avec les soldats du front comme la résistance à l’ennemi par la résistance au travail ont contribué à forger des représentations des prisonniers allemands comme « militaires en civil », partagées à la fois par les populations et les autorités militaires et civiles. Les prisonniers se sont pourtant progressivement intégrés dans la société civile rhodanienne. Leur incontestable participation à la survie de l’économie locale, qui a d’ailleurs conduit à des tensions internes aux secteurs intéressés par cette main-d’œuvre captive productive, constitue le principal facteur d’acceptation de « l’ennemi ». Pourtant, la cohabitation n’a pas toujours été facile. Les formes contrastées d’acceptation de la captivité et des difficiles conditions de travail provoquent ainsi des conflits du travail que les autorités n’avaient pas anticipés. Mais l’incontestable apport économique de la main-d’œuvre captive se reflète dans les négociations de paix de 1919 pendant lesquelles la France retarde leur rapatriement. Cette sortie de guerre se caractérise alors par la mobilisation du peuple allemand pour le retour de ses prisonniers mais également par une crainte des employeurs français de voir leur main-d’œuvre disparaître brutalement, alors qu’elle apparaît indispensable au fonctionnement de l’agriculture locale et des politiques de grands travaux engagées par la municipalité.

[1] Annette Becker, Oubliés de la Grande guerre: humanitaire et culture de guerre, 1914-1918, Paris, Éd. Noêsis, 1998, 405 p.

La présence espagnole en Isère et dans le Rhône entre 1936 et 1939, accueil et insertion des populations

  • Par Louis Verger
  • Master 1 sous la direction de Claire Zalc

Au cours de l’entre-deux-guerres, la France a été une terre de forte immigration à la fois en provenance de l’Empire colonial et des autres pays européens. Cette immigration, encouragée et même organisée par le gouvernement et les entreprises fut, selon les périodes, les contextes économiques et politiques, plus ou moins bien acceptée par la population française. A la fin des années 1930, le délitement du Front Populaire et le contexte international de plus en plus tendu conduisent à un rejet de l’immigration et des étrangers par l’opinion publique de plus en plus xénophobe. C’est également au cours de cette période qu’éclate en Espagne la Guerre Civile suite au pronunciamiento du général Franco en juillet 1936. Dès le début, puis surtout à partir de 1939 et la chute de Barcelone, ce conflit pousse environ 455000 personnes sur les routes de l’exil en direction de la France. Durant les dernières années avant la Seconde Guerre mondiale cohabitèrent donc en France deux populations espagnoles différentes, l’une issue de l’immigration d’avant 1936, majoritairement économique, et l’autre composée d’exilés politiques poussés à chercher un refuge en France, alors l’une des dernières démocraties continentales de l’Europe de l’Ouest. Se pose donc la question du traitement différencié par les autorités de ces deux groupes, et des variations de statuts entre ressortissants d’un même pays.

Ce travail adopte une approche à l’échelle locale et prend pour point de départ la question du statut, ou justement de l’absence de statut de ces deux populations au niveau départemental. Les préfets, représentants de l’exécutif dans le département étaient ainsi chargés de contrôler leur population, et en particulier les étrangers dès 1938. Nous essayons également de montrer comment les autorités prirent en charge les Espagnols arrivant en France dépourvus de ressources et fuyant la guerre par la mise en place de structures d’hébergement au travers d’un système de camps d’internement. Pour cela nous nous appuyons sur le cas du département de l’Isère, concerné par ces politiques d’accueil d’urgence dans une mesure raisonnable en termes d’effectifs à héberger. Enfin, un autre axe de notre travail porte sur la mise en place d’un véritable réseau de solidarité, organisé à l’échelle européenne et mondiale, mais ayant également des représentations à l’échelle locale au travers d’associations et de groupes antifascistes. L’étude de ces réseaux permet de montrer les concordances et les divergences entre les associations à caractère politique et les associations proprement humanitaires en fonction des populations qu’elles aident en priorité.

Cette étude locale, permet donc de mieux comprendre comment, à l’échelle de deux départements, les autorités gérèrent une problématique de l’immigration tendue dans un contexte social crispé et xénophobe.